Aquò d'Aqui


            partager partager

Disparition du linguiste et philologue Pèire Bec


Le philologue est décédé le 30 juin.



Photo XDR
Photo XDR
Mort le 30 juin 2014, Pèire Bec, né en 1921, avait étudié linguistique et philologie à partir de 1945, à Paris, où il était né. Il revenait alors de déportation, et allait bientôt créer l'Institut d'Estudis Occitans.

Il avait passé son enfance dans le Comenge, où il avait appris l'occitan au contact de la population.

Auteur d'une quinzaine d'ouvrages, dont le fondateur Chants d'amours des femmes troubadours, en 1995, il a également fait partie de la commission de normalisation de l'Aranès à partir de 1982.

Il avait publié son dernier ouvrage aux Letras d'òc en 2012.

Mardi 1 Juillet 2014
Michel Neumuller


Tags : Pèire Bec



1.Posté par miquela stenta le 02/07/2014 22:27
Aqueles quatre mots de l'assaber, pecaire, l'entèrran encara mai lèu !...
Pèire Bec siaguèt president de l'IEO. Actiu tota la vida sus lo front de la conoissença de la lenga e de la literatura medievala. Dins aqueste domeni ocupa una plaça internacionala de las mai importantas, reconogut coma tau.
Ensenhèt a l'Universitat de Peitius, creèt "Les Cahiers de civilisation médiévale", una referéncia. Èra tanben poèta e novelista.
Amb eu, lo monde occitan pèrd un sabent que sas publicacions contribuèron fortament a la conoissença e la reconoissença de la lenga e de la cultura occitanas.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.