De l’alfa e de l’òmega de la ciutat

Les habitants d'une ville doivent pouvoir officiellement co-construire les projets urbains. Faute de quoi, le jeu est fermé, et dangereux : des spéculateurs favorisent une équipe politique qui servira leurs intérêts. Et les conséquences peuvent être dramatiques.

Aperaquí detz mila personas dimècres de sera manifestavan còntre l’incuria dau municipe marselhès que laissa en risc d’espòutir mai que mai d’imòbles dau centre ancian.
De l’alfa e de l’òmega de la ciutat






            partager partager

Dans l'Aquò d'Aquí de rentrée : la montagne de l'économie de proximité


Notre prochain numéro s'intéresse à l'économie de la montagne, à ces jeunes qui choisissent de vivre au pays et d'échapper à l'agro business. Il rend aussi hommage aux 141 donateurs qui, voici deux ans, ont sauvé notre titre, l'unique qui, en langue régionale, dit l'actualité de Provence, des Alpes et de Nice.



Abonnés d’Aquò d’Aquí, vous recevrez vers le dix septembre notre numéro de rentrée. Amis non-encore abonnés, vous pouvez d’ores et déjà vous abonner en ligne ici, et recevoir ce journal bilingue. Il vous permettra de progresser en douceur dans la pratique de notre langue régionale, en vous intéressant à l’actualité du pays, à ses enjeux sociétaux.
 
La montagne, tout un monde ! Celui de l’arrière-pays, de ceux dont les pouvoirs publics se préoccupent moins, celui du moindre nombre d’électeurs.

Ils ont choisi de vivre au pays, s'affranchissant des contraintes de l'agro business. Pas facile, mais au final, ils maîtrisent leur vie et contribuent au rayonnement du pays.

Producteurs alpins : sortir des griffes de l'agro business et maîtriser sa vie comme ses produits (photo MN)
Producteurs alpins : sortir des griffes de l'agro business et maîtriser sa vie comme ses produits (photo MN)
Nous y avons vu au contraire l’univers des possibles, où des gens travaillent  à renouveler les modèles économiques. Ils font petit, bien, veulent maîtriser leurs produits, et partant maîtrisent aussi leurs vie. Ils vivent, travaillent et décident au pays, un vieux slogan régionaliste, mis en pratique, en silence, mais bien ancré dans la réalité.
 
En Champsaur, cette vallée alpine de bocage qui parle encore occitan, nous avons donc rencontré apiculteur, paysan-boulanger, et éleveurs bovins, qui font le choix de l’économie de proximité, de la vente directe. Ils cherchent à échapper aux obligatoires déconvenues de l’agro-business, qui étrangle leurs collègues. La perspective qu’ils ouvrent à ces dernier pourrait bien demain entraîner de nouvelles vocations.
 
Pour ce dossier « fach en Champsaur », nous avons demandé à Laurenç Revest de nous aider à adapter nos articles à l’alpin d’oc, une variété dialectale que nous avons à cœur de partager avec l’ensemble de nos lecteurs.
 
Restons dans l’agriculture, avec Gèli Fossat, qui pourtant ne manie pas la charrue, mais l’encyclopédie. L’auteur nous avait parlé des mots de la Durance naguère, le voici arpentant le riche lexique provençal de la vigne. Sa vendange est opulente !
 
Nous voyageons dans les pays exotiques à nouveau….Dans les Hauts-de-Seine ! Guiu Matieu nous y entraîne, et nous fait visiter cette commune de la Région Parisienne, plus attachée à la langue d’oc que bien des cantons occitans. La faute à un fabuliste occitan qui vint y mourir en 1794, et à quelques générations de félibres et occitanistes qui maintiennent vive la flamme. Nous en profitons pour rendre hommage à Glaudi Bressand, qui participa à l’entretien de cette flamme, et qui lui s’est éteint bien trop tôt cet été.

Culture, musique, littérature, pratiques populaires...

Alidé Sans, avec Paulin Courtial, elle choisit de chanter occitan, de travailler dans le local, et de s'adresser à l'univers ! (photo MN)
Alidé Sans, avec Paulin Courtial, elle choisit de chanter occitan, de travailler dans le local, et de s'adresser à l'univers ! (photo MN)
L’économiste Philippe Langevin ouvre, lui, le débat, sur les conditions du développement rural. Est-il iconoclaste d’affirmer que la résidence secondaire et la recherche nucléaire ont permis à la Haute-Provence d’éviter la désertification ? Voilà des attendus bien peu ancrés dans la tradition occitaniste !
 
