Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Des BD en occitan…en passant par la case « adaptation »


AIX-EN-PROVENCE. Une politique d’aide durable à la traduction de bandes dessinées en provençal ou niçois nous mettrait sous les yeux des ouvrages et ferait naître les vocations créatrices, qui aujourd’hui se détournent de la langue régionale.



Jean-Pierre Belmon à Aix : "des aides pour traduire les BD en oc et donner une impulsion aux créateurs" (photo MN)
Jean-Pierre Belmon à Aix : "des aides pour traduire les BD en oc et donner une impulsion aux créateurs" (photo MN)
Si la traduction de bandes dessinées en occitan existe, « elle reste anecdotique au contraire de la traduction en breton qui, finalement, bénéficie à la création ».
 
En brossant l’histoire de la BD en occitan Jean-Pierre Belmon, le président du Cep d’Oc, en est venu à aborder la question économique, lors d’une conférence organisée dimanche 12 avril 2015, dans le cadre des Rencontres du 9è art, à Aix-en-Provence.
 
Car, pour un « Rabasso sus Radassié » de Leo Loden (Soleil productions 2007), traduit en provençal par Frédéric Soulié, on trouvera dix albums traduits en breton.

Et il faudra compter aussi des BD créées pour aider l’apprentissage de la langue celte dans les écoles Diwan, que soutiennent le Conseil Général du Finistère.
 
« En Bretagne, l’aide du Conseil Culturel de Bretagne a permis de financer les traductions d’œuvres très connues, comme la série Thorgal, ce qui a créé une impulsion chez les créateurs bretons » soutient Jean-Pierre Belmon.

Une oeuvre à traduire en occitan, galicien, euskara

Multiplier l'offre grace aux traductions de BD ?
Multiplier l'offre grace aux traductions de BD ?
Une politique de financement public semble donc nécessaire pour soutenir, au-delà de quelques traductions éparses, un véritable système, durable, qui profiterait ensuite, par émulation, à la création en langue d’òc.
 
La solution viendrait-elle aussi de la mutualisation ? Le Papagai, que publie la Scop Vistedit, qui édite notre confrère La Setmana, profite aux élèves d’écoles publiques et Calandretas, tout en donnant lieu à des traductions en galicien comme en euskara.
 
Une solution qui pourrait donner lieu à des collaborations, par exemple, entre Bretons armés pour organiser un système de traductions, et Occitans qui cherchent à embrayer sur une politique durable en la matière, imagine Jean-Pierre Belmon.
 
« Si, à la base, une demande ne s’exprime pas, si les gens qui se disent intéressés par la langue ne sont pas prêts à y consacrer quelques €uros, il y a un problème » estime toutefois Jean-Marie Ramier, enseignant et traducteur d’épisodes de la série télévisée Tintin, pour France 3.

Démontrer qu'une demande existe

Car nous ne sommes plus à l’époque où la foi militante pouvait faire naître et vivre des revues dessinées comme une Ratapinhàta (Nice) ou un Rictus occitan (Toulouse), dont Jean-Pierre Belmon a retracé les riches heures d’impertinence post soixante-huitarde.
 
Un discours appuyé par Pèire Brechet, au cours du débat qui a suivi la conférence. « Il faut bien prouver qu’une demande existe pour aller réclamer une aide publique » soutient le président de l’Institut d’Estudis Occitans.
 
« On manque de créateurs qui s’investissent dans la BD en occitan » estime de son côté Anne-Marie Poggio, qui a soutenu également à l’IEO, l’organisation de projets de mangas, et pense que « la traduction est une solution actuellement pour disposer d’œuvres ».
 
Si toutefois une politique d’aides durables le permettait, des traductions auraient non seulement l’avantage de proposer des bandes dessinées aux lecteurs, occitanophones ou en apprentissage, mais encore pourraient faire naître quelques vocations parmi les créateurs qui, aujourd’hui, évoluent dans un univers où l’occitan est quasi absent.
Une BD créée en 1976 par Reno et publié dans la Ratapinhata (doc Coloc DR)
Une BD créée en 1976 par Reno et publié dans la Ratapinhata (doc Coloc DR)


Dimanche 12 Avril 2015
Michel Neumuller





1.Posté par CHARPAIL le 12/04/2015 18:49
Grandmaci de faire tot ço que fasetz toti per faire viure la lenga ...

Ai mancat lo rescontre, mai cresi que fau adjudar la creacion ribon-ribanha ... e ara me fau ensajar de trobar ço que se pou trobar en occitan dins li librarias ..

Se quaucun a una idea, me la podetz dire !
Adieussiatz !
Elena

2.Posté par Anna-Maria MILARDI le 12/04/2015 19:19
Malurosament, l'i son totplen de domenis atractius per lu joves que nautres occitans desvolopam pas pron. Per exemple, una amiga mieua a organizat un festenau de l'imaginari (Nice Fiction) que si va debanar la setmana que ven a l'universitat de Niça. Presenteràn de sciença-ficcion, de fantasia, de fantastic en literatura, BD, pintura, cinemà, TV, juecs de ròtles, "murders" e mai d'autres, sabi pus. Auràn de conferenças, de débats, de juecs, d'exposicions... Aurii adorat li demandar un estand occitan. Mas per presentar cen que ? Avèm ren, cresi.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.