Aquò d'Aqui


            partager partager

Reinat Toscano entre doutes et projets

Confinats sens èstre esconfits


LE VAL. L'auteur de polars, livres de cuisines, poèmes épiques et vidas de trobairitz imaginaires évoque ses projets, comme son malaise d'enseignant jouet de politiques extravagantes.



Reinat Toscano début mai, une oreille sur la situation italienne, et l'œil sur les extravagances du pouvoir français, une somme d'incohérences (photo RT DR)
Reinat Toscano début mai, une oreille sur la situation italienne, et l'œil sur les extravagances du pouvoir français, une somme d'incohérences (photo RT DR)

Reinat peut enfin sortir du jardin. “Il y a eu plus dur! m’occuper de mes plantes n’était pas précisément une torture...Le télétravail c’est autre chose”.

 

On ne sent pas volontaire pour l’exercice le professeur d’italien du centre Var. “Je corrige, je réponds aux questions...reçues parfois de nuit. Il semble que l’internet fonctionne particulièrement mal de jour, et précisément dans notre zone”. Derrière l’ironie tranquille il y a les questionnements de tout enseignant actuellemennt : au fond quelle est ma marge de manœuvre, que veut-on de moi ? Lui s’est avisé qu’à distance, enseigner posait quelques problèmes : “mes préparations ne servent plus à rien et comment puis-je remplacer les corrections au tableau par des mails ?”

 

Mais le correcteur et contributeur d’Aquò d’Aquí tend aussi une oreille tendue vers l’Italie, où il garde de la famille. “Un cousin est médecin vers Milan, aussi je suis au courant de la situation en Italie, et cela nourrit ma réflexion étonnée : ce que je fais, être attentif, m’informer, le gouvernement français semble ne pas le faire...C’est inquiétant, en particulier de voir comment nous sommes dirigés”.

 

L’homme doute, autant des pistes que suivent son métier que de la confiance que l’on peut raisonnablement accorder aux autorités de son pays. Et encore il n'évoque pas le long chemin semé de désillusions du professeur d'occitan, autrement dit rien, pour l'administration scolaire, qui l'a dépouillé de ses cours ...Ses certitudes sont ailleurs, dans sa manière d’écrire. Dans ses recherches et ses narrations.


Un nouveau Matieu Sampeyre et un poème en chantier

Etait-il possible de se mettre dans les chausses de Dante ? Reinat Toscano l'a tenté, dans un long poème : "se mettre dans la draille de l'autre, c'est particulièrement dur..." (photo XDR)
Etait-il possible de se mettre dans les chausses de Dante ? Reinat Toscano l'a tenté, dans un long poème : "se mettre dans la draille de l'autre, c'est particulièrement dur..." (photo XDR)

Reinat Toscano a une trentaine d’ouvrages au catalogue d’Auba Novèla, qu’il a créé voici plus de vingt ans. Car, bien avant que des sites internet spécialisés ne le proposent, il avait choisi l’auto-édition. Il décide de tout, depuis la norme graphique jusqu’aux lieux où il placera ses ouvrages, de nature aussi diverses que les manières de préparer les blettes qu’il affectionne, comme tout Niçois qui se respecte.

 

Ah! le niçois il le pratique, ça on peut dire...quand vous en lisez un article dans Aquò d’Aquí, il y a de fortes chances qu’il s’en soit occupé. Et dans son abondante production, un certain Matieu Sampeyre, policier gourmet, ne parle pas autrement. “Décidément je ne me débarrasserai pas de ce personnage. Déjà dans un roman son identité avait été dérobée, et dans mon prochain un délinquant tente quelque chose d’approchant”. Mais chut! Pour en savoir plus, guettez du coin de l’oeil le journal Aquò d’Aquí...qui vous avertira des suites littéraires, sinon judiciaires.

 

Il n’est pas rare que Reinat ait deux ou trois projets en cours, et en parrallèle au policier niçois, c’est un poème de longue haleine qu’il pense publier en septembre, Fin de jornada en riba de mar…Mais pourra t’on seulement l’acheter au festival du livre de Mouans Sartoux ? “Je ne sais pas encore s’il aura lieu, je l’espère, nous verrons”. Chaque année, Reinat a son stand au sein de la manifestation phare de la littérature; un défi puisqu’elle est organisée loin des salons parisiens, et que l’édition occitane y a droit de cité comme dans aucune autre manifestation d’importance.

 

En attendant, l’auteur, qui ne saurait dire comment il est venu à l’écriture - c’est arrivé comme ça, et pourquoi dans une langue plutôt qu’une autre...peut-être simplement parce que je parlais niçois...” déconfine comme nous tous, retrouvera bientôt son lycée, ouvert à toute force par un ministre hors des réalités éducatives comme sanitaires. Espérons qu’il n’y lise pas l’injonction de Dante, un auteur que l’italianiste pratique au point d’avoir tenté d’écrire dans ses pas : “vous qui entrez ici, perdez toute espérance”.

 

 

 


Mardi 19 Mai 2020
Michel Neumuller





1.Posté par Bastian le 24/05/2020 09:39
Et parmis ses grands projets en parallèle, je suis de ceux qui attendent avec grande impatience son dictionnaire français-niçois, qui avait été annoncé il y a quelques années déjà bien avancé.
Alora, que de noù Reinat?

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.