Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Reinié Martel emé la cigalo dóu majourau Courbet


FORCALQUIER. L’un comme l’autre se sont fait une réputation de bâtisseur bienveillant. Reinié Martel a quitté un jour son Ubaye natale pour rejoindre Forcalquier, et s’y laisser pousser sur l’estrade du cours local de provençal…



Au Corso de Digne en août 2016 (photo MN)
Au Corso de Digne en août 2016 (photo MN)
Arriba de soun Ubaio meiralo en 1984, lou jouine Reinié Martel, mèstre especialisa en sicolougìo pedagougigo, lèu s’èro mes au cours de prouvençau que prepausavo l’Escolo dis Aup, alor groupe felibren. « Ja èron pas tant jouine, e quand lou mèstre Magnan a vóugu passa la man, tóuti m’an buta davans : « tu que siés jouine, tènes l’aveni en man » que m’an di. Es ansin qu’ai aprés quasimen la lengo à l’ouro de l’ensigna… »
 
Reinié Martel, la lengo d’O i es vengudo pèr frustracioun : « dins moun Ubaio natalo, l’entendiéu, lou vèspre, dóu tèms que fasiéu mi devé d’escoulan, alor que ma grand parlavo « patoues » em’un cousin que nous visitavo souvènt. Se pensavo pas qu’escoutàvi… E perqué me parlavo pas à iéu !? Mai tard, moun cousin, lou Felip (Felip Martel nouàstri legeire ja lou counèisson, istourian especialisto de l’istòri dóu Felibrige), qu’èro à Paris, se i’interessavo ; e perqué pas iéu, adounc ? »
 
Lou 24 de febrié, li an remés la cigalo de Zani, aquelo que pourtavo fins qu’a l’autouno de 2016 lou paure Jan-Marc Courbet. L’ancian baile dóu Felibrige avié passa tambèn la man, alor que sa santa feblissié e que voulié se counsacra à soun obro, tradurre Tagore en prouvençau.
 
« Mai que d’un m’a di qu’aquelo cigalo en particulié m’anavo à iéu coume à degun ! » s’emouciouno Reinié Martel. Perqué, belèu coume lou Jan-Marc, assajo de faire respeli la lengo nostro ei mai jouine, mai tambèn perqué l’un coume l’autre avien decidi un cop pèr tóuti de laissa de cousta l’egò e de faire provo de gentilesso en tóuti circounstànci, à rebous di charpinous.

Coume faire per interessa lou mounde ?

Impliqué dans le Forum d'Oc, ici au congrès de Forcalquier, en octobre 2017 (photo MN)
Impliqué dans le Forum d'Oc, ici au congrès de Forcalquier, en octobre 2017 (photo MN)
A Fourcauquié, ounte fa sis obro, lou nouvèu majourau perseguis adounc l’obro di cours de lengo pèr adulte despièi mai de trento an. « Segur que mis escoulan an jamai rejouveni, mai s’esplico : la lengo s’utiliso pas pèr carriero, n’an pas necessita ; lou travai, lis enfant… tout es fa pèr que s’en preóucupon un cop retira »…
 
Acara à-n-aquelo situacioun bèn couneissudo dis aparaire, Reinié Martel espèro un reviéure per l’ativita foulclourico, e s’investis dins lis assai di groupe dóu païs de Sisteroun, ounte lou mounde se fa vèire touto l’annado : « Remarqui qu’es emé la danso que lou mounde vèn à la lengo. Es coume acò, e se la demando vèn d’aquéu cousta, fau s’i metre ! »
 
Coume faire per interessa lou mounde à-n-uno lengo que dèu recounèisse coume siéuno mai que n’a pas de besoun au quoutidian ? « La questioun que tóuti se pauson, e que degun pòu ié respoundre… »
 
A Fourcauquié, pamens, Reinié Martel, emé soun coumplice Miquèu Benedetto, a trouba l’auriho dei baile dóu magasine Haute-Provence Infos, que publico cade mes un article en lengo.
 
E, sempre dins la draïo de l’aparamen de la lengo, aquel ensignaire de longo e dins l’amo, es naturau qu’aguèsse pres la respounsablilta de la Coumessien Ensignamen dóu Forum d’Oc ounte s’es engaja despièi lou coumençamen.  
 
Enfin, Souto-Sendi de Prouvènço Auto (Despartament 04 e 05), Reinié Martel, ara retira de l’ensignamen, s’investira encara dins lou païs de Fourcauquié ounte soun Escolo dis Aup prepauso cade an un o dous espetacle, e li cours dóu dilun, ounte vènon pamens trente afouga coume coumençaire.
 
 

Ecrit avec les suggestions lexicales d'Alain Barthélemy

Mardi 6 Mars 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.