Aquò d'Aqui








L'Union Européenne à l'épreuve de la Catalogne

Ni les Etats Européens ni l'Union Européenne ne disent fermement à l'Espagne qu'elle criminalise l'opinion démocratique. Que l'UE donne de la voix et défende ses valeurs face à un de ses membres, ou qu'elle admette qu'elle a perdu tout crédit politique.

Les lourdes peines que les juges espagnols ont infligé aux élus du Parlement Catalan et aux présidents d’Omnium Cultural et de l’Assemblée Nationale Catalane ne correspondent à aucun crime. Organiser un référendum pour l’autodétermination, poussé par la population elle-même et auquel se rendent près de trois millions de citoyens, soit une majorité d’électeurs, ne peut être un délit, mais une action qui honore les démocrates qui l’ont permise.

L'Union Européenne à l'épreuve de la Catalogne






            partager partager

« Toute la vie » descava la vièlha tençon, tant mièlhs !

La chanson des Enfoirés déterre l'art de la tenson. Tant mieux!


En mettant en scène le débat entre deux générations, la chanson de Jean-Jacques Goldman fait appel à l’art de la tenson. Cet héritage artistique occitan est loin d’être suranné. Et puisqu’il favorise le débat à l’heure de l’obscurantisme conquérant, sachons le défendre mordicus.



Qué tarabast per la cançon de Goldman « Toute la vie » ! S’avísan, mai que d’un, que seriá una cançon « anti-joines », « paternalista », que díson : « Coluche, tòrna ! Leis Enfoirés son venguts reaccionaris … » e patin-cofin.

Lei malhums sociaus esperlóngan despuei quàuquei jorns aquela polemica, qu’auriá pas d’èstre, s’aguèsson un pauc de cultura istorica e artistica entre leis aurelhas, aquélei polemicaires.
 
 

Mettre en scène un débat de la société n'est pas faire offense à celle-ci

Sabèm pas se lo Marselhés JJ Goldman coneisse ben, eu, l’art de la tençon. Mai aquel exercici trobadoresc fa partida de tot son eiritatge culturau. E, conscient o pas, aquò s’entende dins sa cançon per Les Enfoirés.

Dins « Toute la vie », s’agisse de faire debatre doás còlas : aquela dei parents am’aquela de sei nistons, venguts adolescents. Aquélei li díson ai mai vielhs : « Pòrtas embarradas, vaquí nòstre avenir...avètz tot mancat, despensat, polluit ! », e lei parents de respondre amé derisien : « pantaii o siás en trin de tubar ? ». Leis uns díson : « nos as fa un monde impossible », leis autres contèstan : « as tota la vida davans tu per lo milhorar ».
 
Au començament deis annadas 1970, quand aviá encara lei peus longàs, Maxime Leforestier, eu un Parisenc pasmens, cantava quasi tot parier lei dos ròtles : «  nosautres vivián per quauqua ren disiá lo paire », « siatz mòrts per pas grand causa disiá l’enfant » que podèm entendre dins « Dialogue ». E beleu qu’es pas d’azard s’aquel artiste sostèn Goldman dins aquel afaire, maugrat tot lo chafaret que sa cançon provòca.
 
La tençon es un genre poetic naissut amé lei trobadors, e aquela targa de discutaires a poscut parlar de ben d’autreis chausidas qu’entre amor e desamor : coma « se vodar a Dieu o demorar dins lo monde ; èstre raspi o faire larguessa » que nos aprèn Linda Paterson. « Lei trobadors céssan jamai de pausar de questiens o de prepausar de soluciens que regàrdan d’àutreis atges que lo sieu » ajusta Gerard Gouiran.*
 
E beleu qu’es ben ce qu’a fa lo Goldman am’aquela composicien, pausar de questiens sus nòstre temps, e organisar la polemica sus aqueu tèma. Qu’un artista qu’inserisse la contradiccien a son discors pròpri dins son òbra siegue acusat de discors reaccionari, aquò laissa estabosit.
 
A l’ora que l’inhorança tua l’intelligéncia, sembla qu’un esfòrç pedagogic siegue necite, per pas nos fabricar una generacien de nèscis . Lo debat es a favorisar, e la cançon deis Enfoirés favorisa lo debat. Aquélei que n’en vòlon pas fan escòrna a l’intelligéncia ; aquélei que lo ménan, élei, an pas a se taisar.
 
E se la societat francesa vòu ben cavar nòstra memòria istorica per favorisar la cultura dau debat, seriá necessari de n’en parlar a l’escòla. Se aquela impausa au programa dei liceans de saupre ce qu’es lo romantisme o lo simbolisme en literatura, vesèm pas perqué li demandariá pas pereu de saupre ce que son tençons e partiments.
 
Fariá pas de mau a l’avenir de nòstra democracia. Qu’aquela, per la favorisar, aurèm pas « Toute la vie ».
 
*Revista « Europe » de junh-julhet de 2008, paginas 3 e 112.

Lundi 2 Mars 2015
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Aquò d'Aquí d'octobre arrive
Dison que...

Tarabast

Les affrontements entre policiers et manifestants en Catalogne sont nommés par les médias par l’équivalent de “chahut”. Mais derrière un mot c'est un monde complexe qui se dévoile...

A l’ora que s’acaran policiers e manifestants catalans, que s’acarnan lei governants espanhòus a afèblir lei drets d’aqueu país qu’a votat lo 17 d’octòbre de 2017 per son independència, la paraula que s’impausa pertot, dins lei medias dau Principat, es “Aldarulls”.

Tarabast


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.