Un projet de Loi pour divorcer le provençal de l'occitan!

Le député maire de Chateaurenard s'est laissé berner par un collectif largement financé par le Conseil Régional, dans le but de légiférer que le blanc est noir, et que la lune est l'astre du jour.

Notre provençal coupé de sa famille, la langue d'Oc, telle que l'a définie Frédéric Mistral dans un fameux dictionnaire qui fait toujours référence ? Mais oui ils l'ont fait ! Ils n'y comprennent tien mais ils l'ont fait.






            partager partager

Gérard Tautil, géographe de la cordialité


SIGNES. Sa Toponymie de Signes profitera en fait à bien des habitants de pays d’Oc. Le toponymiste varois mène dans cet ouvrage très documenté, une enquête sur les micro-toponymes, qui rend au paysage sa signification humaine et historique. Pour lui, l’exercice est politique. Comme fut politique l’effacement ou la dénaturation des noms de lieux en occitan.



Gérard Tautil et ses correspondants se sont attachés aux microtoponymes, à force d'enquêtes de terrain, pour restituer une réalité fine au territoire de Signes (photo MN)
Gérard Tautil et ses correspondants se sont attachés aux microtoponymes, à force d'enquêtes de terrain, pour restituer une réalité fine au territoire de Signes (photo MN)
Les lecteurs d’Aquò d’Aquí finissent par être accoutumés aux enjeux de la toponymie. Quand la langue d’Oc n’est plus entendue dans la rue, les noms de lieux continuent de témoigner de sa présence ; ils disent l’histoire de nos collines, de nos puits, de nos chemins à ceux qui refusent la progression de l’ignorance conquérante.
 
Ainsi de ce lotissement varois, que son promoteur nomma « la loube », après être passé par la « laouve », alors que les gens du coin disaient « la lausa ». De la simple pierre plate à une louve fantasmée, il avait trouvé ça plus vendeur ! (anecdote rapportée par Reinat Toscano dans notre numéro 253).
 
Que dire des dépliants d’offices du tourisme qui nous proposent une "Sainte-Victoire" (en fait le génocide des Teutons durant l’Antiquité), là où tous nos anciens voyaient "Venturi", la hauteur ventée?
 
Gérard Tautil, avec sa Toponymie de Signes, ne cache pas les chausses trappes du genre. On voudrait voir de l’occitan là où le celto-ligure dit le pays, là où un patronyme d’il y a vingt siècle ne nous informe au fond que du nom du propriétaire d’alors…
 
Mais à travers un ouvrage documenté, rédigé et même beau, l’auteur nous rappelle,  à travers l’histoire locale des noms de lieux, que la toponymie n’est pas « un débat technique, mais bien politique, dans lequel la diglossie met à mal la mémoire même des gens qui vivent dans le pays ».

Effacer l'occitan du territoire

Ce voisinage inégalitaire de deux langues finira par estomper l’occitan, qui souvent sera dénaturé. Un processus d’acculturation en somme, qui passe par la transformation des mots qui disent le pays.
 
Ce travail d’acculturation est, en France, largement impulsé par l’Etat, depuis longtemps. En confiant le soin de dresser les cartes de la France du XVIIè siècle à la famille Cassini, sous forme de charge héréditaire, les Rois ont tacitement demandé à cette ligné de géographes italiens de leur complaire. Ils s’y emploieront en renommant les lieux provençaux, en les patoisant, voire en les dénaturant.
 
Et leur œuvre d’embrouillement va perdurer, leurs erreurs seront largement reprises, de carte en carte, par l’IGN. « Je le vis comme quelque chose de dramatique, et pour rétablir la réalité historique de ces noms d’endroits, une enquête de terrain était absolument nécessaire » soutient Gérard Tautil, « afin de lire un espace jamais neutre ou indifférencié ». 

Trois ans d'enquêtes de terrains pour toute une équipe

Pour mener ce travail salutaire, il a compté sur la microtoponymie, une « géographie cordiale » basée entre autres sur le dire des gens qui ont pratiqué et pratiquent leur pays, l’ont nommé, parfois entre eux, parce qu’ils en avaient une connaissance intime.
 
En s’attachant, avec ses correspondants, à faire ré-émerger ces toponymes dont ne rendent pas compte les cartes, Gérard Tautil a voulu « inviter le public à saisir une expression sociale de la culture régionale, qui s’exprime dans sa langue historique, et s’inscrit dans sa vie quotidienne ».
 
Tous ceux qui longent le ruisseau de Sainte-Baume, ou se rendent au Pourraque, contemplent le paysage depuis le Planier, ou enfin descendent le Collet de Bastian, profiteront de ces connaissances.
 
Tous les autres, ceux qui vivent plus loin, pourront se rendre compte que, plus ou moins, chez eux on retrouve une bonne part de ces mêmes noms. Ils disent leur histoire, écrite dès avant la conquête romaine, et qui continue de se déployer aujourd’hui.

Lire aussi Gerard Tautil emplisse la bibliotèca de La Seina per parlar toponimia
Du pré indo européen au français, passant par le latin, ses dérivés, puis l'occitan, les éminences, lieux d'eau, et particularités diverses du terrain ont vu leur nom évoluer. La perspicacité et de mise pour retrouver la signification des noms de lieux et éviter les chausses trappes (photo MN)
Du pré indo européen au français, passant par le latin, ses dérivés, puis l'occitan, les éminences, lieux d'eau, et particularités diverses du terrain ont vu leur nom évoluer. La perspicacité et de mise pour retrouver la signification des noms de lieux et éviter les chausses trappes (photo MN)

Le livre

Toponymie de Signes – Un territoire et des Hommes (le trésor des noms de lieux d’un village provençal). Gérard Tautil (ed. Creo Provence – IEO Var) ; 230 p.ill. 20€. Préf. Alain Barthélemy-Vigouroux.

Jeudi 7 Mai 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí a besoin de ses lecteurs
Dison que...

Francophonie disqualifiée à tout jamais

Faire du français le phare culturel qu'attendent les défenseurs de la diversité culturelle de par le monde, mais tout en balayant cette diversité dans la société française.

Passons sur les ambitions délirantes du président Macron en ce qui concerne l’avenir de la francophonie. Il envisage de tripler le nombre de locuteurs d’ici 2050 et d’en faire la première langue d’Afrique.
Francophonie disqualifiée à tout jamais


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.