Aquò d'Aqui



Où en es tu Aquò d'Aquí ?

Votre magazine continue... vous continuez avec lui ?

Votre journal continue sa publication, votre abonnement n'a pas été souscrit en vain. Et si la transition post Michel Neumuller n'est pas facile, une équipe bénévole veille à poursuivre l'œuvre commencée en 1987 : un journal indépendant, sociétal, pan occitan, et bilingue.

Chers amis lecteurs, et avant tout abonnés de notre périodique, vous recevrez sous peu le prochain numéro d'Aquò d'Aquí. Le travail et l'animation du rédacteur en chef Michel Neumuller ont pris fin sous leur forme salariée en avril, et la transition n'est pas si facile. Néanmoins, elle est en cours et va se traduire très vite par le prochain numéro de votre revue. 

Soutenez l'équipe qui désormais veille à vous servir, et à publier l'unique périodique de société en occitan.














            partager partager

Départementales à enjeu pour le provençal


Poussée à droite, croissance nette, souvent, du FN, en particulier dans le Var, les élections départementales auront aussi un impact sur les politiques en faveur –ou pas- de la langue régionale en Provence.



L’assemblée départementale n’est surement pas la mieux servie dans le grand remue-ménage qui rebat les cartes des compétences de nos collectivités locales.

Absentes du débat électoral, les politiques en faveur de notre langue régionale concernent pourtant toutes les populations départementales en Provence

Cependant elle conservera, la loi le dit et le Sénat n’y changera sans doute pas grand-chose, une clause de compétence générale. Autrement dit, si les conseillers départementaux auront demain à gérer les murs de nos collèges et à nous garder un réseau routier en bon état, ils pourront aussi se mêler du reste.
 
En particulier en matière culturelle.
 
C’est, entre autres, ce qui rend ces élections importantes pour les défenseurs et promoteurs des langues régionales.
 
Ce sera particulièrement vrai dans les Bouches-du-Rhône, où depuis 2004 – année électorale également – ce Département avait d’une part créé une délégation Langue et Culture Provençale, et d’autre part ouvert sa publication institutionnelle au provençal. Et, qui plus est, ce média, distribué à 400 000 exemplaires, n’avait pas pratiqué d’ostracisme des graphies, assurant avec un bel esprit laïque, la parité entre les deux manières d’écrire le provençal.
 
C’est étrange, mais l’affichage du provençal dans la presse des collectivités est un fait rarissime en Provence. On compterait sur les doigts d’une main les journaux de ville qui publient quelques actualités ou une chronique dans notre langue historique.
 
Quant au budget Langue et Culture des Bouches-du-Rhône, il avait fini par atteindre une somme assez intéressante, à hauteur d’un demi- million d’€uros. Celle-ci devait être partagée entre des acteurs qui tous, loin de là, ne faisaient pas métier de développer l’usage du provençal. Telle troupe de théâtre en « pompait » une grande partie, sans qu’il ne se prononce de provençal dans ses pièces.
 
Mais une politique d’animations en lengo nosto dans les collèges du Département avait été lancée, et une dizaine d’établissements voient chaque année artistes, et même journalistes, donner du sens à la langue régionale que peu d’adolescents auraient autrement l’occasion d’utiliser.
 
C’est un peu tout cela qui constitue l’enjeu non révélé de ces élections départementales. Quels sont les candidats qui se sont engagés pour une politique cohérente, volontaire et durable pour notre langue d’oc en Provence ? Très peu.
 
Combien de citoyens sont en pratique touchés, et disons-le, concernés, par cette politique discrète ? Beaucoup.
 
Les enjeux ne manquent pas à ces élections départementales dont le second round se jouera dimanche : les majorités droitisées, ou plus que droitisées, auront-elles à cœur demain de se mêler de ce qui est proposé dans les CDI des collèges ? De ne plus subventionner les musées consacrées aux heures sombres de notre histoire ? De défavoriser l’expression culturelle diverse ?
 
Et l’un de ces enjeux reste que l’élection départementale constitue la répétition générale des Régionales qui seront organisées en fin d’année ; là où les budgets seront conséquents et où l’identité régionale devient un enjeu politique.
 
Avec les bulletins qui tombent dans l’urne, souhaitons que ne s’écroulent pas les politiques favorisant la langue régionale, ni dans leur esprit, ni dans leurs moyens.

Lundi 23 Mars 2015
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre 2023 a ouvert large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.