Quarante ans après les Calandretas toujours vives

Le mouvement enseigne en occitan, avec les méthodes Freinet. Il ouvre les portes des écoles languedociennes ce samedi, et nous isolons deux établissements que vous pourriez aider à remplir leur mission.

Donnait-on cher de la peau de l'enseignement d'immersion en occitan, en 1979, quand le mouvement des Calandretas est né ?
Quarante ans après les Calandretas toujours vives





Gents/Persounalita

Simplicité et ferveur pour la cérémonie du 25 Mars 2014 commémorant à Maillane les cent ans de la mort de Frédéric Mistral. L’affluence qu’on attendait était au rendez-vous, l’ambiance était sereine, les rituels n’étaient pas artificiels, la descendance du Maître avait choisi de contenir les crispations de ses extrêmes. Une journée salutaire.


Jorn de semana, tèmps mediòcre, lei Dieus avien pas favat la ceremonié, e la sortida de la messa dicha pèr l’archevesque das Ais e d’Arle vesié espelir quauquei parapluèias pèr aparar lei delicateis atrencaduras deis Arlatencas en beutat. 

MARSEILLE. Difficile d’imaginer ce vif intellectuel à la retraite. Référence de la nouvelle génération occitaniste marseillaise, son œuvre personnelle, in fine politique, s’intéresse au music-hall, aux écrivains et à l’histoire, récente ou ancienne, dans laquelle il inscrit la sienne propre. Ses nombreux amis lui ont récemment fait la surprise d’un anniversaire à Septèmes.


Manu Theron (Cie dau Lamparò) a adaptat mai que d'un texte sociau provençau, Glaudi Barsòtti a publicat mai que d'un d'aquelei textes...( photo PA DR)
Manu Theron (Cie dau Lamparò) a adaptat mai que d'un texte sociau provençau, Glaudi Barsòtti a publicat mai que d'un d'aquelei textes...( photo PA DR)
Naissut lo 26 de janvier 1934 sota lo signe de l’Aigalier, aquel escrivan d’expressien occitana es benlèu lo mai coneissut de totei en Provença maritima, bòrd que, levat sa coneissénça druda de la lenga tala que se parla a Marselha, es un òme engatjat.
 
E fa l’unanimitat ben delà de sa familha politica de la gaucha comunista. Es ben per aquò que l’intellectuau e simplament l’òme autruista que siguèt totjorn estat, l’an festejat seis amics de toei orisons, a Seteme lo divèndres 7 de fébrier.
 
Glaudi Barsotti, despuei l’epòca qu’èra sòci dau Calen, avans que l’IEO representa l’occitanisme a Marselha, fin qu’a sei cronicas tot d’un còp pedagogicas e engatjadas dau quotidian La Marseillaise, l’avèm totjorn vist egau an’eu : un òme qu’escota e que buta a la ròda de totei leis iniciativas.
 
Es pas per ren s’es una referènci per tota una generacien de cantaires e animators occitanistas marselhès : Manu Theron, l’Ostau dau País Marselhès, eca…
 
E s’es de totei lei batèstas per la lenga (per eu, aquelei que la vòlon mesprisar o l’escartar son ren que de racistas), li a agut de moments onte son biais de faire siguèt essenciau.

FUVEAU. Le maire de Fuveau (13) et délégué à la Culture du Pays d’Aix, était un parfait occitanophone. Il avait accueilli en mai 2003 les Etats Généraux de la Langue d’Oc.


Jean Bonfillon avait 67 ans, il était maire de Fuveau (9300 hab.) depuis 2001 (photo XDR)
Jean Bonfillon avait 67 ans, il était maire de Fuveau (9300 hab.) depuis 2001 (photo XDR)
Lo regard clar, franc mai boniàs, Joan Bonfillon podiá vos parlar tot d’un còp en provençau, e menar l’entrevista èra un plaser am’ eu : sus la politica culturala qu’aviá en carga a la Comunautaut dau País Sestian, o sus lei cargas de personaus qu’empachon lei comunas d’embauchar de policiers, o dau bonur de crear un salon deis escrivans dins un vilatje coma Fuvèu... o que que siegue.
 
Lo premier cònsol de Fuvèu a despareissut lo 4 de decembre 2013. Elegit d’aqueu borg pròche de Rosset e de Gardana, èra un emplegat de banca de mestier, qu’aviá agut la fisança de sei conciutadans puei de Marisa Joissains, la presidenta dau País Sestian. Era pas l’òme dei garrolhas, ce que li permetiá de discutir a drecha e a gaucha.
 
Ne’n aviá profiechat per menar la barca de l’ofèrta culturala dins lo país sestian que s’èra cubèrt de novèus establiments aquelei darrièreis annadas.
 
Chasque an au mes de novèmbre presidava lo festivau de tiatre en provençau de sa ciutat, e meme en 2005 m’aviá demandat de ne’n bailejar la jurada au nom d’Aquò d’Aquí. En 2003, mai que d’un se’n rementarà, aviá aculhit au sieu una assemblada de tres cents personas que venguèron aparar l’idèa d’una presencia publica de la lenga d’òc.
 
Era lo paire d’Agnès Bonfillon, jornalista de radiò, la soleta francesa que cobrèt leis atemptats de New York en 2001 per la radiò publica. Ne’n parlava totjorn amé granda fiertat.

