Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Montségur


En 2009, nulle commémoration du massacre croisé de Béziers. « Taisez tout, La République reconnaîtra les siens !... » Le même silence officiel couvre un évènement fondateur de nos consciences, le bûcher de Montségur.



Le 16 mars on devrait se réjouir du printemps qui pointe, des fleurs d’amandiers désormais épanouies qui s’offrent au regard et dont le vent, en les effleurant, nous emmène, chuchotant, la première mesure du Se Cante.

Un "stalinisme" au Moyen-âge, couvert par un silence officiel

Mais non, cette date évoque le bûcher. Celui- dans lequel furent poussés plus de deux cents malheureux qui, en 1244, refusèrent d’abjurer leur foi. A Montségur, la seule raison fut celle de l’Inquisition triomphante.
 
Cet évènement est toujours considéré comme mineur par nos livres d’histoire (moi, quand j’étais gamin, notre manuel scolaire glissait là-dessus, et nos questions au maître ne trouvaient pas de réponse : « ils avaient fait quoi, M’sieur, les habitants d’Albi, pour qu’on les crame tout vivants ? »).
 
Au moins la brutalité croisée, à Montségur, fut-elle franche. Sans masque. Depuis trente-cinq ans elle était pourtant préparée par l’insidieuse Sainte-Inquisition.
 
L’action de celle-ci, un stalinisme au moyen-âge par sa pratique, peut être résumée ainsi. Accompagnés d’hommes d’armes, les inquisiteurs fondaient sur un village. On faisait entrer pratiquement tous les habitants dans une pièce, isolément, où la question suivante leur était posée : « nous savons que tu es hérétique, car « on » nous l’a dit. Ta seule chance d’en réchapper est de dénoncer Untel, dont nous savons qu’il est aussi cathare ! ». Le NKVD ne procédait pas autrement voici quelques quatre-vingt ans. Dénoncer ou mourir, cette alternative a formé l’état d’esprit de générations. Les dégâts moraux ont été plus durables que l’horreur générée par la soldatesque et les hommes en robe blanche dominicaine.
 
Et pourtant, que d’yeux crevés, de bûchers dressés, ont parsemé le pays ! Tout cela pour rendre muet et docile un peuple à conquérir, accessibles des richesses à accaparer.
 
On s’étonnera après, que cette histoire, inscrite dans notre mémoire malgré le silence d’Etat, nous incite à rester vigilants aux mesures liberticides, à toutes les atteintes à nos libertés. Celles qui vous excluent de la communauté nationale, ou qui vous promettent un état d’urgence permanent, mais aussi vous mettent à la merci de fous de Dieu, ou encore font des salariés des précaires apeurés.
 
Le bûcher de Montségur éclaire encore, huit siècles et demi après, nos consciences.  A défaut d’entrer dans nos livres d’Histoire.

Mercredi 16 Mars 2016
Renat Mine




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.