Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Matieu Peitavin, d’imatges e d’istòrias per partejar mai una lenga viva

Comment passer au mieux l'occitan aux jeunes? En pratiquant l'enthousiasme tous azimuts !


L’auteur du Matagòt modern enseigne le provençal à Orange, mais aussi le cinéma. L’occasion de croiser les savoirs en boostant l’enthousiasme des élèves. L’échange passe d’ailleurs aussi les frontières en rapprochant lycéens provençaux et catalans. L’auteur-enseignant, né à Nîmes, s’est investi pleinement dans la transmission d'un savoir, dans l'expression d'une langue qui se fait toujours plus vivante et appréciée. Entretien avec un Occitan aux multiples profils.



Matthieu Peitavin : créer, enseigner... (photo MN)
Matthieu Peitavin : créer, enseigner... (photo MN)

Matieu Peitavin, chasca annada prepauses de projècts que realises embé teis escolans. Coma lo provençau i profiecha d’autreis experiéncias ?

 

Au collègi Barbara Hendricks, avèm una classa « Provence ». S'i trabalha a l'entorn de projècts coma l'environament, ambé un sejorn a Buous (Vauclusa), qu’avèm fach en novembre 2014, per exemple.

 

Au licèu de l’Arc, la classa « Barcelona » recampa lei provençalistas, leis ispanisants, lei elevas de francés e lei liceans catalans, a l'entorn d'un projèct europenc.

 

Mei classas de promiera joguèron una pèça de Galtier, e pense ne'n faire una vertadiera tropa, tant son motivats per lo tiatre !

 

Coma ensinhe lo cinèma, me vese d'ara endavant responsable d'una classa a projèct, es la classa « Lumière » : i estudiam l'istòria dei fraires Lumière à La Ciutat, lo oèstern de Baroncelli en Camarga, e i rescontram lei gents dau Cep d'Oc.

 

Ai l'idèa de faire un ciucle Carrese (l’autor dau filme Malaterra) au cinèma « Le Forum » d'Aurenja ; ansin podriáu ligar dos monds : leis escolans d’occitan,  e aquelei que fan de cinema dins mon licèu.


Afogat d'istòrias, lei racònta

Un environnement favorable à Orange. Ici le lycée de l'Arc, où l'association Ben Leu a financé la signalisation bilingue de l'établissement dans lequel enseigne Matthieu Peitavin (photo XDR)
Un environnement favorable à Orange. Ici le lycée de l'Arc, où l'association Ben Leu a financé la signalisation bilingue de l'établissement dans lequel enseigne Matthieu Peitavin (photo XDR)

Escrivan, as publicat mant un obratge, ficionau, linguistic e poëtic. L'estiu passat ton darrier recuelh de novèlas es estat primat per lo concors d'escritura occitana organizat per La Vau d'Aran. Come veses ton percors d'escrivan e teis òbras ?

 Vese pas un percors d'escrivan. Siáu un afogat d'istòrias e d'imaginacion. Dempuei l'enfança ma tòca es d'escriure e me racontar d'istòrias.

 Lo Matagòt es luenh de mon biais d’escriure, car es l'objèct d'una comanda, d'un concors per lei jovents. Lei tres nòvas qu'escriguère per La Vau d'Aran (« De la sau, de la soul ») parlan mai de mei sentits lei mai pregonds, per aquelei que sòne ma familha de Sau, lei gents de la mar, de la Miegterrana, lei trabalhaires de la sau.

 Es un recuelh que m'es car, que conta, en tres nòvas, tres generacions.

 La promiera nòva es sucrada... tòca a l'enfança dins un mitan de pastissiers. La segonda es l'atge adult, evòca lei « Babis » e un salinier qu'a de se mau situir fàcia ais eveniments istorics e qu'es un ressòn a l'epòca nòstra ; e enfin, la mòrt e lo vielhum que me permet de faire la crotz sus la mòrt de mei grands.


"Se la lenga s'acontenta de charrar de grafias, anarà pas luenh !"

Escrives sus ton blòg, i publiques d'articles divèrs entre bilhets d'imor, criticas e fuelhetons, d'onte te vèn aquela enveja d'escrieure de lònga sus de domènis tant variats ?

 Ai enveja d'una lenga d'òc viva. Ieu la vive a travèrs de l'art. Doncas faguère de mon blòg, en negre e blanc a la debuta, un recampament de criticas sus lei cinèmas dau mond, l'art contemporanèu...

 Se la lenga d'òc s'acontenta de charrar de grafias, de drapèus, de
ma grand pecaira... anarà pas luenh !

 A lei paletas de color per se bastir una aisina critica, la lenga. I a un costat ficcion dins lo blòg. Me siáu creat un personatge que charra a la persona 1, que se ditz Tam.

 Aqueste blòg es estat un laboratòri per mon escritura. Es un work in progress. Fau leis episòdis. Lei laisse. I tòrne. Modifique.

 Siáu pivelat per lo fuelheton popular. Ai sempre legit de Tintin e Spirou en jornaus, en setmaniers. 

 Puei, a l'ostau, la maire legissiá San Antonio, qu'es un gèni dau suspense ; e segur Florian Vernet que legissiáu dins la lenga.

 Son fuelheton popular me faguèt venir a la lenga. Disiá que dins leis usinas leis gents legissián son fuelheton. Èra un retorn a la lenga per l'escritura ; lo lengatge e lo sens dau racònte.  Es una autra escritura a despart d'aquela que te parlave tot ara, qu'es mai intimista, aquela. 

Orange, vente-signature du Matagòt Modern en 2011 (photo XDR)
Orange, vente-signature du Matagòt Modern en 2011 (photo XDR)

Regardant ton mestier d'ensinhaire, perqué as aquela chausida de transmetre la lenga ?

 Es una evidéncia de transmetre quicòm sus aquela tèrra.

 Per ieu, son leis istorias, la lenga. Es pas una enveja particulara. Es una normalitat.

Cada òme deu transmetre. De mai, embé lo fotograf Stéphane Barbier prepause una passejada dins Nimes. Un percors iniciatic sur la pressa en consciénçia d'una identitat retrobada dins una Nimes d'uei. Perqué l'occitan es tant present dins aquelei carrieras, aquelei camins e se deu pas ensinhar? E se deu pas dire?


Samedi 24 Janvier 2015
Amy Cros




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dans l'Aquò d'Aquí de l'été...

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.