Aquò d'Aqui


Lengas minorisadas : enfin una estrategia de reconquista

Avec un rassemblement peu couru et parisien, un fait majeur vient pourtant de survenir le 30 novembre : les défenseurs des langues minoritaires se sont alliés et ont décidé d’une feuille de route.

Davant la Glèisa Santa Clotilda, brandussan lei bandièras : negras amé tèsta de Maure, o arminas de muma color, sang e òr amé crotz de Forcauquier e Tolosa, o l’estrella de l’independentisme catalan, e d’autrei. Benlèu que son pas mai que sièis cents lei manifestants, mai ben colorats. Un arc de seda dei minoritats lenguisticas de l’exagòne. Justament èra la tòca d’aqueu recampament : faire molon, e charrar de ce que partejan totei, una lenga mespresada, en dangier de disparéisser.

Lengas minorisadas : enfin una estrategia de reconquista















            partager partager

Mistral festeja à Ventabren tant emé lou « o « coumo emé lou « a »

Une plaque commémorative du passage de Mistral en 1880, rédigée dans les deux graphies de l'occitan


VENTABREN. Une plaque commémore désormais le passage dans le village proche d’Aix du fondateur du Félibrige. En 1880 il y prononça un discours qui signa le virage purement littéraire du Félibrige. Emblématique du XXI° siècle, la stèle en provençal utilise les deux graphies de cette langue.



La plaque commémore la Santo-Estelo de 1880, écrite en classique et mistralien (photo MN)
La plaque commémore la Santo-Estelo de 1880, écrite en classique et mistralien (photo MN)
Lou premié cònse Clàudi Filippi i’èro, Carriero Frederi Mistral. Amé lou sindic de Prouvenço dóu Felibrige, Guiéu Revest, en presènci dóu presidènt de l’Institut d’Estudis Occitans, Pèire Brechet ; dóu couseié regiounau Arvei Guerrera, e encaro de la colo de l’Assouciacien Culturalo Prouvençalo de Ventabren en Païs Sestian emé Alan Barthélémy-Vigouroux.
 
E sus si tèsto, s’es desvelado la lauso que dèu assegura la remenbranço d’un evenimen de 1880. Mistral venguè dins la coumuno, pèr la Santo-Estello d’aquelo annado, pèr prounouncia uno dicho foundamentalo dins l’istòri dóu Felibrige.
 
«  Ié fara un discours sus ‘L’illusioun’ que marco un viramen dins l’istòri de soun mouvamen, bord que lou pouèto afiermo à Ventabren lou noun-poulitisme dóu Felibrige » dis lou soucioulinguistico e istourian Felipe Martel. 

Counvida à n’en parla davans un publi noumbrous, Felipe Martel soutolignara que « Mistral, davans uno soucieta qu’avanço, mai dins l’anticlericalisme, trovo sousto dins l’idèio d’uno Prouvenço pantaiado, ounte mesclo Giptis, li castèu e li glòri de soun païs. L’obro literàri sara per éu la clau de la verita, au mens per aquéli que podon n’en veire la bèuta, coumo l’escriéu soun ami e counseié William Bonaparte-Wyse. »
 
Acusa de separatisme, navegant d’un cousta à l’autre de l’escaquié pèr amour dóu federalisme, deçaupu pèr tout acò, Mistral abandouno lou terren pouliti à Ventabren.
Avant de dévoiler la plaque, le public s'est intéressé à cette fameuse Santo-Estelo de Ventabren, avec l'historien Felip Martel (photo MN)
Avant de dévoiler la plaque, le public s'est intéressé à cette fameuse Santo-Estelo de Ventabren, avec l'historien Felip Martel (photo MN)

Soun passage dins la ciéuta sara adounc celebra 134 ans après, pèr uno lauso ounte es escri qu’es un « aparaire de la lenga d’òc / dis Aup i Pirenèu » e ounte es ajusta que siguè « aculhit en 1880 a Rocafavor / aqueu pont couloussau / que porto la Durènço ».
 
Mai que d’un l’aura arremarca, lou tèste fa alterna li dos grafìo de la lengo d’o, mistralenco e classico.  

Se per quàuquis un aquelo proussimeta fara escande, per la centeno de bràvi gent qu’èron vengu celebra Mistral, siguè pulèu lou signe que li dos escolo d’aparamen de la lengo poudien camina de coutrìo pèr faire avans.

Rédigé en provençal, graphie mistralienne, avec les suggestions d'Alain Barthélemy

Mardi 23 Septembre 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

L'Aquò d'Aquí de fin d'année s'attelle à la charrue
Dison que...

Venus

Notre statue volée dit bien l'état d'esprit français vis à vis de l'égalité de traitement culturel

Trobada dins lo ròdol dei vestigis dau teatre roman d'Arle en 1651, l'estatua d'Afrodita, que dison "Venus d'Arle" seriá de Praxitèl.

 

Siguèt mandada a Paris vintados ans puei sus l'exigéncia de Loís XIV (e non ofèrta per la Comuna coma ditz lo cartèl dau Musèu, ara!), Rei Soleu, que non! Rei Raubaire!

Venus


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.