Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

« Vòlon ben nos veire coma alucairitz mai pas coma saberudas »


On veut bien reconnaître aux femmes dans l'industrie des qualités de diplomate, un regard différent, mais la relation hiérarchique n'est pas souvent acceptée, et il faut en faire des tonnes pour s'imposer comme "sachante". Le témoignage d'une ingénieure de Rognac (13).



Valérie Garbal, vingt ans d'industrie : "il faut savoir arriver humble et désamorcer les conflits naissants" (photo MN)
Valérie Garbal, vingt ans d'industrie : "il faut savoir arriver humble et désamorcer les conflits naissants" (photo MN)
« A ieu m’agradava l’idèa de trabalhar dins l’environament, que se parlava pas encara d’espandiment duradís. Mai dau temps de meis estudis d’ingenhaire, va fau dire, la màger part deis fremas volián puslèu ensenhar ò  trabalhar dins la recerca que dins l’industria ».
 
Per Valeria Garbal s’es pas debanat parier, en causa d’un salon professionau mont’a rescontrat lo grope Sarp, que tracta tot plen de residús quimiques e autrei laissas per l’industria.

Ara es ela que, a Ronhac (13), identifica lei jaç de residús qu’auràn besonh de novèlas tecnologias : per leis escafat ò ne’n faire una novèla matèria promièra.
 
« Çò qu’es malaisat per una frema en blau de trabalh, es de s’impausar coma quauqu’un que sabe. L’òme vòu ben vos veire coma quauqu’un qu’aluca d’un biais novèu lo procèssus, mai pas coma quauqu’un que pòu discutar tecnica ! »

Plutôt enseignantes, les filles, diplômées à l'issue de cursus technologiques travailleront peu en fait dans l'industrie (photo MN)
Plutôt enseignantes, les filles, diplômées à l'issue de cursus technologiques travailleront peu en fait dans l'industrie (photo MN)
Adonc, li a faugut desvelopar d’estrategias amé d’armas pròpria a sa feminitat : «  es mai aisat per ieu d’arribar umila, de demandar consèu puslèu que d’en donar, d’escafar mon egò, e mai que d’un còp pòdi desamorsar lei garrolhas avans que creban l’uou… »

D’autant mai que son ròtle es pas ierarchique.
 
S’ara, mai de fremas s’endraion dins lei mestiers verdejants de l’industria, ela li es intrada fa vint ans, quand èra tras que rare.

Aquela pioniera a pasmens agut tres nistons, e « coma podiáu pas trabalhar a temps parciau, m’a faugut m’organisar, èstre espatlada per de bònei babais . »
 
Amé tot aquò s’a poscut menar son trin, es que l’idèia d’environament li arrapèt lo còr. Li van ben lei paraulas de la Targa dau Martègue : es sus la tinteina qu’un marin adrech, coma la polèna, deu se tenir drech….vint ans a-de-rèng.

Article rédigé en provençal rhodanien avec les suggestions de Guiu Garnier.

lire aussi : 
Pas pron de frèmas per verdejar l’emplec en Provença

Samedi 4 Janvier 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.