Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

"Pas ges de problema d'integracion per mon paigrand"

Un'immigrazione italiana che si è affidata all'occitano , da Reinat Toscano.


PROVENZA. Dal Piemonte alla Provenza la vicinanza culturale e linguistica ha significato molto per la famiglia del nostro collaboratore Reinat Toscano . Se l'immigrazione della famiglia dovesse per prima cosa nutrirla , « l'immersione linguistica occitana ha aiutato mia madre a riuscire bene a scuola .. ;.. in francese » , precisa Reinat . Il resto è stato l'ardore al lavoro ad averlo fatto .



Pietro Andrea Camomili , il bisnonno di Reinat Toscano , davanti al ristorante che aveva aperto a Nizza ( foto archivi RT ) .
Pietro Andrea Camomili , il bisnonno di Reinat Toscano , davanti al ristorante che aveva aperto a Nizza ( foto archivi RT ) .
Dau costat de mon paire, fuguèron mei rèires qu’immigrèron. Venién dau relarg de Mondoví e parlàvon solament piemontés. Mon paigrand trobèt de trabalh dins una fabrega d’òli intallada à Niça (sucursala d’una societat marselhesa). La fòrça de sei braç per mantenir una esposa e quatre enfants. Ma maire i trabalhèt tambèn, dins sa joinessa, au sabon, e un de sei fraires i devenguèt director.
 
L’integracion ? Pas ges de problema : lo trabalh e la vesinança linguistica e culturala èron d’atots de tria. Pasmens, se faguèt plan plan : leis enfants èron naissuts à Niça italians, denant d’èstre naturalisats.
 
De l’autra man, èron arribats à Niça mei rèire-paigrands : un que venié de Vaudier, l’autre de Fossan (maridat à una de Draunier). Oficialament « immigrats », doncas, mai en realitat d’Occitans que se desplaçàvon au dedintre d’Occitània per poder manjar à sa fam. Aqueu de Fossan avié ja fach un sejorn à Jausiers, de l’atge de 12 ans fins au servici militari, coma pastre.
 
Per aquesta part de la familha, doi posicions oficialas au moment de la guèrra de 14 : d’únei èron francés (direccion lo front franco-alemand au nòrd de França), d’àutrei, coma mon paigrand, èron demorats italians (direccion lo front austriac).

Il resto è stato l'ardore al lavoro ad averlo fatto

Il giovano Reinat nel 1967 , in primo piano . Un bel giorno sarebbe stato lui a dare le lezioni … di occitano ( foto archivi RT )
Il giovano Reinat nel 1967 , in primo piano . Un bel giorno sarebbe stato lui a dare le lezioni … di occitano ( foto archivi RT )
L’occitanitat d’origina fuguèt un atots tras qu’important per l’integracion, que passar au niçard li siguèt simplàs. E l’autre factor màger d’integracion foguèt lo trabalh : partits de ren, arribèron leu à si faire una plaça, cu en montant un restaurant, cu una fornarié, cu en se trobant un trabalh dins li entrepresas localas, e totjorn en temptant d’arribar mai aut dins leis estudis, dins l’espèr de se faire una vida melhora de generacion en generacion.
 
Doás causas ajudèron à l’integracion de ma familha (e d’àutrei dins lo meme cas) : l’enveja de s’integrar per lo trabalh, mai tambèn l’occitanitat (que n’aguèsson consciéncia ò non...) ò la vesinança culturala e linguistica per la part piemontesa. De notar qu’esquasi degun parlava italian, en defòra de la rèiremaigrand de Draunier qu’avié l’equivalent dau certificat e de mon paigrand. L’italian, l’aprenguriam unicament à l’escòla, à ma generacion.
 
Fins à la generacion de ma maire, degun parlava francés, unicament occitan. Mai empachèt pas de ben capitar à l’escòla. Ma maire, en cap à quàuquei mes, èra en mesura de legir lo jornal francés e de lo revirar en occitan per son paigrand, e à la fin de l’an avié lo prèmi de lectura e aqueu d’ortografia (m’a totjorn dich que l’occitan l’avié ajudada, per exemple per plaçar lu accents circonflèxes en francés...).
 
Non fuguèt aisat, es segur, mai es evident qu’èron, occitan ò piemontés, de gents que se desplaçàvon solament au dedintre de çò que, gaire de temps avant, èra encara un meme Reiaume dau Piemont.

Leggere anche in francese e occitano



Mardi 16 Octobre 2012
Reinat Toscano





1.Posté par Pain Elisabeth le 08/11/2012 17:17
Mille excuses si je réponds en français, car hélas, je lis l'occitan, je le comprends mais je ne le parle pas. Il faudrait que nos illustres ministres comprennent enfin que les langues régionales sont utiles, voire indispensables pour l'apprentissage du français mais aussi des autres langues. Ma mère, qui était Lorraine, ne savait pas non plus que cela pouvait nous aider, mon frère et moi, et elle craignait tellement que l'on confonde les langues et que l'on parle mal le français, qu'elle "interdisait" autour de nous de parler piémontais ou niçart. Petite, futée, lorsque j'étais chez mes grands parents paternels (piémontais tous les deux) je me cachais pour les écouter parler en piémontais-niçois et j'adorais. Lorsque mon père avait l'occasion de parler avec mon oncle (tous deux nés à Nice et parlant niçois entre eux) j'étais heureuse. Je regrette de ne pas pouvoir le parler facilement.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.