Aquò d'Aqui


La Langue d’Oc
dans le parler d’aujourd’hui

Connaissez-vous la signification de cette expression ?


Et patin coufin * :

A - n'oublie pas tes patins ni ton couffin
B - etcetera
C - coucou je suis là (expression enfantine)


Répondre


Qu'es aquò, qu'es aquò ? (13)

Les devinettes d'Andrieu Lagarda, en languedocien, sont un modèle de finesse.Vous essayez de trouver... et vous nous écrivez la réponse.


Vaquí la devinalha dau jorn

Qu'es aquò, qu'es aquò ? (13)
"Una domaisèla dins un covent
que non coneis pluèja ni vent
mas qu'es banhada tot lo temps"


Qu'es aquò ?



 














            partager partager

A Tarragona units per reussir


TARRAGONA. Le château humain, une métaphore de la société catalane, où l'individu accepte de donner son temps, voire de souffrir, pour la réussite commune. Un extrait de notre reportage à paraître en novembre.



La pinya (le parterre) composée d'anonymes qui acceptent de souffrir, en cas de chute du castell, pour éviter que d'autres castellers ne se blessent. Ici les Xiquets de Vals (photo MN)
La pinya (le parterre) composée d'anonymes qui acceptent de souffrir, en cas de chute du castell, pour éviter que d'autres castellers ne se blessent. Ici les Xiquets de Vals (photo MN)
Chasque dos ans la Tarraco Arena s’emplena de sèt a uech mila espectators dau temps que son pertèrra s’emplís, eu, de benlèu tres mila castellers que se destinguisson per son vèstit : lei Bordegassos de Vilanova e sa camisa jaunejanta, lei Minyons de Terrassa amé la verda, la Jove e lei Xiquets de Tarragona, locaus de l’etapa, amé diferentei nuanças dau ròse… Quina mosaïca ! 

Mai dos jorns avans, lo monde casteller locau s’èra acampat sota la glèisa de Tarragona per son ultím entraïnament… « Perdon ! mai nos agrada pas de ne’n parlar ansin, siam pas d’esportieus » me sotalinha Jordi Surinyach, lo cap de chorma  ; « ce que fèm ara es de renovelar un acte culturau màger dei Catalans, podètz comparar amé de teatre mai pas am’una competicien dins un estadi. Fèm un assai, pas un entraïnament ».
 

Un biais de portar pèire simbolic de la societat catalana

A chapauc , mans e braç tiblats , lo joine barbassut mòstra a cincanta balès, fremas compressas, coma devon se tenir en rega fins qu’au centre, onte s’auçaràn totara, quatre per quatre, leis castellers que montaràn uech nivèus. « Pensi qu’aqueu biais de s’unir entre totei per l’unica tòca d’afavorisar l’auça dau mai pichon es simbolic de nòstra societat catalana, obèrta e generosa » vòu ajustar Alba.

Aquela joina policiera en pòsta a Barcelona s’entòrna tre que pòu au sieu per participar an’aquelei messas laïcas onte tres a quatre cents personas pòrtan pèira de còps.

A Tarraco Arena, lo dimenge a miegjorn, alòr que lei castells se succedon a-de-rèng , aqueu biais d’èstre unitaris passa dau fach culturau a la demonstracien politica : una bandiera giganta se passa de mans en mans entre lo public per afiermar : « Fèm la República catalana », e dessota apareisserà lo president catalan Quim Torra, per un banh de mans sarradas. 

Dossier complet dans notre mensuel à paraître

A Tarragona units per reussir
Notre dossier de six pages avec reportage complet, entretien avec une anthropologue, enquête sur ce phénomène culturel dans notre mensuel de novembre. Pour vous abonner c'est ici.

Vendredi 12 Octobre 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Votre numéro d'été invite à respirer
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.