Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Gaston Dominici coupable idéal


TOULON. Le patriarche de Lurs ne s’exprimait que peu, et souvent en provençal. Il n’avait pas les codes nécessaires face au tribunal qui le condamna à mort en 1952. André Neyton propose à Toulon une lecture « etnhoculturelle » de l’affaire qui défraya la chronique.



Gaston Dominici face à la police, ses juges, son entourage...et une société qui condamne le patois...(photo XDR)
Gaston Dominici face à la police, ses juges, son entourage...et une société qui condamne le patois...(photo XDR)
Gaston Dominici fut condamné à mort pour le meurtre d’une famille anglaise en 1952, parce qu’il n’avait ni les mots ni les codes pour se défendre devant le tribunal qui l’a jugé.
 
Ce paysan des environs de Lurs, en Haute Provence, utilisait le provençal ou un français qui en découlait immédiatement. C’est sous cet angle qu’André Neyton, du Centre Dramatique Occitan de Toulon, cherche à nous rappeler cette affaire qui défraya la chronique, et dont on parlait encore souvent trente ans après les faits, localement.
 
En fait on ne sait toujours pas qui a tué la famille Drummond en ce mois d’août 1952. Il a même été dit que le père, ancien agent britannique en relation avec la Résistance locale durant l’occupation, savait trop de choses.
 
Mais Gaston Dominici, le patriarche taiseux, accusé par ses propres fils, lui-même ancien enfant au destin difficile, faisait un coupable idéal. Incapable de se défendre.
 
André Neyton avait déjà révélé, voici dix ans, avec le Soldat O (Odde, fusillé en 1914 pour l’exemple) la façon dont la société française faisait payer aux Provençaux leur différence. Le voici à nouveau enfourchant une histoire exemplaire, la fouillant grâce à un travail d’enquête et d’introspection qui met en lumière la difficulté d’être « hors la norme ».
 
Le spectacle est en occitan de Provence et en français, selon une méthode bien rodée par le CDO, et le sous titrage facilite la compréhension par tous de ce qui se dit sur scène.

Espace Comedia à Toulon, 10 rue Orvès – Le Mourillon. www.espacecomedia.com
Représentations samedi 12 mars à 20h45, vendredi 18 mars à 20h45 et dimanche 20 mars à 16H 

Samedi 12 Mars 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.