Quarante ans après les Calandretas toujours vives

Le mouvement enseigne en occitan, avec les méthodes Freinet. Il ouvre les portes des écoles languedociennes ce samedi, et nous isolons deux établissements que vous pourriez aider à remplir leur mission.

Donnait-on cher de la peau de l'enseignement d'immersion en occitan, en 1979, quand le mouvement des Calandretas est né ?
Quarante ans après les Calandretas toujours vives






            partager partager

Depuis 35 ans, le Roc de Bouc fait parler et danser provençal


BOUC-BEL-AIR. L'association occitaniste contribue à donner une âme régionale au village qui s'est développé comme ville dortoir.



Le traditionnel balèti du Ròc de Boc, à Bouc-Bel-Air, salle des Terres Blanches, aura lieu le samedi 24 mars cette année. Dès 20h30 la vaste salle de danse ouvrira ses portes, et peu après les groupes Et Pourquoi pas puis Air 2 Jeux animeront la soirée, qui devrait se prolonge jusqu’après minuit (participation aux frais 5€). Régulièrement deux cents amateurs ou plus viennent dérouiller leurs chevilles dans la commune d’entre Aix et Marseille. Mais ils viennent aussi se restaurer : tartes salées ou sucrées et différents mets les attendent. Les membres de l’association ont fait chauffer les fourneaux et mis beaucoup de bon goût dans ces parts qui financeront largement ensuite les activités de l’association cinquantenaire.

Si la commune accueille un cours de provençal depuis cinquante ans au moins, le Roc de Bouc, lui, a été créé dans les années 1980 par un directeur d’école, parti ensuite à Toulouse. Nicole Galliano a pris la suite, et organise la vie de l’association avec bienveillance, et quelques amis. Le cours de danses trads en est le point fort, le cours de langue d’oc l’autre activité phare.
 

Salle des Terres Blanches, il y a tout juste un an (photo MN)
Salle des Terres Blanches, il y a tout juste un an (photo MN)
« Nous sommes en baisse d’effectifs, hélas, mais elle est modérée. Nous passons d’une quinzaine à une dizaine d’élèves, tous adultes » explique Danielle Ciampi, qui choisit les textes en fonction de ce qui y sera reconnu par les apprenants. « Quand il reconnaissent des mots tels que « bordilhas », ils comprennent très vite qu’en fait ils parlaient déjà occitan sans bien le savoir ».
 
Le cours de provençal est proposé tous les jeudis soirs à partir de 20h30 à La Bastide de Bouc-Bel-Air. Il a été, par le passé, assuré par deux personnalités attachantes : les deux Joan, Guéricolas d’abord, Saubrement ensuite, avec Eliana Brémond.
 
L’autre activité phare se pratique avec les pieds ! Le cours de danses trads attire de nombreux amateurs, deux lundis par mois au même endroit.

Mardi 13 Mars 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

« Bono annado… »

…bèn acoumpagnado ! » C’est-à-dire avec de bons amis ?…ou plutôt qu’elle vous procure longue vie ? Nos vieilles expressions sont peut-être à double sens. Fouillons, fouillons…

« Bono annado… »
Avèn coustumo de nous souveta bèn ritualamen à la debuto de chasco annado uno « Bono annado, (bèn) granado e (bèn) acoumpagnado ! ». Quant de cop l’avèn emplegado, aquesto espressioun, subretout iéu à moun age, e d’un biais tout machinau…


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.