Aquò d'Aqui


Lengas minorisadas : enfin una estrategia de reconquista

Avec un rassemblement peu couru et parisien, un fait majeur vient pourtant de survenir le 30 novembre : les défenseurs des langues minoritaires se sont alliés et ont décidé d’une feuille de route.

Davant la Glèisa Santa Clotilda, brandussan lei bandièras : negras amé tèsta de Maure, o arminas de muma color, sang e òr amé crotz de Forcauquier e Tolosa, o l’estrella de l’independentisme catalan, e d’autrei. Benlèu que son pas mai que sièis cents lei manifestants, mai ben colorats. Un arc de seda dei minoritats lenguisticas de l’exagòne. Justament èra la tòca d’aqueu recampament : faire molon, e charrar de ce que partejan totei, una lenga mespresada, en dangier de disparéisser.

Lengas minorisadas : enfin una estrategia de reconquista















            partager partager

L’aprefondiment de la SNCM marselhesa preludi a sa privatisacien complèta ?


MARSEILLE. C’est l’énormité des dettes de la compagnie qui l’a menée au dépôt de bilan. Le remboursement exigé par l’Union Européenne, l’Office Corse des Transports, et jusqu’à son propre actionnaire majoritaire ne laisse aucune issue à la société qui emploie 1800 salariés.



Es l’istòria d’una companhiá au quart publica que deu satisfaire un servici public de ligason entre Corsega e continent, e que lei règlas dau liberalisme permeton a de vòutors de l’ espoutir  vuei, de l’espeçar deman.
 
Despuei d’annadas la Societat Nacionala Corsega Mediterranèa a amolonat de deutes. E pòu pas lei remborsar. L’epilòg de l’istòria es estat escrich lo 27 de novèmbre passat au Tribunau de Comèrci de Marselha.
 
Lo redreiçament judiciàri que totei esperavan a tombat.
 
L’entrepressa amolonava mai de 500 milions d’€uròs de deutes ; e am’aquela situacien si pòu  demandar cu ne’n vòudrà.
 
Emé l’intrada de Transdev, la filiala transpòrts de Veolia, una multinacionala, au capitau de la societat en 2005, l’entrepressa auriá degut, pensavan leis optimistas, se redreiçar.
400 millions de dettes, qui ne seront pas forcément effacées, et qui limiteront les possibilités de reprise. La compagnie de ferrys emploie 1800 personnes (photo MN)
400 millions de dettes, qui ne seront pas forcément effacées, et qui limiteront les possibilités de reprise. La compagnie de ferrys emploie 1800 personnes (photo MN)

L’aprefondiment de la SNCM marselhesa  preludi a sa privatisacien complèta ?
Ailàs, ara es justament aquel accionari majoritàri que demanda  lo remborsament de 117 M€ de creanças detengudas per aquela companhiá.
 
Aquela demanda, arribada au començament de novèmbre aurà precipitat la crisi.
 
Encara qu’aquel eveniment deu escafar un deute màger de 220 M€, de la SNCM. Si trata d’ajudas de l’Estat que la Comunautat Europenca demanda son remborsament.
 
E aqueu deute es la fònt de totei leis auvaris d’aquela companhiá que rèsta a Marselha, e que fa trabalhar 1800 salariats.
 
Si li es ajustat fa gaire la demanda de l’Ofici dei Transpòrts de Corsega, qu’exigisse eu lo remborsament de quasi 200 M€ au títol de la Delegacien de Servici Public que ligava la Collectivitat de Corsega e la companhiá marselhesa entre 2007 e 2013.
 
L’enormitat de ce qu’es demandat d’aquela societat de transpòrt de viatjaires deuriá la menar tot drech a faire quinquinèla . Un biais per l’Estat e Transdev de faire passar son projèt de suprimir lei dos tèrç de l’efectiu per refondar una societat sensa deute e completament privada.
 
L’i aviá agut un precedent a Marselha, amé l’aprefondiment de la Companhiá Generala Martima, dins de condiciens parieras. Un biais per l’Estat d’afavorisar una repressa per de capitaus privats d’una societat que s’es, despuei 1999, transformada en CGA CGM, un dei grands mondiaus dau naulejament .

Lundi 1 Décembre 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

L'Aquò d'Aquí de fin d'année s'attelle à la charrue
Dison que...

Venus

Notre statue volée dit bien l'état d'esprit français vis à vis de l'égalité de traitement culturel

Trobada dins lo ròdol dei vestigis dau teatre roman d'Arle en 1651, l'estatua d'Afrodita, que dison "Venus d'Arle" seriá de Praxitèl.

 

Siguèt mandada a Paris vintados ans puei sus l'exigéncia de Loís XIV (e non ofèrta per la Comuna coma ditz lo cartèl dau Musèu, ara!), Rei Soleu, que non! Rei Raubaire!

Venus


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.