Aquò d'Aqui


            partager partager

La BD impertinenta siguèt niçarda


AIX-NICE. A Aix, dimanche 12 avril, Jean-Pierre Belmon a brossé les riches histoires d’une BD occitane qui dépotait, en Provence ! Ou plutôt à Nice, où s’est écrit l’essentiel du dessin satirique et impertinent en lenga nòstra.



La Ratapignata, seconde époque avec ses fondateurs antifascistes (photo XDR)
La Ratapignata, seconde époque avec ses fondateurs antifascistes (photo XDR)
La BD en occitan comença fa mai d’un siècle m’un garibaldenc niçard, Mènica Rondelly (1854-1935), que crea La Ratapignata en 1900. Un jornau « cortés, que fa de politica »…  « E, segur, serà tot cen que vorrètz levat de « cortés », sotalinha Jan-Pèire Belmon, que descavava l’istòria de la BD per un auditòri atentiu, a la Mediateca sestiana de La Méjanes, dimènegue 12 d’abriu.
 
La Ratapinhata ! ja Manica Rondelly avia pas causit l’aigla o d’autri aucèus auturós, ma una rata volanta que li agrada li baumas ! Tot un programa. Es que, lo 1900, es l’ora per Niça de devenir una vila de rics. E la Ratapignata veirà la ciutat mé l’agach, « sovent violent », dau pòble, que titrerà en 1912 : « Viva Nissa, fuera lu tiran ! »
 
En lo 1934, m’August Nicòla (Joan Nicola, sòci tanben de l’Acadèmia Nissarda) reviscola lo títol, en acòrdi ‘mé Rondelly. E n’en fa un títol encar mai radicau. Sostendrà li caumas dau Front Populari per exemple. E tirerà a bolets roges sus lo Mussolinisme. « Si siam totjorn demandats se lu servicis segrets de l’estat faissista avíon pas intrigat per li copar li finanças » di JP Belmon. Es que la cronica de la Ratapinhata, « Lu Pastrolhs  », fa cruissir li dents, sus li camias negri…
 

Mauris, Sauvaigo, Pelhon ...una nòva generacion encar mai impertinenta

Ratapinhata post soixante-huitarde (Doc Coloc)
Ratapinhata post soixante-huitarde (Doc Coloc)
Après mai dau 68, vaquí una nòva generacion, encar mai impertinenta, qu’arriba gredons en man. E un còup de mai renaisse la Ratapinhata ! Maurís, Sauvaigo, Pelhon (Alan ma finda Guiu), aquelu noms vos son pas desconoissuts ? Lo jornau que revendica lo sieu eiritatge si dirà finda «  L’Estrassa  » avans que de retrobar lo sieu nom de Ratapinhata. S’agís d’escobar ferme !
 
Li veirèm Cabanes e Edmon Baudoin, aüra dessenhaires conoissuts. « A Fmurr, qu’èra d’Alès, Sauvaigo li avia escrich, s’èron vists pi dins un festivau de BD a Niça, e avia mandat de dessenhs » informa JP Belmon.
 
Ma li veirèm finda de tèxtos ben provocators dau felibre Andrieu Compan.
 
D’Edmon Baudoin, fau finda si rementar qu’en lo 1991, l’istòria de son paigrand, « Couma acò », siguèt lo Melhor albom dau festivau de BD d’Angolèma. « E quora venguèt a Vitròlas, èra per dessenhar en residéncia lo Massilia Sound System, alora que lo FN veniá de s'espotir ai municipalas ».

Donar l'envuèia ai dessenhators

L’aventura de L’Estrassa durerà mai o mens toti li annadas 1970. Despí, lo fuèc s’es refreiat. Lu temps de revòuta son en arrier de nautres.
 
Amorçada aüra, l’enveja de crear de BD en occitan uei per l'atubar mai, « cauria una politica d’ajudas publiqui que donesse l’envuèia ai dessenhators de crear », dirà enfin lo conferencier.
 
Quand Edmond Baudoin envoyait ses BD à la Ratapinhata, dans les années 70 (doc Coloc)
Quand Edmond Baudoin envoyait ses BD à la Ratapinhata, dans les années 70 (doc Coloc)


Lundi 13 Avril 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.