Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Lo temps, mon amic, l’i es plus !

A l’ostau, a meison, at home : dedins ! Jornau gapian 5


GAP. Eliane Tourtet observe le monde, les gens, leurs pratiques et les siennes comme jamais depuis que le confinement l'incite à reconsidérer tout ce qui survenait sans qu'elle y pense : les fleurs de l'arbre ou la montagne sont bien moins banals.



Siam d’una sason completament destimborlaa e parlo pas solament dau virùs coronat ! Lo temps, mon amic, l’i es plus ! Un jorn fai chaud coma d’estiu e te vaquí pas qu’un matin mon òrt se cuerbe de granulas omeopaticas. De granissa , pièi de nèu, juste dos traverses de dets.

Eliana Tourtet (photo MN)
Eliana Tourtet (photo MN)

Confinar per agachar e pas tant per consomar

Tot es chanjat, lo jardin saup plus que ne’n pensar. Les forsicias jaunes fan la beba e l’aubre de Judèa regreta lo país d’onte ven. Es Gap, es coma aquò ! La nèu cuerbe fuelhas e flors d’un mantèu d’uvern. Les agriutiers sauvatgis son en flors. Eric, un de mes colegas de la tele es en viatgi au Japon. A pogut partir, a pogut restar la setmana, dingun saup coma. Se fasiam de marrit sang per eu. Contactat, nos confirma que l’i es e nos manda de fotòs … d’agriutiers. Es ilai lo bòn moment des flors, e sabetz que per lei japoneses son de simbèus. Les agriutiers de Rometa retipan lei japoneses, levat que lei nòstres son cuberts de nèu, blanc sus blanc, fai encar mai blanc !

Son a florir eles mai. Les tags. Ne’n veguèro un sus la rota per lo supermerchat, que disiá : se confinar mai consomar… sariá una critica de la societat de consomacion que m’estonariá pas... Coma lo disetz « perspicace » en bòn occitan ?

Mon colega me manda una fotò dau Mònt Fuji, autre simbeu de son país. Chascun a una montanha dins sa testa o dins son cur : lo Garlaban dau paire de Pagnol, lo Mònt Venturi de Cesana. Per d’autres Ventorn, Santa-Bauma, que sabo, Vanija dins mei Baronias. De l’ostau, si me viro es Chabrieras au soreu levant, Ceüsa quand se coija, Charança per darrier.

D’aquesta passa, regardar la montanha rassegura ; chanjan pas de plaça. Se n’avetz pas davans les uelhs, n’avetz ben una en testa. Sarratz les uelhs e imaginatz-vos. Lei montanhas nos dison onte siam. D’aquesta passa pas sabem plus tròp onte restam.

Au Japon on admire les fleurs des arbres, dans le Gapençais elles contrastent avec les ultimes neiges (photo ET)
Au Japon on admire les fleurs des arbres, dans le Gapençais elles contrastent avec les ultimes neiges (photo ET)


Lundi 6 Avril 2020
Michel Neumuller





1.Posté par LIONS le 13/04/2020 10:15
Aquelo crounico d'Eliano Tourtet m'agrado. Me mande reveire la campagno mount' ai viscu au mitan di vigno, di óulivié e di camp coutreja. Aro, li siéu plus. Autro-part, me dise ounte soun passa li pimparin, li rigau, li pivo e li pinsot ? Ounte soun passa li muraio de pèiro seco e l'ódouranto redorto ? Li camp soun plus fatura que d'oustau d'agloumera, li dindouleto venon plus pèr-ço-que i'a plus ren à manja e soun plus que de gabian à roumpre lis auriho. Aro, vese la Bono Maire per la fenestro e au luen li colo m'ount anave cerca de roumarin, de ferigoulo e di berigoulo (sous lou « grand souléu de la Prouvenço, gai coumpaire d'óu mistrau»). Eimound

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí d'octobre arrive... abonnez vous vite !

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.