Aquò d'Aqui


            partager partager

Contes et Rencontres en Droma : lo public festèja Malika Verlaguet


BARRONIES. Le festival ''Contes et Rencontres'' a ouvert son livre merveilleux à la Coopérative Viticole de Nyons. Et la jeune conteuse Malika Verlaguet, accompagnée du musicien Frédo Mascaro, a déjà conqui le public.



Malika Verlaguet avait déjà été remarquée l'an passé. Elle confirme devant un public fourni (photo AC)
Malika Verlaguet avait déjà été remarquée l'an passé. Elle confirme devant un public fourni (photo AC)
Destriada en 2011 en Lozèra per de membres de l’associacion ''Contes et Rencontres'', Malika Verlaguet es apreciada per sei talents, sa jovença e son energia contagiosa.

De son accent deliciós, ont se pòu detectar totei leis especificitats dau roergat, chala un public bilingüe, se que non coneissaire, d'istòrias tant fòlas que poëticas.
 
Ges de morala, mai una lutz. Ges de lectura, mai dau tiatre.

Quasiment cade mòt es sostengut per de gèsts, de mimicas.

Una mesa en scèna un pauc dramatisada, au sen d'un espaci restrench, que pòrta sus eu lo dinamisme e l'entosiasme.

Un varam (une aura) particulier reinha. Lo public, eu, ris regulierament, respònd ai questions, participa. Una interactivetat dins quala se convida la musica, trobant eisament sa plaça dins aquel espectacle bilingüe. 

Ses trois langues préférées : l'occitan, le français ...et la musique

Tot coma lo cònte tradicionau en eu-meme, lei performanças de Malika son universalas. De pònts entre francés e lenga d'òc, en passant per la musica, religan leis òmes.

Per çò que dins aquel Aveiron luenchenc, que nos pareis una Occitània exotica, s'i tròba de racinas.
 
E se durent aquela serada la contairitz d'abòrd vòuguèt partejar de tradicions, ela joguèt tanben en favor dei « tres lengas » qu'afecciona : l'occitan, lo francés e la musica. Tot aquò, lo public l'a pron comprés. E a pron ris.
 
Dins lei còntes de Malika tot es possible e tot es esmovent.

Un  garri tomba amorós d'una saucissa. Un joine òme, pivelat per la planeta Venus, la vòu jónher. Un òme-lop maudich dèu portar una rauba en peus de princessas, per rompre lo sòrt.

Un enfant demanda a son paire « coma faire per èsser urós dins la vida ? ». La musica en cò leis òmes nais dau « desespèr » e de la « jòia ».
 
« Es coma aquò » amé Malika. Mai, mentre que leis espectators èron partits rejónher lei personatges sus de luenchencas tèrras imaginàrias, retorn a la realitat : «E cric e crac, lo conte es acabat».  

Mardi 26 Novembre 2013
Amy Cros




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.