Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Gaston Dominici coupable idéal


TOULON. Le patriarche de Lurs ne s’exprimait que peu, et souvent en provençal. Il n’avait pas les codes nécessaires face au tribunal qui le condamna à mort en 1952. André Neyton propose à Toulon une lecture « etnhoculturelle » de l’affaire qui défraya la chronique.



Gaston Dominici face à la police, ses juges, son entourage...et une société qui condamne le patois...(photo XDR)
Gaston Dominici face à la police, ses juges, son entourage...et une société qui condamne le patois...(photo XDR)
Gaston Dominici fut condamné à mort pour le meurtre d’une famille anglaise en 1952, parce qu’il n’avait ni les mots ni les codes pour se défendre devant le tribunal qui l’a jugé.
 
Ce paysan des environs de Lurs, en Haute Provence, utilisait le provençal ou un français qui en découlait immédiatement. C’est sous cet angle qu’André Neyton, du Centre Dramatique Occitan de Toulon, cherche à nous rappeler cette affaire qui défraya la chronique, et dont on parlait encore souvent trente ans après les faits, localement.
 
En fait on ne sait toujours pas qui a tué la famille Drummond en ce mois d’août 1952. Il a même été dit que le père, ancien agent britannique en relation avec la Résistance locale durant l’occupation, savait trop de choses.
 
Mais Gaston Dominici, le patriarche taiseux, accusé par ses propres fils, lui-même ancien enfant au destin difficile, faisait un coupable idéal. Incapable de se défendre.
 
André Neyton avait déjà révélé, voici dix ans, avec le Soldat O (Odde, fusillé en 1914 pour l’exemple) la façon dont la société française faisait payer aux Provençaux leur différence. Le voici à nouveau enfourchant une histoire exemplaire, la fouillant grâce à un travail d’enquête et d’introspection qui met en lumière la difficulté d’être « hors la norme ».
 
Le spectacle est en occitan de Provence et en français, selon une méthode bien rodée par le CDO, et le sous titrage facilite la compréhension par tous de ce qui se dit sur scène.

Espace Comedia à Toulon, 10 rue Orvès – Le Mourillon. www.espacecomedia.com
Représentations samedi 12 mars à 20h45, vendredi 18 mars à 20h45 et dimanche 20 mars à 16H 

Samedi 12 Mars 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dans l'Aquò d'Aquí de l'été...

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.