Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Paraulas de la mar


LA SEINA. Le vocabulaire de la mer est particulièrement riche en occitan. La monographie hyper connue de La Seyne, écrite par Marius Autran (disparu en 1997) est rééditée par son fils Jean-Claude, en rend largement compte. Nous avons puisé dedans pour vous proposer cette bouillabaisse-là.



Arapède, quand tu nous tiens!... (photo XDR)
Arapède, quand tu nous tiens!... (photo XDR)
Arapeda : aqueu mollusc si pòu manjar, e si ditz en francés la patelle, o encore lo capèu chinés. Sa premièra particularitat es de s’arrapar fèrme ai rocàs. Arapeda si ditz adonc de quauqu’un que vos ten la camba sensa que siegue possible de s’en despegar.
 
Babòta (varés baboata): una mena de blenia que si fa vèire en premier e que fai lo fièr. Dau còup, baboata si ditz de tóteis aquélei que si fan vèire come lo menaire ! un cicliste seinenc siguèt subrenomat baboata bòrd que tre que la corsa lo menava a l’intrada de la ciutat, si voliá far vèire au cap dau peloton.
 
Bolhòu : un ferratàs per vuejar lei batèus de son aiga. L’aubijaire (un pescador que pesca especialament a l’auba) emplega un bolhòu que lo fons es vitrat per vèire dins l’aiga. D’un qu’es particularament lentàs dau cervèu per comprendre si dirà qu’a « la testa dins un bolhòu de pega ».

Une proche parente de la Chuscla (photo XDR)
Une proche parente de la Chuscla (photo XDR)
Caban : una favolhassa peluda quasi invisibla au fons de la mar, coma si siguèsse cubèrta d’un mantèu a capucha.
 
Chuscla : peisson de mar de la familha maena que pòu esperlongar sa boca coma un tube.
 
Desescar : levar l’esca dau musclau, bòrd que lo peis fa ren que de pitar sensa jamai mòrdre, e que pòu avariar lo musclau.
 
Eisseròc : vent de la mar que bofa despuei lo sud-èst, es una mena de sirocco (leis autrei vents pròches son : largada, ponent, labech, miègjorn…)
 
Enragar (s’) : blocar lo musclau sota un rocàs ; nos ven beleu de « raga », una cavitat sota mar.

La grapeta pour ratisser le fonds marin et ramener nombre de poissons (photo MN)
La grapeta pour ratisser le fonds marin et ramener nombre de poissons (photo MN)
Escavenier : un ganha misèria de la mar ; aqueu que capturava lei vèrmes de mar per lei vendre ai pescadors coma escas. Dins la fanga dau Lazaret de La Seina, cavàvon a la pèla puèi trifolhàvon a la man dins la fanga per n’en sortir lei vèrmes.
 
Fielàs, fielat (dins lo TDF) : es lo congre francés, una mena d’anguiela pròche dei murenas, un peis blau-negre que trobam en lescas en cò dau peissonier. Beleu qu’es nomat coma aquò perqué envertolha amé sa coa lei peis que captura, coma s’aquélei siguèsson dins un fielat.
 
Galineta : en francès le rouget.
 
Grapeta : l’autís lo mai preciós de l’aubijaire, amé sei dents corbas en forma de man, estacat au cap d’una biga, que permetiá de rastelar lo fons marin per arrapar mai que d’un peis.

Le sarran est une perche de mer (photo XDR)
Le sarran est une perche de mer (photo XDR)
Palhòu : lo fons de la cala.
 
Partèga : une biga tancada au fons de l’aiga davant e en arrier dau batèu dei pescaires de morredus (de vèrmes marins ben longàs), qu’estabilisava lo batèu.  Es tambèn un tèrme de vinhairons.
 
Piadier : jambin (mena de gàbia) per agantar lei piadas (en francés « bernard l’hermite »).
 
Potinhas : lei pichons peis per fregir, que nos ven de potinhós.
 
Sarran : una mena de pèrça de mar que si pesca a la deriva.
 
Severèu : peis de mar, en francés le maquereau bâtard.
 
Vaira : esclargiera d’arena au fons de la mar, onte si tròbon d’augas.
 

Ce vocabulaire est tiré de l'oeuvre de Marius Autran et normaisé par Reinat Toscano, qui a revu ce texte avant publication.

Lire ausi : 
Le Ceucle occitan de La Seyne à la pêche aux mots

Lundi 23 Septembre 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí en décembre... c'est le moment où jamais de le sauver !

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.