Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Desmascar lei proprietaris d’immòbles marselhès en risc d’espoutiment


MARSEILLE. Suite au drame de la rue d'Aubagne, les nombreux arrêtés de mise en péril touchant d'autres immeubles masquent le nom des propriétaires. Parmi eux, qui avait acheté pariant sur une future opération immobilière?



« Adjudatz nos a identificar leis adreiças sotamessas a un arrestat de perilh ». Es la demanda una briga extravaganta dau jornau La Marseillaise, qu’assaja de faire lo còmpte dei luecs onte lo risc d’espoutiment d’immòble seriá fòrt a Marselha. Leis abitants –doas cents familhas a l’ora d’ara deslotjadas pèr causa de risc – son convidats a dire son adreiça e lo nom de son proprietari.
 
E despuei l’estampèu d’aqueu dei 63-65 de la carriera marselhesa d’Aubanha, lo cinc de novembre, d’aquéleis arrestats, se n’en prènon a braç virat , una bòna desena son publicats dins l’ultime Recuelh deis Actes Admenistratius de la ciutat foceana, que pareisse tótei lei quinge jorns.
 
Mai, sus tótei, lei noms dei proprietaris son emmascats de negre. Discrecien ? Proteccien de la vida privada ?
 
Despuei que, dètz jorns après lo drama, s’es desvelat qu’un apartament dau 65 carriera d’Aubanha, onte vivián lei uech victimas, èra la proprietat d’un conselhier regionau pròche de son president, Xavier Cachard, lèvan dobte, tótei, sus la possibilitat d’una vasta especulacien : de borgés marselhés, esperant sus d’operaciens de renovaciens, tótei ben informats per lei politics, serián proprietaris de mai que d’un immòble sensa jamai li faire de trabalhs… una pura especulacien, amé crompa d’ostalàs pas cars, esperant lei vendre dins dètz ans, fòrça car, o au mens lo foncier que seriá utilitzat pèr una operacien de reconsctruccien.
 
La discrecien, pasmens, pòu que reforçar lo sopçon. Tota fes, per legir lo nom dei proprietaris basta d’anar vèire lei múmeis arestats dins chascuna dei uech comunas de sector de Marselha, una per chasque dos arrondiments. Aquí li seràn normalament placardats.
 
Aquel afaire que, segur, escafarà mai que d’un politic dau paisatge marselhés avans leis elecciens de 2020, es premier lo desvelament d’una incuria comunala dei gròssas. A l’ora d’ara, li auriá entre cent-cinquanta e dos cents immòbles pertocats per d’arrestats de perilh o d’insalubretat a Marselha. Un vertadier sistèma dau laissar-faire qu’a faugut uech mòrts per lo desvelar.
Le journal demande à ses lecteurs de l'informer de l'adresse des immeubles en danger reconnus comme tels (photo XDR)
Le journal demande à ses lecteurs de l'informer de l'adresse des immeubles en danger reconnus comme tels (photo XDR)

Lundi 26 Novembre 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.