Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

La SNCM desbaucharà dau temps que l’Euròpa li demanda de remandar d’ajudas


A Marseille la compagnie de transports maritimes peinera dans ces conditions à gagner le marché des transports vers la Corse, qui aurait pu la renflouer. Cependant elle va renouveler sa flotte.



D’un costat, li aurà un plan sociau, paraula que vòu dire licenciament, mai o mens : aquí de partenças volontaris e de messas a la retirada que seràn pas remplaçadas. 515 au totau, qu’a previst lo Consèu de Susvelhança de la SNCM. La rason n’es la volontat d’auçar la productivitat : far trabalhar et pagar mens de gents am’un otís parier. Li a 1400 personas qu’ara trabalhan a la SNCM.
 
D’un autre, li aurà pasmens un plan industriau que vòu renovelar lei ferries d’aquela companhia, ex nacionala, que Veolia Transdev a crompat en 2005 (avuei lo capitau es detengut per aquela societat a 66% e l’Estat ne’n garda 25% e lei salariats 8%). Dos batèus seràn lèu crompats per remplaçar de vièlhs, e benlèu dos autres. La flòta passariá de set a uech bastiments, mai la SNCM vendriá lo Napoleon e lo Danielle Casanova, que serián plus adaptats.
 
Adonc s’agirà d’auçar la productivitat en pagant lei chantiers Coreans puslèu que lei marins marselhés o corsos.
La SNCM emploi 1400 personnes, mais prévoit le départ d'un bon tiers de son effectif pour 2020, dont 400 en 2014 (photo MN)
La SNCM emploi 1400 personnes, mais prévoit le départ d'un bon tiers de son effectif pour 2020, dont 400 en 2014 (photo MN)

Leis empachas de la SNCM son pas naissudas d’avuei. Dejà es per assajar de trobar una solucien que l’Estat fasiá intrar Transdev dins lo capitau. Vesèm qu’èra pas pron.
 
D’un latz, li a l’Union Europenca que demanda lo remborsament deis ajudas a la companhia : 220 M€ donats per assegurar despuei d’annadas lo servici en apondon d’una capacitat mai granda au moment dei vacanças escolaris.
 
La companhia e l’Estat an fa apèu, çò que laissa encara de 6 a 18 mes avant lo jutjament finau.
 
D’un autre latz, li a l’apèu d’ofèrta lançat per la colectivitat de Corsega per lei viatges entre cinq pòrts de Mediterranèa e la Corsega. La concurréncia es druda entre la SNCM e la companhia privada Corsica Ferries.
 
Generalament se pensa que lo pes sociau es tau que li aurà un arrenjament entre la SNCM e la Collectivitat de Corsega. Mai coma la Delegacien de Servici Public es non divisibla, e que la SNCM a pas pron de capacitats per respondre a totei lei linhas en meme temps, vesèm pas tròp coma lo podrà far. 

En mai d’aquò, la responsa de la SNCM dins aquel apèu d’ofèrtas, siguèt de 107 M€, alòr que lo plafon ne’n èra fixat a 104 M€ per l’Ofici dei Transpòrts Corsos per poder tocar seis ajudas.
 
Baissar la prepausicien amé leis empachas d’argent de la companhia sembla pron mailaisat e leis auvaris de la SNCM trobaràn pas lèu de destapament. Aquelei an començats quand lo mercat dau transpòrt entre Occitania e Corsega siguèt dubèrt a la concurréncia, per l’Euròpa, qu’en contrapartida subvencionèt la companhia d’Estat, avans que de demandar lo remborsament deis ajudas.
 
Vesèm coma va la logica liberala amé l’alhòli Europenc. Es de se demandar s’es la solucien o l’empacha.

Article écrit en provençal maritime avec les suggestions d'Alan Barthélemy.

Dimanche 23 Juin 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Jornalet cerca lo mejan de contuniar

Le journal occitan en ligne vend désormais des livres et reçoit des dons sur son site web

BARCELONA. Dans l’écosystème médiatique occitan, il y a bien peu de journaux d’actualité sociétale. Les maintenir relève du tour de force, et Jornalet, à Barcelona, propose à ses visiteurs d’acheter dans sa boutique en ligne pour tenir le coup. Laissons la parole au créateur et cheville ouvrière du Jornalet, Ferriol Macip Bonet.

Ferriol Macip Bonet, fondateur du Jornalet, qui fait un appel à dons et met en place la vente en ligne de livres en occitan (photo MN)

Jornalet se finança mai que mai amb la collaboracion de sos legeires. Nasquèt en març de 2012 gràcias a la generositat de dos mecènas que cresián al projècte, e tanben gràcias la publicitat institucionala de tres collectivitats importantas. Quant Jornalet nasquèt aviam previst qu’auriam pro de ressorsas publicitàrias, gràcias a la difusion del quotidian numeric. Mas, d’un latz, Google Ads acceptèt pas de publicar d’anóncias car son traductor automatic compren pas l’occitan.

 

 




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.