Aquò d'Aqui


            partager partager

Guiu Martin intra dins Occitanica


Lexicographe de terrain et grand pédagogue, plus ou moins tous les lexiques et méthodes de provençal lui doivent quelque chose depuis trente ans au bas mot.



Guy Martin avait inlassablement recueilli les manières de parler provençal des locuteurs naturels de son temps (photo XDR)
Guy Martin avait inlassablement recueilli les manières de parler provençal des locuteurs naturels de son temps (photo XDR)
Lo portau de l’occitan, Occitanica, vèn tot bèu just de li faire intrar una personalitat cara ai Provençaus, Guiu Martin (1933-2008). L’istorian e geografe èra un afogat dau mòt just en provençau, e aviá lo respèct dau ben parlar, es a dire dau parlar dau monde reau, e que siegue a Vachèras, ont aviá un ostau, o a La Cieutat onte restava, o encara a Cucuron ont aviá bailejat amé d’autres una recèrca vivènta amé de monde locau, e dins tant d’autreis endrechs dins tot lo relarg provençau, aviá amolonat e organisat de coneissenças monumentalas sus lo biais de charrar dei Provençaus de sont tèmps.

Am’aquò Guiu Martin sempre pedagògue, recebiá a l’ostau toteis aquelei que volián aprofichar de seis lutz. Mai que d’un puei a escrich sus la lenga d’òc en Provença. E mai que d’un obratge publica tanben de regraciaments a Guiu Martin, que pasmens, a ben pauc publicat eu mume, a part d’articles.

Jeudi 14 Février 2019
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.