Aquò d'Aqui


            partager partager

Lo suicidi d’una joina transgenre destapa malèstre e manca d’acompanhament


MONTPELLIER-AIX-EN-PROVENCE. Le suicide d'une jeune étudiante transgenre a provoqué diverses protestations devant les locaux du Crous, qui logeait Doona.



Devant le Crous d'Aix-en-Provence, le 28 septembre (photo Artús Pato DR)
Devant le Crous d'Aix-en-Provence, le 28 septembre (photo Artús Pato DR)

Après lo suicidi de la joina transexuala Doona, 19 ans, a fin setembre en gara de Montpelhier ont èra estudianta, de recampaments siguèron organisats dins diferentei ciutats universitaris, en particulier davant lei bastiments dau Crous. L’organisme encargat de lotjar d’estudiants, d’efecte, lei manifestants l’ encausan , dison qu’auriá amenaçat la joina estudianta de li retirar sa cambra universitària.

 

Aqueu drama es estat l’oportunitat per lei manifestants, de denonciar lo tractament reservat an aquela populacien, fragilisada per la non compreneson dau monde, en particulier medicau. “Siáu anada a l’espitau, onte m’an tractada coma una merda” diguèt una persona transgenere, Sacha, a la manifestacien montpelhierenca.

 

A s’Ais tanben, davant lo Crous (Centre Regionau d’Òbras Universitàrias) un recampament reunissiá una trentena d’estudiants, entr’elei de monde concernit directament per la transicien sexuala.

 

De son costat lo Crous afierma que sei “ còlas s’èron vodats amé professionalisme d’un biais exemplari per acompanhar Doona”. La joina suicidida auriá ja assajat de metre fin a sei jorns, provocant lei supausadas amenaças de la part dau Crous.

 

L’afaire pausa sus la plaça publica la necessitat d’un acompanhament benvolent d’aqueu monde que trantalha un tèmps entre doas identitats sexualas.


Lundi 5 Octobre 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.