Aquò d'Aqui


La Langue d’Oc
dans le parler d’aujourd’hui

Connaissez-vous la signification de cette expression ?


Et patin coufin * :

A - n'oublie pas tes patins ni ton couffin
B - etcetera
C - coucou je suis là (expression enfantine)


Répondre


Qu'es aquò, qu'es aquò ? (13)

Les devinettes d'Andrieu Lagarda, en languedocien, sont un modèle de finesse.Vous essayez de trouver... et vous nous écrivez la réponse.


Vaquí la devinalha dau jorn

Qu'es aquò, qu'es aquò ? (13)
"Una domaisèla dins un covent
que non coneis pluèja ni vent
mas qu'es banhada tot lo temps"


Qu'es aquò ?



 














            partager partager

Elisa Alegre : "le castell est une métaphore de la société catalane"


Elisa Alegre vit à Tarragona. Cette anthropologue a rejoint la Colla dels Xiquets de Tarragona. Si à l’intérieur du château humain elle oublie son individualité, elle n’en porte pas moins un regard réfléchi sur le phénomène.



Elisa Alegre livre son analyse du Castell, comme symbolique de la société catalane dans Aquò d'Aquí de novembre 2018 (photo MN)
Elisa Alegre livre son analyse du Castell, comme symbolique de la société catalane dans Aquò d'Aquí de novembre 2018 (photo MN)
Pourquoi s'accrocher les uns aux autres, accepter des poids incroyables sur les épaules ?

Dans notre société tellement individualisée, les relations sociales deviennent toujours plus fluides, changeant au gré de nos déplacements dans le monde…Elles n’ont plus la même force qu’aux temps où l’on vivait entre gens du village. Or, le castell, symboliquement, métaphoriquement, peut représenter cette proximité entre les gens, parce qu’ils poursuivent le même but.

C’est aussi une expérience corporelle. Ce que je ne tolérerais jamais ailleurs, particulièrement comme femme, là je l’accepte : qu’on agrippe mon dos, que des gens s’accrochent à moi, me poussent fortement, m’imposent jusqu’à leur salive, mettent leur pied contre ma joue…Dans le castell  notre notion d'espace vital disparaît totalement.

Accepter d'avoir mal pour en protéger les plus faibles

Ce groupe humain de quelques trois-cents personnes, hétérogène, vit les problèmes de tout groupe humain. Mais il est notable que pour eux la priorité reste le castell.

A souffrir au milieu du castell, avec des pieds dans les côtes, on s’oublie pour la réussite commune. Par exemple, en cas de chute, là où je suis, je ne sentirai rien, car les compagnons acceptent d’avoir mal pour me protéger.

C’est un aspect positif de cet oubli de soi dans le castell.

Lire aussi A Tarragona units per reussir
Le corps individuel accepte un temps de se fondre dans le corps collectif. L'anonymat et l'oubli de soi pour mener à bien un but commun (photo MN)
Le corps individuel accepte un temps de se fondre dans le corps collectif. L'anonymat et l'oubli de soi pour mener à bien un but commun (photo MN)

Dans le mensuel Aquò d'Aquí de novembre Elisa Alegre développera les différents aspects du Castell, la pyramide humaine des Catalans, et expliquera pourquoi cette part de la culture catalane nous dit beaucoup sur la société, et explique sa force dans les crises. Pour profiter de ce long entretien abonnez-vous dès maintenant.

Mardi 16 Octobre 2018
Michel Neumuller





1.Posté par Lo raiòu/Lou raiòu le 11/11/2018 02:20
Article cortet per una simbolica emparaulada. Gramecí per aqueste article !

Article courtet per uno simboulico emparaulado. Grameci per aqueste article !

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Votre numéro d'été invite à respirer
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.