Comme toujours nous sommes très attentifs aux pratiques et initiatives culturelles. Ce mois-ci nous confions à Victor Capdet, photographe des traditions catalanes, le soin de nous parler « gigants » et « balls de bastons », à l’occasion des fêtes de Vilanova i la Geltrú, qui se sont déroulées en août.

Nous rendons hommage à l'homme de théâtre toulonnais Andrieu Neyton. Il sera le prochain grand prix littéraire de Provence, à Ventabren le 30 septembre.
 
Le Belouga quartet sortira bientôt son premier CD, et pour cela ce quatuor de galoubets tambourins inventif et curieux a fait appel à quatre compositeurs. Nous avons eu accès à ces musiques, qui nous font sentir combien le couple majeur de la musique traditionnelle provençale, le galoubet-tambourin, a l’avenir devant lui.
 
Les pratiques populaires innovent elles aussi : Fred Martin nous dira tout sur la Course de baignoires de La Ciotat. Un moment de joyeuse contre-culture qui finit par devenir un rendez-vous populaire de la Provence estivale.
 
Alidé Sans et Paulin Courtial qui sortent un nouvel album, « Enerecla », chanté en aranais, nous disent de leur côté, tout autant que les paysans champsaurins, combien la recherche du plus local peut être la condition de la création la plus universelle. Ces deux jeunes gens développent une créativité musicale et poétique qui, à force de travail et de réflexion, devrait inspirer nombre d’artistes qui boudent notre langue d’oc.

Nos abonnés sont fantastiques !

Michel Miniussi ? Ah ! non, il ne faut plus ignorer l’auteur sensible disparu en 1994. Voici ses Ciutats d’Òc rééditées, par le soin de l’association de ses amis. Véronique Champollion, qui a illustré l’ouvrage, nous rappelle qui fut ce talent d’écriture trop tôt disparu.
 
Médéric Gasquet-Cyrus, notre linguiste de l’espace mental du marseillais, nous parle ce mois-ci des Gênois. Nos voisins cisalpins ont pâti le mois dernier d’un terrifiant accident. Le pont qui s’est écroulé lui a rappelé un autre malheur dont ont souffert leurs aïeux : le racisme des Provençaux. Il convoquera pour cela Victor Gélu, pas moins.
 
Gérard Phavorin nous entraînera, lui, crayon et carnet de croquis en mains, dans les rizières du sud de la Chine, dans une région montagneuse qui confine au Vietnam.
 
Enfin, nous rendons hommage, dans ce numéro, à nos abonnés qui, voici tout juste deux ans, sauvaient Aquò d’Aquí. A l’issue d’un été aussi enthousiasmant qu’anxiogène, 330 abonnés nouveaux nous permettaient de compenser la perte d’une subvention régionale qui aurait dû être fatale à Aquò d’Aquí. Parmi eux 141 faisaient un don. Cet argent, plus encore leur confiance, explique la rénovation de notre journal, que vous trouvez plus qu’honorable désormais.
 
En vous y abonnant, en vous y ré-abonnant, en lui accordant un don, en le faisant connaître, vous lui donnerez la sécurité nécessaire à la poursuite de son œuvre : inscrire l’occitan provençal, alpin et niçois, dans la normalité de l’information d’actualité.
Voici deux ans vous sauviez Aquò d'Aquí : dans ce numéro la liste des sauveteurs (dessin Phavorin)
Voici deux ans vous sauviez Aquò d'Aquí : dans ce numéro la liste des sauveteurs (dessin Phavorin)

Lundi 3 Septembre 2018
Michel Neumuller




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dison que...

Marseille la tartuferie a assez duré

MARSEILLE. Etudiant en sciences politiques, Julien Bonnefont a consacré un mémoire au rapport entre urbanisme et population à Marseille au mitan des années 2010. Comme d’autres, il pointait à l’époque les risques induits par un laisser-aller des pouvoirs municipaux quant aux populations modestes de la ville-port.

Marseille la tartuferie a assez duré
Cinq morts à Marseille, et peut être davantage dans les heures et les jours à venir… Les secours sont à pied d’œuvre rue d’Aubagne pour sauver ce qui peut encore l’être après l’effondrement de trois immeubles en plein centre-ville en début de semaine.  


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.