Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Realitat aumentada e imaginari mitologic en Piemont occitan


DRONERO. Plusieurs organismes sociaux et culturels font appel à la réalité augmentée pour partager les légendes occitanes d'Italie avec des écoliers en gallois, italien et anglais.



Le Pont du Diable, à Dronero (photo XDR)
Le Pont du Diable, à Dronero (photo XDR)

Lei mestres deis escòlas dau Piemont de lenga occitana son convidats a se marcar sus un project de realitat aumentada e de còntes fantàstics de partejar puei entre escòlas en idiomas occitan e gallès.

 

En practica leis escolans auràn a dire d’istòrias dau patrimòni orau dau mite de la tradicion, tant occitana coma gallèsa, e de’n cercar lei similituds.

 

Per aquò, Project Pont, es son nom, se fonda sus l'otís de realitat aumentada, Bepart, qu’es una cooperativa milanèsa dedicada ai projects sociaus.

 

Naturalament lo projèct comença tre lo 2 de març au pont de Dronero, dich « pont dau diable », un arc jitat sus una ribièra e que sembla impossible de realisar. Lei « ponts dau diable », n’i a un molon entre Catalonha e Piemont, coma aqueu fòrça coneissut de Tarragona, o aqueu de Dronero. Lei legendas dison qu’èra tant dificiles de bastir que lo monde demandava au diable de va faire...puei amb engenhositat assajèron de pas pagar lo prètz au diable, que vòu d’armetas.

 

Puei lo resultat dau trobar deis escòlas serà traduit en una instalacion en realitat aumentada, acessibla en totei, e traduit en quatre lengas : occitan, gallès, italian e anglès. Chasque istòria podrà èstre comentada per leis escolans en 140 letras amé la metòda Letteratura, desvelopada per un otís en linha, Betwyll.

 

Lo project dubert a totei mai fach per lo monde escolar, viurà en Piemont Occitan fin qu’au 20 de març segon lo nombre d’escòlas que se seràn marcadas.


Jeudi 5 Mars 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.