Glaudi Bressand nous a quitté

Il était habitué des stages d'occitan estivaux, durant lesquels il pratiquait son activité de prédilection : l'écoute des autres.

Glaudi Bressand  nous a quitté
Glaudi Bressand s’est simplement affaissé lors d’une cueillette en montagne le 30 juillet dernier, et ne s’est plus relevé. Il avait 72 ans. 






            partager partager

André Neyton prochain lauréat du Grand Prix Littéraire de Provence


VENTABREN. Le 30 septembre l'homme de théâtre reçoit ce prix, après des auteurs tels Robert Lafont, Jean-Luc Domenge, Serge Bec...



Dans le rôle de Gaston Dominici, vu comme une victime de la vie et une victime désignée de la Justice (et de la presse) à cause de son français peu orthodoxe (photo MN)
Dans le rôle de Gaston Dominici, vu comme une victime de la vie et une victime désignée de la Justice (et de la presse) à cause de son français peu orthodoxe (photo MN)
Depuis bientôt cinquante ans, le théâtre provençal de qualité professionnelle s’incarne dans ce solide Toulonnais qui a été tout au long de sa vie comédien, metteur en scène, auteur, directeur de théâtre.

L’espace Comedia à Toulon est depuis 1991 animé par le Théâtre de la Méditerranée qu’il dirige. C’est en 1966, à l’âge de trente ans, qu’il découvre avec Robert Lafont la possibilité d’une écriture théâtrale occitane mettant en scène la langue d’oc dans sa réalité contemporaine avec le premier spectacle d’une longue série, Per jòia recomençar
 
C’est à la suite de cette création qu’il fonde le Centre dramatique occitan qui montera quantité de pièces d’auteurs occitans et catalans tels Florian Vernet, René Merle, Rodolf Sirera, et Robert Lafont lui-même, dont la Révolte des cascavèus sera produite par FR 3 national.

En 1971, il sera invité aux journées du Théâtre des Nations organisées par Jean-Louis Barrault, puis en 1975 au Festival mondial du théâtre de Nancy.
 

Un théâtre qui pointe l'injustice faite aux Occitans

Andrieu Neyton lors de la première Conférence des Arts et de la Culture, à Marseille en juin 2016 (photo MN)
Andrieu Neyton lors de la première Conférence des Arts et de la Culture, à Marseille en juin 2016 (photo MN)
André Neyton est l’auteur de nombreuses pièces de théâtre : La Farandole de la Liberté, Barras le vicomte à l’ail, L’affaire de la belle Cadière, La légende noire du soldat O relatant l’affaire du XV° Corps au début de la première guerre mondiale, et Du beurre dans les rutabagas, sur la résistance dans le Var. Il réalise un long métrage sur le même sujet, Il le fallait.

Il crée aussi des spectacles pour le grand public de différentes formes, rassemblant des milliers de spectateurs sur des thèmes liés à la culture et à l’histoire de la Provence : Le siège de Mons, Maurin des Maures, Gaspard de Besse, et tout récemment Moi Gaston Dominici, assassin par défaut, sur le massacre non élucidé d’une famille anglaise à Lurs qui a défrayé longtemps la chronique des années cinquante.
 
Militant infatigable de la langue qu’il a décidé de servir dans la perspective de l’éducation populaire par un théâtre accessible à tous, il manie avec beaucoup d’à propos l’alternance du provençal et du français dans ses dialogues, et permet ainsi à la langue d’infuser sans provoquer un effet de rupture et de rejet.  

Grand Prix des Jeunes, Patounet lauréat...

Le Grand Prix Littéraire sera décerné le dimanche 30 Septembre à la Salle Sainte Victoire à Ventabren (13122) à partir de 14 h 30, et sera précédé de la remise à des établissements d’enseignement du Prix des Jeunes récompensant un projet scolaire promouvant la langue d’oc.

Cette année en bénéficieront la maternelle de Puyloubier, en partenariat avec la chanteuse-compositrice Liza pour un projet exploitant la marionnette Patounet créée par l’Institut d’Etudes Occitanes ; l’école élémentaire Clovis Hugues de Ménerbes pour un projet visant la protection des abeilles ; l’école Calandreta d’Aurenja pour un CD de chansons mettant en musique des poèmes de René Mathieu qui nous a récemment quittés ; et le collège Henri Wallon de Marseille pour un projet de création de chansons en occitan mené en partenariat avec le groupe niçois Nux Vomica
 
Un projet scolaire avec un ourson qui ne parle que provençal...Puyloubier et la chanteuse Liza recevront le prix des jeunes (photo XDR)
Un projet scolaire avec un ourson qui ne parle que provençal...Puyloubier et la chanteuse Liza recevront le prix des jeunes (photo XDR)

Dimanche 2 Septembre 2018
Alain Barthélemy-Vigouroux




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Dans l'Aquò d'Aquí de rentrée : la montagne de l'économie de proximité
Dison que...

Quand lei French Lovers èron occitans

Evoquons deux acteurs occitans qui ont marqué le cinéma américain.

Sieu un cinefile d’avans leis anadas 2000, ai mai vist fa gaire a la telé «  Parìs brula ti »  ? (1966) de René Clément pèr lo cinquième còp. Lei stars dei doas ribas de l’Atlantica li son en abonde, aquò pòrta tòrt a l’intensitat dramatica dau filme, mai lo publique revés seis idòlas emé plesir. 
Quand lei French Lovers èron occitans


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.