Aquò d'Aqui








L'Union Européenne à l'épreuve de la Catalogne

Ni les Etats Européens ni l'Union Européenne ne disent fermement à l'Espagne qu'elle criminalise l'opinion démocratique. Que l'UE donne de la voix et défende ses valeurs face à un de ses membres, ou qu'elle admette qu'elle a perdu tout crédit politique.

Les lourdes peines que les juges espagnols ont infligé aux élus du Parlement Catalan et aux présidents d’Omnium Cultural et de l’Assemblée Nationale Catalane ne correspondent à aucun crime. Organiser un référendum pour l’autodétermination, poussé par la population elle-même et auquel se rendent près de trois millions de citoyens, soit une majorité d’électeurs, ne peut être un délit, mais une action qui honore les démocrates qui l’ont permise.

L'Union Européenne à l'épreuve de la Catalogne






            partager partager

Un Liberon fraternau s’acampa a La Torre

500 manifestants en Luberon en faveur de l'accueil de réfugiés


LUBERON. Les implantations de centres d’accueil de migrants sont décidées par l’Etat. Leur annonce génère des manifestations locales. Si le FN a pensé en faire un levier politique à La Tour d’Aigues, ce sont d’abord les pro-accueil « fraternel » qui ont montré leur capacité à mobiliser. Les populations locales positivent, parfois, comme à Champtercier.



A La Tour d'Aigues dimanche 23 octobre, FN et pro-accueil se font face (photo Guy Liegeois DR)
A La Tour d'Aigues dimanche 23 octobre, FN et pro-accueil se font face (photo Guy Liegeois DR)
D’un costat 200 manifestaires que lo FN aviá rampelats ; de l’autre 500, que volián « pas laissar lei claus au FN » segon Jeremie Chambon, dau Collectiu ciutadan BenvengudaSud Liberon . La Torre-d’Aigas (84) a vist leis uns e leis autres s’ acarar dimenja 23 d’octòbre, a l’escasença de la creacien d’un centre d’acuelh de joinei migrants, d’Eritrèa o d’alhors.
 
Resultat dau desmantelament de la « Jungla de Calais », lo governament escampilha de centres d’acuelhs a talha umana. La Torre, amé sei 4000 abitants, devriá recebre aperaquí trente refugiats.
 
Marion Maréchal-Le Pen pensava aigrejar am’aquela operacien. En facia l’i aviá d’elegits de la gaucha liberonenca  coma Joan-Loís Joseph (PS), o dau País Sestian coma Arvei Guerrera (POC). Mai que tot lo Collectiu Ciutadan dau Sud Leberon a poscut far vèire que lo sosten « fraternau » èra una realitat populària en Provença.

Un millier en Provença, onte se crèa d'emplecs

La manifestacien se teniá davant lo fronton de l’escòla publica Lucie Aubrac, icòna de la Resistència. Tot un simbòle. « Aièr nòstrei gents an sachut resistir, a nòstre torn » que l’i disiá una aficha.
 
Lo desmantelament de la Jungla de Calais, bailèjada dins l’urgència per lo Governament, li a fach decidir deis implantaciens localas per un acuelh decentralisat de 950 migrants en Provença. Ansin, rèn qu’a Champtercier (04), pròche de Dinha, una centena devon èstre lotjats dins un centre de vacanças en renovacien.  
 
Lo Consèu Municipau a organisat un debat public per ne’n parlar fin setembre. Lo monde s’es demandat perqué tant de monde forastier dins una comuna de 800 abitants, quand son pas cinquanta a Sisteron e a Dinha. Mai a tanben entendut que seriá l’escasènça de crear sèt emplecs per ensenhar lo francès, la cosina o bailejar d’autreis activitats, amé l’associacien Coallia, que bailèjarà l’afaire. Aquí, d’abitants a prepausat son ajuda per l’acuelh.
dix pour cent des migrants attendus en Provence iront à Champtercier où sept emplois seront créés, et où de bonnes volontés se font connaître (photo MN)
dix pour cent des migrants attendus en Provence iront à Champtercier où sept emplois seront créés, et où de bonnes volontés se font connaître (photo MN)

Lundi 24 Octobre 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Aquò d'Aquí d'octobre arrive
Dison que...

Tarabast

Les affrontements entre policiers et manifestants en Catalogne sont nommés par les médias par l’équivalent de “chahut”. Mais derrière un mot c'est un monde complexe qui se dévoile...

A l’ora que s’acaran policiers e manifestants catalans, que s’acarnan lei governants espanhòus a afèblir lei drets d’aqueu país qu’a votat lo 17 d’octòbre de 2017 per son independència, la paraula que s’impausa pertot, dins lei medias dau Principat, es “Aldarulls”.

Tarabast


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.