Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Serge Bec l'« encigala de la tèrro »


Chanté par Renat Sette, le poète" a érotisé son pays, et chanté la femme qui en devient la métaphore". L’Association Culturelle Provençale de Ventabren lui consacrait une journée début novembre.



Serge Bec en 2007 (photo MN)
Serge Bec en 2007 (photo MN)
Devant l’estrade, à hauteur du public, Stéphanie Collet récite, livre en mains, en français, les textes de Serge Bec. La diction est sobre. Renat Sette s’approche. Lui chante en occitan le même texte ; il tord ses poignets et serre le poing dans une  simulation de douleur, accentuée par la plainte qu’il chante.
 
A Ventabren, le 5 novembre dernier, les artistes célèbrent le poète, qui vit actuellement vers Montpellier, mais a marqué le territoire du Nord Luberon, d’où, avec d’autres tels Pèire Pessemesse, Yves Royer et Marc Dumas, il a permis à la langue d’oc d’éclairer le monde, renouvelant l’art des troubadours, avec des textes qui n’ont rien de futile.
 
Sa femme, son égérie, Anne, et sa terre, seront les deux facettes de l’amour qu’il chante. Sa poésie n’est pas de toute tranquillité, pas plus que la forme d’amour qu’il chante. « Mon amiga es una bèstia ». A qui il adresse durant 27 mois, depuis l’Algérie où le voici mobilisé en cette fin des années 50, de longs textes douloureux et lumineux à la fois, qui seront publiés dans Memoris de la carn, ed. Auba novèla.

La diversité des formes marque son écriture

D’abord félibre, il est littéralement courtisé par Robèrt Laffont, et conquis à l’occitanisme, « considéré alors comme la modernité et le renouveau » souligne  Pèire Pessemesse. Puis il reviendra à la graphie mistralienne, sans toutefois renier son expérience. « Reconnaissons que nos mondes étaient en fait très proches » estime le libraire Marc Dumas.
 
Néanmoins, il exigera, pour recevoir le prix Aubanel, que son texte primé soit publié en graphie classique, ce qui sembla impossible aux organisateurs du concours.
 
Mais on peut dire avec Philippe Martel, que Serge Bec « dépassera la question des graphies en affirmant le primat de la qualité littéraire ».
 
« son écriture est toute de diversité et ne peut se traduire facilement en chansons » reconnait Renat Sette, ébloui par le monde intérieur déployé dans l’oeuvre de Serge Bec.
 
Jean-Claude Foret, de l’Université de Montpellier, a minutieusement étudié l’œuvre de Serge Bec. « Dans ses écrits, il érotise son pays et animalise la femme, qui devient la métaphore du pays ». Entre troubadours et surréalisme il trace son sillon littéraire. « Mi sieu encigala de l’amour de la tèrro » écrit-il vers 1980, dans « Sieu un païs ».
 
A quand une édition complète commentée des œuvres de cette grande voix, qui s’est élevée dans un pays discret, pour essayer de parler au monde entier?

Mercredi 23 Novembre 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 67

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.