Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

« Vòlon ben nos veire coma alucairitz mai pas coma saberudas »


On veut bien reconnaître aux femmes dans l'industrie des qualités de diplomate, un regard différent, mais la relation hiérarchique n'est pas souvent acceptée, et il faut en faire des tonnes pour s'imposer comme "sachante". Le témoignage d'une ingénieure de Rognac (13).



Valérie Garbal, vingt ans d'industrie : "il faut savoir arriver humble et désamorcer les conflits naissants" (photo MN)
Valérie Garbal, vingt ans d'industrie : "il faut savoir arriver humble et désamorcer les conflits naissants" (photo MN)
« A ieu m’agradava l’idèa de trabalhar dins l’environament, que se parlava pas encara d’espandiment duradís. Mai dau temps de meis estudis d’ingenhaire, va fau dire, la màger part deis fremas volián puslèu ensenhar ò  trabalhar dins la recerca que dins l’industria ».
 
Per Valeria Garbal s’es pas debanat parier, en causa d’un salon professionau mont’a rescontrat lo grope Sarp, que tracta tot plen de residús quimiques e autrei laissas per l’industria.

Ara es ela que, a Ronhac (13), identifica lei jaç de residús qu’auràn besonh de novèlas tecnologias : per leis escafat ò ne’n faire una novèla matèria promièra.
 
« Çò qu’es malaisat per una frema en blau de trabalh, es de s’impausar coma quauqu’un que sabe. L’òme vòu ben vos veire coma quauqu’un qu’aluca d’un biais novèu lo procèssus, mai pas coma quauqu’un que pòu discutar tecnica ! »

Plutôt enseignantes, les filles, diplômées à l'issue de cursus technologiques travailleront peu en fait dans l'industrie (photo MN)
Plutôt enseignantes, les filles, diplômées à l'issue de cursus technologiques travailleront peu en fait dans l'industrie (photo MN)
Adonc, li a faugut desvelopar d’estrategias amé d’armas pròpria a sa feminitat : «  es mai aisat per ieu d’arribar umila, de demandar consèu puslèu que d’en donar, d’escafar mon egò, e mai que d’un còp pòdi desamorsar lei garrolhas avans que creban l’uou… »

D’autant mai que son ròtle es pas ierarchique.
 
S’ara, mai de fremas s’endraion dins lei mestiers verdejants de l’industria, ela li es intrada fa vint ans, quand èra tras que rare.

Aquela pioniera a pasmens agut tres nistons, e « coma podiáu pas trabalhar a temps parciau, m’a faugut m’organisar, èstre espatlada per de bònei babais . »
 
Amé tot aquò s’a poscut menar son trin, es que l’idèia d’environament li arrapèt lo còr. Li van ben lei paraulas de la Targa dau Martègue : es sus la tinteina qu’un marin adrech, coma la polèna, deu se tenir drech….vint ans a-de-rèng.

Article rédigé en provençal rhodanien avec les suggestions de Guiu Garnier.

lire aussi : 
Pas pron de frèmas per verdejar l’emplec en Provença

Samedi 4 Janvier 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.