Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

A Marselha ajudar lei sinistrats


MARSEILLE. Deux mois après l'effondrement meurtrier d'un immeuble en centre ancien paupérisé, 1500 sinistrés vivent hors de chez eux. Comment aider les plus modestes quand la Commune observe le "minimum syndical"? Nous suivons des citoyens ordinaires, mais impliqués par le drame, dans notre mensuel de février (extraits)



Première étape, pour le quatuor de cuisiniers pour sinistrés, faire le marché. Sandrine : "les forains se sentent concernés, ils offrent!"
Première étape, pour le quatuor de cuisiniers pour sinistrés, faire le marché. Sandrine : "les forains se sentent concernés, ils offrent!"
Son quatre, uei, mai de còps pòdon èstre dos o tres mai. Sa tòca, alimentar la paurilha que la Comuna a plaçat dins un hòtel pas car dau baloard Sakakini. Una vintena amé d’enfants. Luenh de Pastré o dei Comèrcis a la mòda de la Jolieta, en silenci, lei familhas sensa argent, deslotjadas de son pichon apartament amenaçant de s’escrancar , son per un temps dins d’hòtels, discrets.

«  Lo premier jorn après la catastrofa, siáu anada ajudar la Crotz Roja a la Comuna dei 1-7encs arrondiments. M’an pas laissat intrar qu’èri pas sinistrada, alòr ai parlat am’elei, e me siáu avisada qu’avián que d’entrepans au brie o au ton… lo lendeman siáu tornada am’una cageta de fruchas ».

De fieu en cordura , Sandrine e sei colègas, trobats tot parier dins leis assembladas de vesins e de monde escandalisat per l’incuria de la Comuna, an començat de faire restaurant nomade. Una costuma a Marselha, quand leis instituciens se negan, es lei ciutadans ordinaris que se tenon drechs sus la polèna.
 
Totei quatre siguèron candits, lo matin dau 5 de novèmbre. « Podiam l’esperar autre part, pasmens èra a Marselha ! » Mòmò a recebut l’informacien sus son telefonet, « Sabiáu pas que faire, amé tot aqueu monde desprovesit de papiers, de malauts, de pichons … »

Coma Sandrine, que trabalha dins un restaurant, o Anne-Marie, puericultritz retirada que saup faire lo repais d’un nenet …  « Era tanben possible de trobar de monde formidable ! »

Lire la suite dans le mensuel de février d'Aquò d'Aquí

Notre mensuel de février présente trois pages de reportages, enquêtes, photos, en provençal comme en français, sur cette tragédie qui révèle un manque d'intérêt des élites pour les conditions de vie des Marseillais modestes, et souligne la capacité à se mobiliser des gens ordinaires. Votre abonnement nous est indispensable.

Mardi 15 Janvier 2019
Michel Neumuller





1.Posté par Lo raiòu / Lou raiòu le 22/01/2019 09:38
Fai gaug veire que l'amor e la solidaritat esíston encara.
Semblariá que lo problèma de Marselha saguèsse... sos elegits. Me trompe ?

Fai gau veire que l'amou e la soulidarita esìstou encaro.
Semblariè que lou proublèmo de Marseio saguèsse... sous elegi. Me troumpe ?

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.