Aquò d'Aqui



Vous pouvez aussi désormais écouter certains articles !

En cliquant sur la pièce jointe du premier paragraphe des articles concernés, vous téléchargerez un fichier sonore, en fait le même article, mais lu à voix haute. L'initiative nous vient d'un constat : certains abonnés ont hélas une vue déficiente.

Voici un bon moment que nous y pensions; enregistrer certains articles et les proposer sur notre site web, faire entendre à celles et ceux qui souhaitent avoir la langue dans l'oreille, savoir comment on la prononce. Mais c'est un abonné de notre mensuel, devenu mal voyant, qui nous a incité à sauter le pas.














            partager partager

Se disem bonjorn de luenh...de pron luenh

A l’ostau, a meison, at home : dedins ! Jornau gapian 4


GAP. Eliana doit s'organiser, faire les courses en repérant les heures creuses. Le télétravail, le saviez-vous, inclut ménage et désinfection. Et certaines pratiques ne semblent plus possibles : la collègue retraitée n'offrira pas de pot.






Vu de la montagne, le confinement, une occasion de penser ce qui s'imposait avant... (photo MN)
Vu de la montagne, le confinement, une occasion de penser ce qui s'imposait avant... (photo MN)

De mon jardin, veio passar la vesina en joging. Se disem bonjorn de luenh. De pron luenh, chascuna d’un latz dau chamin. Es estressaa, se vei. Me ditz que duerme mau. Son òme e ela son a l’ostau, travalhan plus. Vai faire un viron a la ribiera per préner l’er. Se parlam mai la conversa es a distancia.


Entre clavier de desinfectar e supermarchat d'evitar

Mon òme travalha !


Chasque jorn vai a son burèu per respòndre au telefòne e ei messatgis. A l’ostau es pas parrier : lo tele-travau es pas la concentracion maximala. L’ambient l’i es pas. A achaptat per desinfectar l’ordinator, lo telefòne, lo burèu, Avem lavat les toalhons a l’ostau. Per eu, la situacion li fai socit, economicament. Lo despartament compta sus lo torisme e sabem pas que sarè l’estiu. Les estacions d’esquí an barrat sens bruch. Disián encar la meteo per la nèu a la tele que l’i aviá plus dingun !

 


Se retirar


Era lo darrier jorn per una de ses collegas. Les autras son en tele-travau. Per ela era ben lo darrier jorn. Lo darrier de 39 ans de bòns servicis. Se retira. Gis de collegas, gis d’aperò, o benlèu plus tard après la raissa que passam. Champanha pasmens, a dos. Per astre, lo virús me rendèt pas jarosa.


Operacion supermarchat


Fau ben manjar e d’aquesta passa vau mielhs manjar ben. Donc fau emplenar lo frigò. Gis de problema per se parcar. I a larjament la plaça. De monde barrutlan come de puercs marauts en se tapant la bocha de sa charpa. Aquò leis apara pas dau ridicule. Lo monde au travau se chinan : Siás bèu amb ton masque ! M’an dich que semblavo Alain Deloin ! Dins lo magasin l’i a de tot, levat de lingetas. De tot biais es pas ecologique. Me ne’n passarai. Lo joine de la caissa a de gants, lo masque e un chapelon de papier. Li demando si aquò vai. Me ditz qu’es calme e encar mai d’après disnar. Lo consèu es bòn si l’i devo tornar.
 

Faire des provisions, en milieu rural, une obligation...à condition d'éviter la foule et l'attente infinie. Tout acte "naturel" doit désormais entrer dans une stratégie du quotidien (photo MN)
Faire des provisions, en milieu rural, une obligation...à condition d'éviter la foule et l'attente infinie. Tout acte "naturel" doit désormais entrer dans une stratégie du quotidien (photo MN)


Dimanche 29 Mars 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d’Aquí de mars et avril
Dison que...

Interdit de parler breton et de cracher dans la soupe agro industrielle

Quand une journaliste dénonce l'agro industrie, ce lobby joue contre sa vie. Quand elle dénonce en breton, l'Etat la laisse face à ces harceleurs.

La journaliste d'investigation diffuse ses reportages via une radio bilingue bretonne

A nouveau des criminels en puissance ont déboulonné les écrous de l’auto de la journaliste Morgan Large, à Glomel, une bourgade bretonne de 1350 habitants où cette journaliste bilingue d’investigation vit et travaille. Journaliste, bretonne parlant breton, enquêtant sur les dérives de l’agro alimentaire : il serait difficile de croire que ces qualités n’ont rien à voir avec ces actes, qui mettent sa vie en danger et ont pour but de la faire taire.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.