Aquò d'Aqui


L’occitan enseigné “dans le cadre de l’horaire normal”

Ne rêvons pas, loi Molac ou pas, l’emploi du temps continuera à proposer le choix à l’élève : occitan ou repas de midi ? Il convient de préparer la réaction dès maintenant, question d’égalité.

Bien qu’elle fut amputée par le Conseil Constitutionnel de dispositions majeures, la Loi Molac enfin promulguée autorise quelques avancées pour l’enseignement des langues régionales. Ainsi, théoriquement les “heures poivre” auront vécues et l’occitan devrait rejoindre les matières qui ont droit à des horaires “normaux”.

 

Mais théoriquement et pas plus… il est donc temps pour les défenseurs de se mobiliser. La rentrée scolaire doit être préparée.


















            partager partager

Vos dons sont notre carburant


Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.



En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.

Notre mensuel de décembre-janvier publiera les noms de nos donateurs. Sans eux, pas d'avenir pour la langue d'oc, langue de l'information !

Andrieu Neyton a chausit de partejar son prèmi litterari entre promotors de l'occitan, entr'elei, nòstre jornau (photo MN)
Andrieu Neyton a chausit de partejar son prèmi litterari entre promotors de l'occitan, entr'elei, nòstre jornau (photo MN)
En octobre nous devrons signaler le cas d’André Neyton. L’homme de théâtre ne nous a rien dit quand nous l’avons interviewé, en marge du Grand Prix Littéraire de Provence, à Ventabren. Il n’a pas crié sur les toits qu’il se déferait au plus vite de la somme liée au prix. En fait il nous a envoyé, dans les jours qui ont suivi, un chèque plusieurs fois centenaire en euros.

Savez-vous à quel point, au moment de satisfaire au couperet fiscal des cotisations Urssaf, notre trésorière a apprécié ? Cher Andrieu, cet argent a fait baisser d’un coup le stress que notre vaillante association ressent trop régulièrement, puisqu’elle n’a ni banquier ni groupe lobbyiste dans sa poche…Et qu’elle n’en veut pas !
 
Ainsi, lecteurs, abonnés, souvent très fidèles, et bien plus nombreux qu’il y a deux ans, vous êtes notre presque seul soutien, avec certaines collectivités locales, qui parfois, elles, ont pu faire défaut. Mais quel soutien ! Fidèle, et discret. Vous ne criez pas sur les toits les dons que vous nous faites. Vous n’exigez pas que nos articles disent comme vous le voudriez. Vous êtes le silencieux mais indispensable carburant de notre projet : faire de notre langue d’oc, de notre occitan, une langue qui dit l’actualité, si possible intelligemment, pour parler du pays comme il va, ou comme il ne va pas.
 
Votre soutien, si régulièrement exprimé, nous permet ainsi de ne jamais, depuis 2005, augmenter le prix de notre abonnement. Ainsi vous pratiquez une forme de solidarité. Avec vos dons, certains qui voient leurs revenus baisser, continuent à s’abonner, et ne sont ainsi pas coupés du fil de l’actualité dite en Lenga Nòstra ou, si vous l'entendez mieux ainsi, en Lengo Nostro.
 
Merci pour nous, et pour eux.

Jeudi 22 Novembre 2018
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Chanjar la Constitucion ? Dins l'Aquò d'Aquí d'estiu ne'n parlam
Dison que...

Quid de Mayotte ?

A la rentrée notre mensuel vous proposera une enquête fouillée sur la société du plus récent des départements français, dont la reconnaissance de la langue formait part de la loi Molac.

Que saviez vous de la politique de promotion du créole à la Réunion ? Et question subsidiaire, que savez vous vraiment de l’Ile de Mayotte, des tensions historiques et culturelles qui travaillent ce département français, dont seuls de rares échos parviennent en Métropole ?

 

Une des grandes satisfactions de notre journal reste de pouvoir vous en dire plus sur des des situations et des enjeux qui échappent à beaucoup.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.