Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

L’especiariá que fa viure lei païsans dau caire


AIX-EN-PROVENCE. Après les Amap, voici les épiceries paysannes. Celle d’Aix vient de fêter son premier anniversaire. Producteurs proches, équipe associative, fonctionnement de cercle, et alimentation saine pour tous.



L'épicerie associative est née d'une idée d'étudiants, elle est fournie par des agriculteurs du pays (photo MN)
L'épicerie associative est née d'une idée d'étudiants, elle est fournie par des agriculteurs du pays (photo MN)
Lei banastas païsanas an definitivament plantat cavilha au nòstre, qu’apròchan lei dètz mila sòcis en Provença. Lo movament qu’aviá endraiat un païsan d’Oliulas, Daniel Vuillon, en 1999-2000, es pasmens pas lo solet mejan de far viure « l’agricultura païsana ».
 
Ne’n testimonian leis especiariás païsanas que florisson un pauc de’n pertot. Associativas, ne’n son que mai duradissas, bòrd que son sostengudas pèr un movament populari.
 
A-z-Ais, dissabte, L’Epicerie du Coing (« L’especiariá dau codonh  », aquò auriá pas la mema sabor !) festejava sa premiera annada. « Siam naissuts d’una associacien ecologista estudianta » que rementa Nadege, una deis espicieras.
 
De fiu en cordura , leis estudiants se dison que, de la paraula fau passar ais acciens. E lei vaquí a nosar lo faudiu e a pesar lei tartiflas .
 
An agut de mau pèr trobar un fons de comerci, mai finalament an poscut durbir l’afaire dins un locau pròche de la ZUP d’Encanhana, onte desplegan ara tota la tiera dei carchòfas, caulets, cebas, raiçfòrts , pomas e autrei pastenargas , entre iògorts de cabras e saussissòts biòs.

Pròches productors

Nadege, membre de l'association : "l'adhésion est libre, dès 10c. pour n'exclure personne" (photo MN)
Nadege, membre de l'association : "l'adhésion est libre, dès 10c. pour n'exclure personne" (photo MN)
Lo monde que vèn aquí paga premier un escotisson, « tre 10 centimes e coma vòlon » contunha Nadege. Va un pauc coma un ceucle.
 
La tòca es, « coma va ditz nòstra charta, que lei productors son pròches ; vènon pas delà de 160 km ». Lei raiçfòrts vènon dau país sestian, la farina biò de Malijai, en Auta Provença…
 
Soleta empacha per l’especiariá, son vesinatge professionau. « Un supermercat am’una tòca completament diferenta l’acusa de faire baissar son chifre d’afaire » nos ditz una pratica. Mai que lo mercat que se desplega tres còps la setmana entre lei dos ?
 
La còla associativa va pensa pas, que l’oferta mai granda atriva puslèu de monde, qu’autrament vendriá pas crompar dins aqueu quartier mitat populàri, mitat borgés.

Mardi 24 Mars 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.