Aquò d'Aqui


            partager partager

L’onda dei malauts deuriá arribar lèu a Marselha


MARSEILLE. Une projection prospective des hôpitaux publics de Marseille parle d'un triplement des cas d'hospitalisation pour coronavirus d'ici le 5 avril.



Segon Joan-Luc Jouve lo coordinator deis espitaus de Marselha, l’onda de malauts dau coronavirús s’espera per la fin de setmana. Segon Marsactu, jornau en linha que lo questionava, un collectiu dei servicis de reanimacien a lançat una canhòta per crompar de materiau medicau.

 

Leis espitaus de Marselha pòdon comptar sus 170 liechs de reanimaciens. Se serián despassats per l’onda, un còp mobilisats lei liechs possibles en clinicas privadas, lo personau deuriá chausir quau seriá sota assistència respiratòria e quau podriá pas.

 

Una alternativa que segur emplis d’ànsia lei metges e infermiers.


Una prospectiva parla de triplament dau nombre de malauts avans lo 5 d'abriu.

 

Per astre fin qu’ara an agut mai de temps que sei collègas d’Alsaça per alestir la defensa e organisar la responsa medicala.

 

L’arquitècta e dessinator d’Aurenja Bernat Vaton, eu, nos adreissa son biais de vèire lo trabalh dei personaus medicaus.

Bernat Vaton DR
Bernat Vaton DR

Mercredi 1 Avril 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.