Glaudi Bressand nous a quitté

Il était habitué des stages d'occitan estivaux, durant lesquels il pratiquait son activité de prédilection : l'écoute des autres.

Glaudi Bressand  nous a quitté
Glaudi Bressand s’est simplement affaissé lors d’une cueillette en montagne le 30 juillet dernier, et ne s’est plus relevé. Il avait 72 ans. 






            partager partager

Rester aveugle après Brignoles ?


La poussée du FN dans la ville varoise abandonnée est symptomatique. Quand les gens se sentiront mieux protégés face aux effets de la crise, le FN reculera.



Arnaud Montebourg, notre ferme partisan d’une sixième république au sein du gouvernement, verra cette république-là s’éloigner de l’horizon hexagonal quand ses adversaires du Front National prendront de l’importance dans les assemblées.

Si on en croit ses propos, comme d’habitude claironnés, cette fois sur une antenne très culturelle ce mercredi 9 octobre, la poussée du FN à Brignoles serait due à l’absence de candidat crédible, c’est-à-dire, selon lui, socialiste.
 
On doute qu’il connaisse bien les ressorts des succès frontistes entre Rhône et Var. Ce mélange de ressentiment durable post colonial, de sentiment de déclin économique, et surtout de certitude que personne ne protège les « petits » aboutit étrangement à accroître la puissance d’une formation politique, dont on sait qu’elle mettrait demain au pas toute velléité contestataire des mêmes petits.
 
Nous n’oublions pas que la méfiance, la jalousie, la crainte, voire la haine de tout ce qui est étranger joue pour assurer le succès électoral du FN. Le paradoxe est que ses électeurs sont bien souvent issus d’une immigration pas si ancienne. Leurs grands-parents étaient les derniers arrivés, ils ont souffert ici avant d’être acceptés. leurs petits-enfants veulent définitivement fermer la porte derrière eux.
 
On sait que c’est illusoire. Mais le vote FN se nourrit des illusions et des désillusions de ses électeurs.
 
Plutôt que de voir la raison de la déconfiture démocrate varoise de ce weekend dans l’absence d’un super candidat, forcément rose, notre sémillant ministre devrait plutôt interroger la politique de son gouvernement.
 
Dans un contexte certes difficile, où celui-ci s’est-il montré protecteur envers les plus modestes, qui sont les plus exposés aux effets de la crise ? Quelle est sa feuille de route pour assurer qu’à la sortie de crise ces mêmes gens modestes ne seront pas oubliés par une société qui ne jure que par « l’excellence », et contribue à creuser toujours plus l’écart social entre ceux qui ont les moyens de s’en approcher, et les autres?
 
Ce sont ces autres qui font le succès électoral du FN. Continuer à les nier, ou à ne voir en eux que des xénophobes n’arrangera rien. Penser que le salut démocrate viendra d’une prééminence socialiste et d’un écartement des « petits » candidats est à peu près aussi proche de la réalité que Brignoles ne l’est de Pluton.

Mercredi 9 Octobre 2013
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Dans l'Aquò d'Aquí de rentrée : la montagne de l'économie de proximité
Dison que...

Quand lei French Lovers èron occitans

Evoquons deux acteurs occitans qui ont marqué le cinéma américain.

Sieu un cinefile d’avans leis anadas 2000, ai mai vist fa gaire a la telé «  Parìs brula ti »  ? (1966) de René Clément pèr lo cinquième còp. Lei stars dei doas ribas de l’Atlantica li son en abonde, aquò pòrta tòrt a l’intensitat dramatica dau filme, mai lo publique revés seis idòlas emé plesir. 
Quand lei French Lovers èron occitans


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.