2019 Annada dei lengas autoctònas per l'Unesco

Si le gouvernement français continue à considérer honteusement les "langues de France", l'entité de l'ONU pour la Culture, elle, les valorise en 2019.

L'entitat culturala de l'ONU fa de 2019 l'an dei lengas de pòples premiers. Mai a parlar d'autoctònas e de sei lengas, podem alargar a totei lei lengas en perilh.
2019 Annada dei lengas autoctònas per l'Unesco






            partager partager

Vin: convivialité d'abord et qualité toujours


Quand l'universitaire Philippe Langevin parle du vin, l'économiste s'efface derrière le Provençal et l'amateur de bons crus. Dans nos verres il y a autre chose que des AOC nous dit-il, à l'heure où les vendanges battent leur plein en Provence. Rapide portrait du "croissant du bonheur".



"Avant d'être un secteur économique, c'est une occasion de rencontre et de fête" (photo MN)
"Avant d'être un secteur économique, c'est une occasion de rencontre et de fête" (photo MN)
La viticulture en Provence- Alpes Côte d’Azur n’est pas une simple activité agricole confrontée à la concurrence des marchés et aux prétentions des bâtisseurs. Par son ancienneté, par sa diversité, par sa qualité, elle participe pleinement de l’identité régionale et de la vitalité de ses terroirs. Les 4 millions d’hectolitres produits en moyenne chaque année constituent 10% de la production nationale sur 12% du vignoble national. Cette production mobilise 100 000 hectares principalement dans le Vaucluse (52 000 ha), le Var (30 000 ha) et les Bouches-du-Rhône (11 000 ha). 14 terroirs bénéficient de l’AOP qui représentent les trois quarts des parcelles sur des exploitations de plus en plus grandes.
 
Les crus les plus célèbres de la vallée du Rhône (Châteauneuf du pape, Rasteau, Gigondas, Vacqueyras) donnent un rouge corsé, le Beaume de Venise un muscat réputé qui n’ont rien à envier aux rosés des coteaux du pays d’Aix ou au blanc de Cassis. Les trois quarts de vins produits en Provence sont des rosés dont 75% de la production est classé en AOP.

Entre Rhône et Var un "croissant du bonheur"

Les terroirs agricoles s’étendent à l’ouest de la région suivant un arc remarquable des Côtes du Rhône du Vaucluse au Bellet de Nice en passant par les Côtes du Ventoux, les Côtes du Luberon, les Baux de Provence, les Côteaux de Pierrevert, les Côteaux d’Aix-en-Provence, le Cassis, le Bandol, les Côteaux Varois et les Côtes de Provence. C’est le croissant du bonheur.
 
Une analyse savante mettrait en évidence les modalités de l’encépagement traditionnel, les méthodes des vendanges mécaniques, les rendements différenciés, les mesures de protection des milieux. Une approche économique soulignerait les revenus dégagés, les emplois créés, le développement d’un tourisme de la vigne et du vin. Un regard sur les paysages insisterait sur la beauté des vignes en toute siason.
 
Mais tous les Provençaux vous le diront : le vin, ici, n’est pas une boisson d’alcooliques invétérés. C’est une occasion de rencontres, un moment d’échanges, un temps de fête. Le vin ne se boit pas : il se partage. C’est un art de vivre.
Ils produiront aux trois quarts des rosés...aux trois quarts classés en appellation d'origine (Photo MN)
Ils produiront aux trois quarts des rosés...aux trois quarts classés en appellation d'origine (Photo MN)

Mardi 18 Septembre 2012
Philippe Langevin





1.Posté par Lebeault Ph. le 22/09/2012 13:27
Comme dit aussi la Bible :
"Le bon vin réjouit le coeur de l'homme".

J'aime le partage tel que nous le propose M. Langevin...

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Voici Aquò d'Aquí de mai
Dison que...

Lei recalius de Notre Dame coma nos questionan

Notre-Dame de Paris fait aussi partie du patrimoine occitan. Notre patrimoine immatériel fait-il partie de celui de la France, M. Macron ? Si oui, que ne décidez-vous de le revitaliser, avec la même autorité ?

L’incèndi qu’a devastat per partida la Catedrala Notre-Dame de Paris diluns 15 d’abriu vèrs lei sèt oras dau vèspre questiona tota la França sus la plaça restanta dau religiós dins la societat dau siècle XXI, sus lo suenh portat per leis autoritats au patrimòni materiau e sei trias de finançament, mai tanben sus lo biais de l’intelligentsia de considerar que tot ce que se debana a Paris merita la prioritat de la Nacien.
Lei recalius de Notre Dame coma nos questionan


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.