Aquò d'Aqui


            partager partager

Disparicion dau poèta dei Valadas Claudi Salvagno


BERNES. Le poète occitan Claudi Salvagno nous a laissé. Son œuvre marquée par la montagne la sensualité de la matière et l'obsession de l'héritage civilisationnel, a été publiée par les éditions Jorn.



Claudi Salvagno (photo XDR)
Claudi Salvagno (photo XDR)

Aquelei que podràn l’i anar diràn un au reveire au poèta dei Valadas, Claudi Salvagno, leis autres legiràn sei poèmas, precioas votz de l’eiretatge montanhard. Seis obsèquias se faràn a la glèisa de Bernes (Bernezzo), una ciutat de 4000 abitants de la Provincia de Cuneo. L’ancian emplegat dei camins de fèrre italians es defuntat uei. Naissut en 1955, patissiá, nos ditz La Stampa, d’una malautia degenerativa.

 

Esculptor sus bòsc, lo poèta siguèt publicat per leis edicions Jorn, qu’avian acampat seis òbras dins L’empèri de l’ombra (2004). diguèt, son editor, parlant de seis òbras, qu’èro lo pendís fosc de l’empèri dau solèu de Frederic Mistral.

 

Sensuala, sa poèsia donava lo sentiment dau tocat dei matièras de la montanha que cantava : lo bòsc, la lausa…Se questionava tanben sus ce que se podriá faire de sa lenga, un eiretatge aupenc fa de paisatges coma de lengatge, laissat per una civilisacion anciana jusqu’a nòstra generacion. Que faire de l’eiretatge ? Era una preocupacion chironanta de sei textes.

 

ne’n vaquí un tròç, tret d’aquel Empèri de l’ombra :

 

Lauses, lauses sillàbiques,
escairaas dai bòts di malhets
vendues un tant a la braça, un tant a l'ora lotjaas,
caire contra caire, còsta sobre còsta,
de travers i lates, just ressiaas, melze o sarvaia,
ben lotjaas, sobre i chantiers parelhats,
sobre lo colme boscat dreit,
pausat abó un bram
encima la muralha de la meira
bastia sus la broa d'aquest
monde, mec malade de nos.

 

Claudio Salvagno, aquel eiretatge, lo voliá transmetre a son torn, amé sa poèsia, segur, portant pèira a d’emissions radiofonicas pereu.

 


Mercredi 17 Juin 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.