Un projet de Loi pour divorcer le provençal de l'occitan!

Le député maire de Chateaurenard s'est laissé berner par un collectif largement financé par le Conseil Régional, dans le but de légiférer que le blanc est noir, et que la lune est l'astre du jour.

Notre provençal coupé de sa famille, la langue d'Oc, telle que l'a définie Frédéric Mistral dans un fameux dictionnaire qui fait toujours référence ? Mais oui ils l'ont fait ! Ils n'y comprennent tien mais ils l'ont fait.






            partager partager

Suggérez nous comment vous voudriez Aquò d'Aquí

En trois semaines vous avez fait déjà beaucoup


Une centaine d'abonnements nouveaux, soit un tiers de notre objectif pour sortir votre mensuel du pétrin provoqué par la baisse des subventions, c'est l'effort que vous avez réalisé. Qu'il se poursuive et nous pourrons proposer mieux et plus.



Durant la semaine écoulée, vos abonnements ont à nouveau afflué. Nous avons probablement rempli désormais le tiers de notre objectif, gagner trois cents nouveaux abonnés. C'est la voie la plus sérieuse pour rendre soutenable le projet d'Aquò d'Aquí : compter sur ses lecteurs avant tout.

Nos abonnés renouvellent et assurent notre durabilité, et souvent donnent un coup de pouce supplémentaire

Une tendance qui ne fléchit pas, c'est votre générosité, qui nous dit aussi combien vous savez vous montrer solidaires quand vous sentez que l'essentiel doit être sauvé.

Vous êtes en effet nombreux à donner plus que le nécessaire prix de l'abonnement. Soyons clairs sur un point. ceux qui parmi vous règlent leur abonnement de 25€, dans les circonstances difficiles d'Aquò d'Aquí, font énormément. Nous savons que nombre d'entre eux le renouvelleront. Ils assureront ainsi l'essentiel, la durabilité du débat sur la société provençale, avec cet axe de notre projet qui est de proposer notre langue régionale comme vecteur d'avenir.

Mais nous devons aussi souligner l'effort que font certain(e)s. Ce coup de pouce qui doit nous sortir d'une passe difficile, nous encourager à penser en termes de développement plutôt qu'à la simple survie de notre, de votre journal.

Nous nous rapprochons du moment où le sauvetage d'Aquò d'Aquí sera plus qu'un espoir. Ce sont vos actes concrets qui le permettent.

Et comme nous respirons mieux désormais, nous vous le suggérons, n'envoyez pas seulement le chèque de votre abonnement, de soutien ou pas. Accompagnez-le de vos suggestions quant à la suite.

Car nous préparons l'avenir du journal. C'est certain, si nous sommes assurés de poursuivre l'aventure, ce sera en redéfinissant la part de contenus proposés par notre site web et par notre mensuel.

Et pour cela nous préparons une nouvelle formule au mensuel Aquò d'Aquí. C'est le moment pour vous, lecteurs, de nous dire ce que vous aimeriez y voir. Car à ce stade, la question est très ouverte, et nous ne demandons qu'une chose, vos suggestions ! Que ce soit par l'adresse postale du journal ou par notre adresse email aquòdaqui@aquodaqui.info , ou encore lors des rassemblements auquels nous participons.

A ce sujet, Aquò d'Aquí, en la personne de son journaliste, Michel Neumuller, sera présent lors des Rescòntres Occitans de Provença, à St-Pierre d'Argençon, et autant que possible à l'Universitat Occitana d'Estiu de Nimes. N'hésitez pas à discuter avec lui de ce que vous aimeriez pour votre journal.

En attendant vos prochains messages, nous travaillons à tout cela. Et d'abord et toujours à assurer l'avenir immédiat. Vous nous y aidez beaucoup. 

 

Jeudi 23 Juin 2016
Aquò d'Aquí



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dans notre numéro de mai
Dison que...

Francophonie disqualifiée à tout jamais

Faire du français le phare culturel qu'attendent les défenseurs de la diversité culturelle de par le monde, mais tout en balayant cette diversité dans la société française.

Passons sur les ambitions délirantes du président Macron en ce qui concerne l’avenir de la francophonie. Il envisage de tripler le nombre de locuteurs d’ici 2050 et d’en faire la première langue d’Afrique.
Francophonie disqualifiée à tout jamais


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.