Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Nòva Caledonia : totei fan l’escomessa d’una victòria finala sensa pensar l'après


Victoire du “non” à l’indépendance, mais progression encourageante du “oui”, laissent aux deux camps l’espoir d’une victoire finale dans deux ans...et d’une défaite totale pour la courte minorité qui perdra. C’est le problème selon Gwendal Audran, fin observateur de la situation calédonienne.



Gwendal Audran : "Le problème reste l'absence de réflexion commune sur un avenir commun, indépendance ou pas" (photo XDR)
Gwendal Audran : "Le problème reste l'absence de réflexion commune sur un avenir commun, indépendance ou pas" (photo XDR)

Amb 53,26% de “non”, lo segond referendom previst per leis acòrds de Nouméa en 1998, a regitat l’independència de la Nòva Caledonia per lo segond còp. Pasmens lo camp independentista ganha 3% en dos ans, ce qu’es excepcionau, d’autant mai que la participacion ela tanben es excepcionala, pròche de 86%. Lo vòte independentista a creissut de onge mila votz, ce qu’es considerable.

 

 

Gwendal Audran a viscut sus lo “rocàs” a l’ora que se negociavan leis Acòrds de Nouméa. Sei liames amé lo monde kanak se perseguisson fin qu’ara, alòr qu’es jornalista en Provença. Nos dona son analisa.

 

Chasque camp a fa lo plen de sei votz ?

 

Òc ! L’independentisme a sachut ganhar lei joines, e son elei qu’an fa la diferència. E coma lei Caledonians europencs fan pas tant d’enfants, un tresen referendom podriá donar l’independència. Es previst e possible dins dos ans.


"Aquelei referendoms empachan lo monde politic de negociar l'avenir d'après chausida"

La region de Nouméa es la sola a afichar lo “non” a l’independència francament mai pas tant que fa dos ans, perqué ?

 

Fau vèire que l’i a un exòdi rurau, lei Kanaks venon a Nouméa, e un còp laissat la tribu, an besonh d’argent per viure a l’europenca, alòr lo problèma es sociau e entraïna de frustracions. Aqueu monde a votat independentista e chanja la carta electorala. En mai d’aquò, la populacion walisiena que pòu votar a lei memes problèmas sociaus, e vota ara independentista.

 

 

Mai aquelei referendoms que chascun pensa ganhar, de mon avejaire, empachan de pensar l’avenir per totei.

 

Perqué ?

 

Que que siegue lo resultat finau, chasque camp a aprés a s’acarar a l’autre. La victòria serà corteta per l’un o l’autre. Coma lo ganhaire se comportarà amé la minoritat que, pasmens, representarà la meitat de la populacion ? E chascun vòu ganhar, pas negociar, alòr que faudriá s’acampar per vèire coma podriá èstre l’avenir de totei un còp la decision finala sortida deis urnas. Un sinhal es que lo camp leialista ara vòudriá donar de drechs de vòt ais 40 000 Europencs arribats despuei leis acòrds de Nouméa, per èstre segur de ganhar.

 

Degun interlocutor per pensar un avenir comun ?

 

Li a un pichon partit, leialista moderat, L’Avenir Ensemble, que vòu pas se definir coma Kanak mai coma Caledonian, per atreure totei lei ciutadans. Vòlon definir un “Pòple Caledonian”, amé sa bandièra e son imne, totei diferents dau kanak. Son pièger enemic es lo camp independentista. Elei pensan que, pòple premier, an de fargar l’identitat, kanak amé d’apòrts dau defòra.

 

 

Pour ce second référendum prévu par les accords de Nouméa de 1998, la Région du Grand Nouméa a voté contre l'indépendance, le reste du pays, îles comprises, pour. (photo XDR)
Pour ce second référendum prévu par les accords de Nouméa de 1998, la Région du Grand Nouméa a voté contre l'indépendance, le reste du pays, îles comprises, pour. (photo XDR)

Lire aussi : Un independentista  au volant dau Congrès Caledonian

L'entretien complet  et d'autres articles sur le sujets seront proposés aux abonnés d'Aquò d'Aquí mensuel en novembre. Abonnez vous dès à présent.

Lundi 5 Octobre 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.