Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Radio Nissa Pantaï a rassemblé tous les soirs autour d’occitanistes au micro


NICE. Radio Nissa Pantaï donne un rendez-vous vespéral, en occitan et avec une personnalité, tous les jours depuis le confinement. Un succès qui donne envie de poursuivre.



Un ordinateur, un contrat avec un prestataire technique, mais surtout de l'enthousiasme et du temps consacré, c'est la recette du quatuor de Nissa Pantaï (ici Cristòu Daurore photo XDR)
Un ordinateur, un contrat avec un prestataire technique, mais surtout de l'enthousiasme et du temps consacré, c'est la recette du quatuor de Nissa Pantaï (ici Cristòu Daurore photo XDR)

Pas assez de femmes ! Après quarante jours et autant d’émissions vespérales, Cristòu Daurore, Zine, Laurenç Revest et Ciril Joanin ont fait l’amer constat ; oubliant l’exploit d’avoir réuni tous les soirs de confinement les auditeurs occitanophones autour de personnalités qui savaient leur parler, ils se sont focalisés de préférence sur les lacunes...Tout un état d’esprit!

 

Le résultat vous l’avez eu entre les oreilles et direct au cœur la semaine suivante : Paulina Kamakine qui cherche à réunir les poétesses d’oc, la poétesse Aurélia Lassaque, et Aure Séguier sans qui les webs encyclopédiques ne seraient pas ce qu’ils sont, l’auteure-interprète Alidé Sans…

 

Depuis les débuts du confinement, et durant le déconfinement, Radio Nissa Pantaï, que l’on connaissait d’abord pour des commentaires footballistiques en occitan, a rapproché le public des gens qui font vivre l’occitan sur scène, au disque, dans l’édition, ou la presse – votre serviteur y fut invité également - “et nous avons été étonnés de la bienveillance des plus connu, les “vedettes” que Ciril a invité : Joan de Nadau, JF Tissnèr, Fred de Goulamask, Daniel Loddo de La Talvera…”


L'audience a augmenté avec la régularité bien que ce soit en occitan

Parmi les invité(e)s un rééquilibrage féminin tardif. Ici Alidé Sans. Respecter les équilibres de toutes sortes a été une préoccupation du trio (photo MN)
Parmi les invité(e)s un rééquilibrage féminin tardif. Ici Alidé Sans. Respecter les équilibres de toutes sortes a été une préoccupation du trio (photo MN)

Et ce samedi soir, ne manquez pas à 19h Claudi Marti…! Celui par qui le reviure est arrivé, qui a décoincé nombre d’artistes en herbe tout en créant une œuvre durable, sera au micro niçois.

 

En fait nos emplois se sont arrêtés avec le confinement” rappelle Cristòu Daurore, enseignant et animateur social...La distanciation lui a interdit d’exercer, et comme ses collègues, il a eu du temps. Il l’a occupé le plus utilement possible. “Et le résultat c’est que nous sommes passés de quelques dizaines à plusieurs centaines d’auditeurs par soir. Avec l’habitude, et puisqu’on dure, ça augmente sans cesse” se réjouit-il, “l’audience, c’est le salaire de la régularité”.

 

Si le confinement a signé l’annulation de bien des moments de réunion de l’occitanisme festif ou militant, il a au moins dans le cas de Nissa Pantaï, réunit et rassemblé comme jamais. Un peu d’habitude technique, un prestataire correct sans être cher, un matériel accessible, et l’aventure devenait possible. Mais le plus important restait l’état d’esprit et le temps investi.

 


Et maintenant ? Poursuivre ?

Ce samedi 23 mai à 19h Claudi Marti sera sur Nissa Pantaï (photo MN)
Ce samedi 23 mai à 19h Claudi Marti sera sur Nissa Pantaï (photo MN)

Car le trio a veillé a ce que tous s’expriment, aient accès à ce public grandissant : ainsi de la variété dialectale, où certes le niçois se taille la part du lion avec un très gros tiers des intervenants, mais où le provençal, le vivaro alpin, le limousin (un peu), le gascon et le languedocien surtout ont été aussi présents. “Ah! Nous avons reçu des reproches la semaine durant laquelle cinq jours d’affilée nous ne proposions pas de niçois” se souvient Cristòu Daurore. La critique, même injuste, c’est le signe indubitable que vous avez agi.

 

Et maintenant ? Le succès a fait naître l’envie de continuer, malgré la reprise, peu à peu, de l’emploi des animateurs. Comment faire ? La question taraude la petite équipe. La vaillance ne suffira pas. Pourtant le besoin est créé, comment répondre à la demande ? Professionnaliser ? Il faut de l’argent. Les rejoindre et étoffer la chourmo ? A voir.


Jeudi 21 Mai 2020
Michel Neumuller





1.Posté par Lions Edmond le 21/05/2020 18:15
Bon-jour car ami.
E qu me cantara vo me baiara li parolo d'aquesto mai vieilho cansoun nissardo que conneisse plus que quauco mot :
"...Lou cambajoun i bras, lou roussignòu que volo volo, lou cambajoun i bras, lou roussignòu que volora...."
E de l'autro :
"Nissa la regina, l'amourouso di flour....Es à Cimié per li sentié..." ?
Bon vespré.
Eimound

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.