Aquò d'Aqui


La Langue d’Oc
dans le parler d’aujourd’hui

Connaissez-vous la signification de cette expression ?


Et patin coufin * :

A - n'oublie pas tes patins ni ton couffin
B - etcetera
C - coucou je suis là (expression enfantine)


Répondre


Qu'es aquò, qu'es aquò ? (6)

Les devinettes d'Andrieu Lagarda, en languedocien, sont un modèle de finesse.Vous essayez de trouver... et vous nous écrivez la réponse.


Vaquí la devinalha dau jorn

Qu'es aquò, qu'es aquò ? (6)

Mai li tiran
sus la garganta
 e mai canta


Qu'es aquò ?



 














            partager partager

Hommage à Aimat Serre


L'auteur de Bogres d'Ases a désormais sa plaque commémorative.



Aimat Serre (photo XDR)
Aimat Serre (photo XDR)
Tout à la fois fils de paysan/mineur et de couturière, historien et ethnologuqe, Aimé Serre (1922-93) était un homme modeste, et n’avait utilisé l’autobiographie que pour peindre son époque, la société qui l’avait vu naître et son monde tel qu’il avait évolué.
 
Dans Bougres d’Ases, publié en 1974, cet enseignant gardois dépassera la honte de sa langue, transmise par l’administration et jusque par ses propres instituteurs, pour devenir militant occitan et signer l’un des textes les plus marquants de la littérature d’oc au XXè siècle.
 
Une plaque commémorative a été déposée sur la place qui porte son nom dans la commune qui l’a vue naître, La Capelle-Masmolène, le 23 juin 2013.  

Pour en savoir plus

Mardi 25 Juin 2013
Michel Neumuller





1.Posté par Audibert le 03/05/2016 09:13
Peut-on trouver une traduction en français de Bogres d'Ases?

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Votre numéro d'été invite à respirer
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.