Aquò d'Aqui


Entre pneumonia e virus chinés la malautia cronica de l’Estat

L’Etat avait tout préparé en secret, et les rapatriés de Chine se retrouvent en quarantaine sur la Côte Bleue… alors que s’apprête à éclater une véritable épidémie de pneumonies. Ah qu’il eût été bon de consulter le réseau de médecins locaux !

Una conferéncia de pressa dau prefèct, sensa ges de tèma, puei d’anóncias… E ai jornalistas l’Estat li dirà, avans que siegue mume avisat lo premier cònsol, que lei Francés retorn de China amé de sopçons d’infecciens, seràn gardats en quarantena dins un centre de lesers de Carri, sus la riba de mar.

Entre pneumonia e virus chinés la malautia cronica de l’Estat















            partager partager

Fa setantacinc ans siguèt liberat lo camp d'Auschwitz


Des milliers de Marseillais y furent déportés, comme à Sobibor, à partir des rafles de janvier 1943.



Rafle du Vieux Port de Marseille, janvier 1943 (photo archives XDR)
Rafle du Vieux Port de Marseille, janvier 1943 (photo archives XDR)

Eriam dins una chambra de bòna, tota la familha, esperant un luec mai segur per s’escondre. Mai ja un raportier nos aviá denonciat, e la Gestapò Francèsa picava a la pòrta. Voliáu m’escapar per lei teulissas , mai èra tròp tard!”.

 

Denisa Toros-Marter aviá pas manco detz-e-sèt ans, e deuiá passar quasi un an a Auschwitz, d’onte jamai tornèron sei gents. “Un matin, èri a morir, amé d’autrei fèblassas, quand li a agut una rumor : “leis Alemands an fugit ! ne’n resta pas un solet!” e lo mume jorn, una tèsta am’un casco a passat la pòrta, agachat e am’un agach trista a dich quauqua ren. Una frema tant fèblassa coma ieu s’es virada d’esquina e nos a dich : “èra de russa, e voliá dire : “paure monde”!

 

Un testimòni reculhit en 1995 per Michèu Neumuller, amé d’autres, de deportats subrevivents a Marselha.

 

Tornava a Marselha en mai de 1945, maigre mai vidanta, l’anciana capolièra de l’associacien de deportats, mòrta fa quauqueis ans.

 

Auschwitz e Birkenau siguèron lei camps lei mai tarribles per lo nombre de mòrts jusiéus entre 1942 e 45, quora l’armada sovietica venguèt acabar lo malastre. Se parla d’un milien de mòrts, la màger part de vielhs e de pichons chaplats tre l’arribada dins lei famosas chambras a gas.

 

Leis autrei, esclaus au servici dau Tresen Reich, lei tuèron de mautractament, de fam, de malautias, a chapauc, non sensa li aver raubat tot ce qu’avian aduch am’elei.

 

Se comemora uei la liberacien d’aqueu camp simbòle de l’orror politica dau siecle XX

 

Despuei Marselha, a part lei deportaciens individualas, sus denonciacien, li aurà agut un moment fòrt de rabalhadas, au començament de 1943. Entre lei 21 e 24 de janvier lei tropas francèsas de gendarmariá e la policia siguèron mobilisadas per aquò. Premier lo quartier de l’Operà siguèt vuejat de sa populacien jusiéva, puei lo quartier dau Pòrt Vielh, que deia èstre destruch per faire plaça an una operacien immobiliaria, èra vuejat de sa populacien. Leis autoritats francèsas, coma alemandas que venguèron tot bèu just de plantar cavilha en novèmbre 1943, diguèron qu’èra la sosta de maufatants.

 

En veritat gardèron lei joines, soventei fes d’imigrants, per lei faire trabalhar coma esclau au camp, elei, de Sobibor, d’onte pauc subrevivèron.


Jeudi 23 Janvier 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Aquò d'Aquí retourne à l'école
Dison que...

"lo Ric Valens Richart, rei dels Engles" sur Arte

Si je n'avais pas été confortablement installé dans mon fauteuil, j'aurais pu tomber de ma chaise. Richard coeur de Lion et son frère cadet Jean sans Terre parlaient occitan sur une chaine de télévision française.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.