VENTABREN. Le fondateur du Centre de documentation provençale de Bollène a écrit des centaines d’articles dans la presse provençaliste. L’association Culturelle Provençale de Ventabren lui a décerné son 53° grand prix.


Journaliste dans la presse provençaliste et fondateur du Centre de Documentation Provençale de Bollène (photo MN)
Journaliste dans la presse provençaliste et fondateur du Centre de Documentation Provençale de Bollène (photo MN)
Se i’a un evenimen e un liò ounte se viéu la pas di grafìo es bèn à Ventabren pèr lou Grand Pres Literàri que si douno chasco annado au mes de setèmbre.

« Un cop lou laureat es un escrivan de grafìo classico, e l’an d’après es un de grafìo mistralenco » rapello utilamen Jan-Claude Bouvier, de la jurado d’aquéu pres atribui pèr l’Assouciacioun ….
 
L’an passa èro l’autour prouteïformo Pèire Pessamessa que l’avié agu. E lou mounde se ramento encaro sa sourtido contro li separatisto de la lengo d’O, aquéli que volon l’atoumisa entre patoas pèr assegura soun apouderamen sus ço que se poudrié o pas escriéure.
 
Dimenche 29 de setèmbre es Jan-Marc Courbet que la jurado avié chausi. Moudèste, aquel engeniaire chimisto, especialisto au Coumessariat à l’Energìo Atoumico de la vitrificacioun di residu nucleàri, s’es demanda perqué l’avien chausi après la tiero di Lafont, Pessemessa o Sèrgi Bec.
 
E pamens ! se l’ome de Boulèno, neissu à la fin dis annado quaranto a bèn escri mai que mai d’article, e subretout dins uno toco scientifico, apoundènt de mouloun de « papié » de vulgarisacioun pèr bèn fa vèire que l’óucitan pòu tout dire, l’obro de sa vido es pas dins si pròpris article, meme se soun de centeno.

Si la bourgeoisie marseillaise avait été émancipée, Paul Ricard aurait sans doute fait souffler sur Marseille le vent d’autonomie qui venait de Barcelone. Las ! dès le sortir de la guerre il n’y croyait plus. Guy Martin avait analysé son attitude pour Pere Gros, qui s’en est souvenu en préparant le colloque que Mesclum a consacré le 2 février 2013 aux rapports entre l’industriel et l’occitanisme.


En 1997 Pere Gròs aviá questionat Guiu Martin  , lo 10 de novèmbre alòr qu’èra a escriure un trabalh a prepaus de Pau Ricard. Sei nòtas de telefonada siguèron messas en forma dins l’amira dau collòqui que l’associacien Mesclum vèn de tenir a Setème la dimenchada dau 1er de febrier.
 
Dison, aquelei nòtas, que Martin a coneissut Ricard perqué èra amic de Reboul, e tanben de Camproux. « Ricard èra un òme fòrça generós, espontanèu, estète, mai un òme d’afaires pasmens. Ai agut d’estima per eu » qu’a escrich Pere Gròs.

SEPTEMES. L’industriel Paul Ricard fut poursuivi en 1935 par le préfet des Bouches-du-Rhône, pour affichage illicite, alors qu’il était occitaniste. Glaudi Barsòtti nous rappelle les faits et le contexte.


Cu l’auriá cresut  ! Lo capitàni d’industria Pau Ricard arrestat a Porrieras per lei gendarmas en companhiá de l’agitator Jòrgi Reboul. Arribèt pasmens en 1935, au moment de la campanha per leis elecciens municipalas. « Lei gendarmas èron mandats per lei cònsols qu’avián crenta d’èstre batuts » precisa Glaudi Barsòtti.
 
N’en saup fòrça sus Pau Ricard (1909-97), qu’ambé l’associacien Mesclum e la Comuna de Setème, va consacrar, encavaucada entre fin janvier e començament de febrier, una setmana a l’òme que siguèt occitanista, çò que se conèisse pas mai que mai.
 
Tre 1942, quand Pau Ricard se marida e se consacra ais afaires, sa vida occitanista es acabada. Mai fin qu’ara, èra un militant per la lenga, e regionalista.
 
Tot debuta per lei fèstas de la Tarasca a Santa Marta de Marselha en 1932. « Jòrgi Reboul, poèta e bèl aparaire de la lenga, aviá demandat a la ciutat de Tarascon lo manequin de la bèstia fantastica per la passejar dins lo quartier, e Jòusèp Ricard, lo paire de Pau, èra dins lo comitat dei fèstas » nos racònta Glaudi Barsòtti.
En 1935 Paul Ricard est engagé politiquement aux côtés de Charles Camproux et Jòrgi Reboul (XDR)
En 1935 Paul Ricard est engagé politiquement aux côtés de Charles Camproux et Jòrgi Reboul (XDR)
1 2
Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

« Bono annado… »

…bèn acoumpagnado ! » C’est-à-dire avec de bons amis ?…ou plutôt qu’elle vous procure longue vie ? Nos vieilles expressions sont peut-être à double sens. Fouillons, fouillons…

« Bono annado… »
Avèn coustumo de nous souveta bèn ritualamen à la debuto de chasco annado uno « Bono annado, (bèn) granado e (bèn) acoumpagnado ! ». Quant de cop l’avèn emplegado, aquesto espressioun, subretout iéu à moun age, e d’un biais tout machinau…


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.