Aquò d'Aqui


Lengas minorisadas : enfin una estrategia de reconquista

Avec un rassemblement peu couru et parisien, un fait majeur vient pourtant de survenir le 30 novembre : les défenseurs des langues minoritaires se sont alliés et ont décidé d’une feuille de route.

Davant la Glèisa Santa Clotilda, brandussan lei bandièras : negras amé tèsta de Maure, o arminas de muma color, sang e òr amé crotz de Forcauquier e Tolosa, o l’estrella de l’independentisme catalan, e d’autrei. Benlèu que son pas mai que sièis cents lei manifestants, mai ben colorats. Un arc de seda dei minoritats lenguisticas de l’exagòne. Justament èra la tòca d’aqueu recampament : faire molon, e charrar de ce que partejan totei, una lenga mespresada, en dangier de disparéisser.

Lengas minorisadas : enfin una estrategia de reconquista















            partager partager

"Pas ges de problema d'integracion per mon paigrand"

Une immigration italienne qui a compté sur l'occitan, par Reinat Toscano.


Du Piémont à la Provence la proximité culturelle et linguistique a beaucoup compté pour la famille de notre collaborateur Reinat Toscano. Si l'immigration de la famille devait d'abord la nourrir, "le bain linguistique occitan a aidé ma mère à bien réussir à l'école...en français", précise Reinat. L'ardeur au travail a fait le reste.



Pietro-Andrea Calomili, l'arrière grand-père de Reinat Toscano, devant le restaurant qu'il avait ouvert à Nice (photo archives RT)
Pietro-Andrea Calomili, l'arrière grand-père de Reinat Toscano, devant le restaurant qu'il avait ouvert à Nice (photo archives RT)
Dau costat de mon paire, fuguèron mei rèires qu’immigrèron. Venién dau relarg de Mondoví e parlàvon solament piemontés. Mon paigrand trobèt de trabalh dins una fabrega d’òli intallada à Niça (sucursala d’una societat marselhesa). La fòrça de sei braç per mantenir una esposa e quatre enfants. Ma maire i trabalhèt tambèn, dins sa joinessa, au sabon, e un de sei fraires i devenguèt director.
 
L’integracion ? Pas ges de problema : lo trabalh e la vesinança linguistica e culturala èron d’atots de tria. Pasmens, se faguèt plan plan : leis enfants èron naissuts à Niça italians, denant d’èstre naturalisats.
 
De l’autra man, èron arribats à Niça mei rèire-paigrands : un que venié de Vaudier, l’autre de Fossan (maridat à una de Draunier). Oficialament « immigrats », doncas, mai en realitat d’Occitans que se desplaçàvon au dedintre d’Occitània per poder manjar à sa fam. Aqueu de Fossan avié ja fach un sejorn à Jausiers, de l’atge de 12 ans fins au servici militari, coma pastre.
 
Per aquesta part de la familha, doi posicions oficialas au moment de la guèrra de 14 : d’únei èron francés (direccion lo front franco-alemand au nòrd de França), d’àutrei, coma mon paigrand, èron demorats italians (direccion lo front austriac).

Du piémontais au niçard ce fut facile!

Le jeune Reinat en 1967, au premier plan. Un jour c'est lui qui donnerait les cours...d'occitan (photo archives RT)
Le jeune Reinat en 1967, au premier plan. Un jour c'est lui qui donnerait les cours...d'occitan (photo archives RT)
L’occitanitat d’origina fuguèt un atots tras qu’important per l’integracion, que passar au niçard li siguèt simplàs. E l’autre factor màger d’integracion foguèt lo trabalh : partits de ren, arribèron leu à si faire una plaça, cu en montant un restaurant, cu una fornarié, cu en se trobant un trabalh dins li entrepresas localas, e totjorn en temptant d’arribar mai aut dins leis estudis, dins l’espèr de se faire una vida melhora de generacion en generacion.
 
Doás causas ajudèron à l’integracion de ma familha (e d’àutrei dins lo meme cas) : l’enveja de s’integrar per lo trabalh, mai tambèn l’occitanitat (que n’aguèsson consciéncia ò non...) ò la vesinança culturala e linguistica per la part piemontesa. De notar qu’esquasi degun parlava italian, en defòra de la rèiremaigrand de Draunier qu’avié l’equivalent dau certificat e de mon paigrand. L’italian, l’aprenguriam unicament à l’escòla, à ma generacion.
 
Fins à la generacion de ma maire, degun parlava francés, unicament occitan. Mai empachèt pas de ben capitar à l’escòla. Ma maire, en cap à quàuquei mes, èra en mesura de legir lo jornal francés e de lo revirar en occitan per son paigrand, e à la fin de l’an avié lo prèmi de lectura e aqueu d’ortografia (m’a totjorn dich que l’occitan l’avié ajudada, per exemple per plaçar lu accents circonflèxes en francés...).
 
Non fuguèt aisat, es segur, mai es evident qu’èron, Occitan ò Piemontés, de gents que se desplaçàvon solament au dedintre de çò que, gaire de temps avant, èra encara un meme Reiaume dau Piemont.

Lire aussi la version en italien et occitan

Dimanche 14 Octobre 2012
Reinat Toscano




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

L'Aquò d'Aquí de fin d'année s'attelle à la charrue
Dison que...

C'est pas (encore) dans la poche !

Vous avez chez vous le guide parfait de conversation en occitan courant ? Vite, dites-le nous, parce qu'on marne un peu côté pratique.

Je ne vois pas de guide pratique de conversation digne de ce nom en occitan. 

Un guide qui d'un coup d'œil vous dise comment nommer tout ce qui se trouve dans votre cuisine ou dans un supermarché ; un recueil d'expressions toutes faites qui vous permette d'animer une conversation, avec un index impeccable ; un thésaurus qui vous glisse sous les yeux sans efforts les synonymes adaptés...
C'est pas (encore) dans la poche !


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.