Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Mistral festeja à Ventabren tant emé lou « o « coumo emé lou « a »

Une plaque commémorative du passage de Mistral en 1880, rédigée dans les deux graphies de l'occitan


VENTABREN. Une plaque commémore désormais le passage dans le village proche d’Aix du fondateur du Félibrige. En 1880 il y prononça un discours qui signa le virage purement littéraire du Félibrige. Emblématique du XXI° siècle, la stèle en provençal utilise les deux graphies de cette langue.



La plaque commémore la Santo-Estelo de 1880, écrite en classique et mistralien (photo MN)
La plaque commémore la Santo-Estelo de 1880, écrite en classique et mistralien (photo MN)
Lou premié cònse Clàudi Filippi i’èro, Carriero Frederi Mistral. Amé lou sindic de Prouvenço dóu Felibrige, Guiéu Revest, en presènci dóu presidènt de l’Institut d’Estudis Occitans, Pèire Brechet ; dóu couseié regiounau Arvei Guerrera, e encaro de la colo de l’Assouciacien Culturalo Prouvençalo de Ventabren en Païs Sestian emé Alan Barthélémy-Vigouroux.
 
E sus si tèsto, s’es desvelado la lauso que dèu assegura la remenbranço d’un evenimen de 1880. Mistral venguè dins la coumuno, pèr la Santo-Estello d’aquelo annado, pèr prounouncia uno dicho foundamentalo dins l’istòri dóu Felibrige.
 
«  Ié fara un discours sus ‘L’illusioun’ que marco un viramen dins l’istòri de soun mouvamen, bord que lou pouèto afiermo à Ventabren lou noun-poulitisme dóu Felibrige » dis lou soucioulinguistico e istourian Felipe Martel. 

Counvida à n’en parla davans un publi noumbrous, Felipe Martel soutolignara que « Mistral, davans uno soucieta qu’avanço, mai dins l’anticlericalisme, trovo sousto dins l’idèio d’uno Prouvenço pantaiado, ounte mesclo Giptis, li castèu e li glòri de soun païs. L’obro literàri sara per éu la clau de la verita, au mens per aquéli que podon n’en veire la bèuta, coumo l’escriéu soun ami e counseié William Bonaparte-Wyse. »
 
Acusa de separatisme, navegant d’un cousta à l’autre de l’escaquié pèr amour dóu federalisme, deçaupu pèr tout acò, Mistral abandouno lou terren pouliti à Ventabren.
Avant de dévoiler la plaque, le public s'est intéressé à cette fameuse Santo-Estelo de Ventabren, avec l'historien Felip Martel (photo MN)
Avant de dévoiler la plaque, le public s'est intéressé à cette fameuse Santo-Estelo de Ventabren, avec l'historien Felip Martel (photo MN)

Soun passage dins la ciéuta sara adounc celebra 134 ans après, pèr uno lauso ounte es escri qu’es un « aparaire de la lenga d’òc / dis Aup i Pirenèu » e ounte es ajusta que siguè « aculhit en 1880 a Rocafavor / aqueu pont couloussau / que porto la Durènço ».
 
Mai que d’un l’aura arremarca, lou tèste fa alterna li dos grafìo de la lengo d’o, mistralenco e classico.  

Se per quàuquis un aquelo proussimeta fara escande, per la centeno de bràvi gent qu’èron vengu celebra Mistral, siguè pulèu lou signe que li dos escolo d’aparamen de la lengo poudien camina de coutrìo pèr faire avans.

Rédigé en provençal, graphie mistralienne, avec les suggestions d'Alain Barthélemy

Mardi 23 Septembre 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 67

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.