Aquò d'Aqui








L'Union Européenne à l'épreuve de la Catalogne

Ni les Etats Européens ni l'Union Européenne ne disent fermement à l'Espagne qu'elle criminalise l'opinion démocratique. Que l'UE donne de la voix et défende ses valeurs face à un de ses membres, ou qu'elle admette qu'elle a perdu tout crédit politique.

Les lourdes peines que les juges espagnols ont infligé aux élus du Parlement Catalan et aux présidents d’Omnium Cultural et de l’Assemblée Nationale Catalane ne correspondent à aucun crime. Organiser un référendum pour l’autodétermination, poussé par la population elle-même et auquel se rendent près de trois millions de citoyens, soit une majorité d’électeurs, ne peut être un délit, mais une action qui honore les démocrates qui l’ont permise.

L'Union Européenne à l'épreuve de la Catalogne






            partager partager

"Pas ges de problema d'integracion per mon paigrand"

Une immigration italienne qui a compté sur l'occitan, par Reinat Toscano.


Du Piémont à la Provence la proximité culturelle et linguistique a beaucoup compté pour la famille de notre collaborateur Reinat Toscano. Si l'immigration de la famille devait d'abord la nourrir, "le bain linguistique occitan a aidé ma mère à bien réussir à l'école...en français", précise Reinat. L'ardeur au travail a fait le reste.



Pietro-Andrea Calomili, l'arrière grand-père de Reinat Toscano, devant le restaurant qu'il avait ouvert à Nice (photo archives RT)
Pietro-Andrea Calomili, l'arrière grand-père de Reinat Toscano, devant le restaurant qu'il avait ouvert à Nice (photo archives RT)
Dau costat de mon paire, fuguèron mei rèires qu’immigrèron. Venién dau relarg de Mondoví e parlàvon solament piemontés. Mon paigrand trobèt de trabalh dins una fabrega d’òli intallada à Niça (sucursala d’una societat marselhesa). La fòrça de sei braç per mantenir una esposa e quatre enfants. Ma maire i trabalhèt tambèn, dins sa joinessa, au sabon, e un de sei fraires i devenguèt director.
 
L’integracion ? Pas ges de problema : lo trabalh e la vesinança linguistica e culturala èron d’atots de tria. Pasmens, se faguèt plan plan : leis enfants èron naissuts à Niça italians, denant d’èstre naturalisats.
 
De l’autra man, èron arribats à Niça mei rèire-paigrands : un que venié de Vaudier, l’autre de Fossan (maridat à una de Draunier). Oficialament « immigrats », doncas, mai en realitat d’Occitans que se desplaçàvon au dedintre d’Occitània per poder manjar à sa fam. Aqueu de Fossan avié ja fach un sejorn à Jausiers, de l’atge de 12 ans fins au servici militari, coma pastre.
 
Per aquesta part de la familha, doi posicions oficialas au moment de la guèrra de 14 : d’únei èron francés (direccion lo front franco-alemand au nòrd de França), d’àutrei, coma mon paigrand, èron demorats italians (direccion lo front austriac).

Du piémontais au niçard ce fut facile!

Le jeune Reinat en 1967, au premier plan. Un jour c'est lui qui donnerait les cours...d'occitan (photo archives RT)
Le jeune Reinat en 1967, au premier plan. Un jour c'est lui qui donnerait les cours...d'occitan (photo archives RT)
L’occitanitat d’origina fuguèt un atots tras qu’important per l’integracion, que passar au niçard li siguèt simplàs. E l’autre factor màger d’integracion foguèt lo trabalh : partits de ren, arribèron leu à si faire una plaça, cu en montant un restaurant, cu una fornarié, cu en se trobant un trabalh dins li entrepresas localas, e totjorn en temptant d’arribar mai aut dins leis estudis, dins l’espèr de se faire una vida melhora de generacion en generacion.
 
Doás causas ajudèron à l’integracion de ma familha (e d’àutrei dins lo meme cas) : l’enveja de s’integrar per lo trabalh, mai tambèn l’occitanitat (que n’aguèsson consciéncia ò non...) ò la vesinança culturala e linguistica per la part piemontesa. De notar qu’esquasi degun parlava italian, en defòra de la rèiremaigrand de Draunier qu’avié l’equivalent dau certificat e de mon paigrand. L’italian, l’aprenguriam unicament à l’escòla, à ma generacion.
 
Fins à la generacion de ma maire, degun parlava francés, unicament occitan. Mai empachèt pas de ben capitar à l’escòla. Ma maire, en cap à quàuquei mes, èra en mesura de legir lo jornal francés e de lo revirar en occitan per son paigrand, e à la fin de l’an avié lo prèmi de lectura e aqueu d’ortografia (m’a totjorn dich que l’occitan l’avié ajudada, per exemple per plaçar lu accents circonflèxes en francés...).
 
Non fuguèt aisat, es segur, mai es evident qu’èron, Occitan ò Piemontés, de gents que se desplaçàvon solament au dedintre de çò que, gaire de temps avant, èra encara un meme Reiaume dau Piemont.

Lire aussi la version en italien et occitan

Dimanche 14 Octobre 2012
Reinat Toscano




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Aquò d'Aquí d'octobre arrive
Dison que...

Tarabast

Les affrontements entre policiers et manifestants en Catalogne sont nommés par les médias par l’équivalent de “chahut”. Mais derrière un mot c'est un monde complexe qui se dévoile...

A l’ora que s’acaran policiers e manifestants catalans, que s’acarnan lei governants espanhòus a afèblir lei drets d’aqueu país qu’a votat lo 17 d’octòbre de 2017 per son independència, la paraula que s’impausa pertot, dins lei medias dau Principat, es “Aldarulls”.

Tarabast


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.