Quarante ans après les Calandretas toujours vives

Le mouvement enseigne en occitan, avec les méthodes Freinet. Il ouvre les portes des écoles languedociennes ce samedi, et nous isolons deux établissements que vous pourriez aider à remplir leur mission.

Donnait-on cher de la peau de l'enseignement d'immersion en occitan, en 1979, quand le mouvement des Calandretas est né ?
Quarante ans après les Calandretas toujours vives






            partager partager

Lo tapís que dona enveja de legir


LA SEYNE. Le Relais Assistantes Maternelles est le lieu d’échanges de pratiques des assistantes maternelles. Près de 80 y ont collaboré à un projet de tapis de sol « d’envies de lire ». Il a été présenté fin mars au Salon de la Petite Enfance.



Per sòu , la responsabla se radassa sus lo tapís cordurat faiçon patchwork.  Se tèn au centre de tres ceucles, aranje, verd e blau, que l’i son cordurats abelhas, orsons e gats, onte son laissats de libres per enfantonets.
 
Au mitan dau Salon de la Pichona Enfància, se remarcava a l’Estadi Léry, per mieg març, aquela carpeta de totei lei colors.
 
« Es lo projècte deis assistentas mairalas, son setanta quatre que li an portat pèira. Nosautras, au Relai Assistentas Mairalas de La Seina, avèm prepausat l’idèa. Aurián poscut faire autra causa, mai aqueu l’an vougut, e l’an fach »
 
Lo tapís es l’aisina dau Relai, onte vènon leis Assistentas, ambé leis enfants que gardan, de un a tres. Volián d’instruments per donat l’enveja de legir. « Aquí pòdon depausar un o mai de libres. Leis enfants puei lei duèrban, se ne’n fan racontar l’istòria… deman, quand seràn au temps d’aprendre a legir, ja l’enveja dau libre serà en elei ». Aquò n’es la tòca.

Una creacion deis educatritz

D’idèas, es ben çò que son vengudas cercar Delphine e Céline, educatritz d’enfantons a La Cieutat, elei. « Çò que mespanta, es que la bòna idèa aquí, l’an facha viure ambé un pareu d’agulhas e de gaubi  ». « Aquela mena de tapís se vende tanben dins dostaus especializats, mai còsta mai de mila €uros » comenta Hélène Goarand. « Nosautres l’avèm fabricat en quauquei mes. » L’important èra d’o faire de cotria, de se l’apropriar.
 
Leis assistentas l’an creat per còlas, una desena, per tròç de tapís, en tres jaças : una espessor solida per lo sòu, una matalassada, e una enfin que se neteja aisat. S’i pòdon estendre o assetar lei pichons ambe leis assistentas.
 
Un endraia-lectura. Lei mèstres de l’escòla mairala, dins un o dos ans, saupràn perqué t’auràn tant l’enveja de legir…

Jeudi 5 Juillet 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

« Bono annado… »

…bèn acoumpagnado ! » C’est-à-dire avec de bons amis ?…ou plutôt qu’elle vous procure longue vie ? Nos vieilles expressions sont peut-être à double sens. Fouillons, fouillons…

« Bono annado… »
Avèn coustumo de nous souveta bèn ritualamen à la debuto de chasco annado uno « Bono annado, (bèn) granado e (bèn) acoumpagnado ! ». Quant de cop l’avèn emplegado, aquesto espressioun, subretout iéu à moun age, e d’un biais tout machinau…


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.