Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

L’aiga mòt per mòt per comprendre son païs


L’hydronymie du Vaucluse fait l’objet d’un court traité de Gilles Fossat, bourré d’information. Le latin et l'occitan le partagent avec le gaulois et les langues pré indo européennes pour dire nos rivières et tous les lieux marqués par l’eau. Et les noms du Vaucluse se retrouvent peu ou prou dans tous les départements provençaux.



Gilles Fossat  "bizarrement les éditeurs régionaux ne se sont pas montrés intéressés" (photo MN)
Gilles Fossat "bizarrement les éditeurs régionaux ne se sont pas montrés intéressés" (photo MN)
« Me siáu regalat am’aquela estudi, en fin de còmpte lo mai dificíle èra de trobar l’editor, e coma lei regionaus èran pas interessats, ai mandat lo manuscrich a L’Harmattan, que m’a sonat quinze* jorns après ».
 
Documentalista dins un establiment escolari d’Arle, es pasmens per lei aigas dau despartament d’a costat, que Gèli Fossat s’es apassionat. Ven tot bèu just de publicar en francés « Les noms de l’eau en Vaucluse – Toponymie et hydronymie ».
 
Lo librlhion prefaciat per lo sociolinguista Jan-Claudi Bouvier e per Michel Tamine, de la Societat Francesa d’Onomastica, es una vista ordenada de totei lei noms de l’aiga au nòstre.
 
« Ai començat per lei noms de rius, puei ai alargat an’aquelei mòts que son en relacion amé l’aiga » que nos ditz l’autor, un dei pielons de l’IEO en Arle.
 
Segur qu’una gròssa mitat de totei lei noms de l’aiga nos venon directament de l’occitan, en Vauclusa. Que siegon  lei fònts, amé sei biais de lei qualifiar : « Font Bonne » ò « Font Puden », ò «  Font Sec » (a Bolèna) quant se pòu desinhar que per l’abséncia d’aiga…ò que siegon tot parier per lei gorgs : « Gourfaraud » que ditz lo nom de son proprietari, ò « La Grand Tine » (Le Crestet), au lengatge bèn imajat ; o encara dei gafas coma «  Le Gaf  de la Molle » (Bolèna).

Faus amics e vertadiereis originas

Moulières, Mollières...ce nom de lieu signe des eaux résurgentes, en Vaucluse comme ailleurs en Provence; ici à La Seyne (83) (Photo MN)
Moulières, Mollières...ce nom de lieu signe des eaux résurgentes, en Vaucluse comme ailleurs en Provence; ici à La Seyne (83) (Photo MN)
Se totei aquelei nos venon dau latin, de còps que li a mesclat de galés, fau dire que lei faus amics son legion ! Amé la paraula « Aygues » per exemple, que lei cartas geograficas ne’n son claffidas. En veritat, mai que d’un còp, « aquò es la marca que l’endrech èra proprietat d’Ais de Provença o de son diocèsa » remarca Gèli Fossat, « e arriba que s’i tròba meme pas d’aiga ! ».
 
E tot parier amé l’Olièra, qu’es pas totjorn una aiga rebolhissenta, mai simplament una ribièra que passèt pròche de l’atalhier d’un Olier…
 
Lei lengas pre- romanicas marcan un bèla partida dei noms de l’aiga au nòstre, es lo signe qu’aqueu element èra tant vitau despuei longtemps, que lo monde l’aviá déjà nomat. Lei noms son demorats, invasions après invasions. Es lo cas dau «  Mardaric », ò « Merderic », amé d’autrei apelacions pròches, que ditz solament en lenga pre- indòeuropenca, que l’aiga nos ven de la montanha, ò dau rocas. « Siam luenh d’aqueleis explicas que vòlon li veire una aiga que carreja de « merda »  de « fanga » aponde l’autor. «Per nòstrei rèires, la fanga èra subretot pas mau vista, qu’es ela qu’assegurèt la qualitat dei recòltas ». Faliá aguer un pauc de coneissenças sus çò qu’es important per pas s’enganar sus l’origina dau mòt.

De noms que trobem d’en pertot en Provença

Mardaric ou merderic n'a rien à voir avec la m...mais avec une expression pré latine qui signifie "eaux descendant de la montagne", un indice de pureté! (photo MN)
Mardaric ou merderic n'a rien à voir avec la m...mais avec une expression pré latine qui signifie "eaux descendant de la montagne", un indice de pureté! (photo MN)
ASariá una error dei bèlas de crèire qu’aqueu libre parla dau monde estrech de la Vauclusa aigada. En veritat, la mitat d’aquelei mòts, e seis explicas am’aquelei, valon per la Provença, dau Gard a Niça, tant lei mòts estudiats per Gèli Fossat, se pòdon trobar a mai que d’un luec.
 
« Lo Merderic » lo trobem tanben au pè de la montanha de Lura, vèrs la Durença  ; «  lo Var » es pereu de l’autra costat de Provença, » l’Ouvèze » se tròba tanben dins Gard, e la « Loube » d’en pertot.  « Cadaracha » proche de Sorgas, es tanben un endrech conéissut entre Verdon e Durença per son centre de recercas nucleàrias. Son nom li va perqué nos ditz que li aviá una casuda per far marchar un molin. Déjà èran dins l’energia…

Les noms de l’eau en Vaucluse, toponymie et hydronymie, Gilles Fossat, ed. L’Harmattan, col. Nomino Ergo Sum. Pref. Jean-Claude Bouvier et Michel Tamine, 160 p. avec un index et une bibliographie. 17€. Diffusion 5-7 rue de l’Ecole Polytechnique – 75005 Paris.


Article écrit avec les suggestions de Guiu Garnier

Mercredi 28 Novembre 2012
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dans l'Aquò d'Aquí de l'été...

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.