Aquò d'Aqui

Lo Consèu Constitucionau enebis l’ensenhament immersiu d’une lenga regionala dins l’ensenhament public

Votée à une large majorité de députés le 8 avril, la loi Molac était contestée par des députés macronistes, appuyés concrètement par le ministère de l’Enseignement, JM Blanquer. Le Conseil Constitutionnel a invalidé la disposition majeure de la loi, et est allé jusqu’à nier le droit de parler sa langue dans un établissement public.

 

“Que modifican d’urgencia la Constitucion !” Es amb’aquela crida que Paul Molac, inspirator, redactor et defensor de la lèi qu’ara a son nom, a reagit a l’anoncia de l’avis dau Consèu Constitucionau, tombat aqueu matin dau 21 de mai.

Le Conseil Constitutionnel à l'œuvre (photo CC DR)

















            partager partager

De’n pertot PQVNL a recampat per lo drech d’ensenhar nòstrei lengas


Pour Que Vivent Nos Langues voulait affirmer le caractère général de la volonté de défendre l'enseignement en immersion des langues régionales. Une réussite compte tenu du grand nombre de rassemblements hier, de la présence inédite de députés et candidats aux Régionales, et de la couverture presse. Et une revendication s'affirme : puisque l'Article 2 de la Constitution permet d'interdire l'expression de l'identité de nombreux Français, alors il faut le réformer.



Toulon devant l'Opéra samedi après-midi (photo Patricia Jouve DR)
Toulon devant l'Opéra samedi après-midi (photo Patricia Jouve DR)

Es quauqua ren que lo president de la Republica, que ne’n aviá ren a faire nos fague un comunicat. Sent l’eleccion regionala aquò!”. Lo monde se congosta de la situacion davant l’Ostau de Provença, a s’Ais, onte lei Provençaus se donavan rendètz vos disabte de matin. “Es pas de crèire que nos empachan de faire classa en lenga nòstra !” lamenta un regent vengut de la Vauclusa. Memei paraulas dau musician Jan-Bernat Plantevin.

 

Com’aquò entre estomagada e satisfaccion trantalha lo monde manifestaire dins una trentena de ciutats occitanas. Amb umor e colèra, jutjan lo refus dau Conseu Constitucionau de faire ren que normau l’ensenhament en immersion en lengas regionalas, mai pereu veson qu’en “pas manco doas setmanas totei lei jornaus parlan d’aquela estupiditat, alòr qu’aperabans nos vesián ren que coma folcloristas”.


Pau (photo XDR)
Pau (photo XDR)

Deis uns e deis autres s’entendiá aquelei paraulas, dins lo pargue Jourdan, au mitan de l’anciana capitala de Provença, avans que d’entendre lo president dau Forum d’Oc, Guiu Revest, legir de declaracions per resumir la situacion. Dins la fola, Arvei Guerrera, que mena la tiera Oui la Provence ai Regionalas en Provença.

 

E mai o mens dins leis autrei ciutats d’entre Niça e Bordèu se’s debanat parier, a la demanda de Pour Que Vivent Nos Langues, lo collectiu naissut a l’automna 2019 per sostenir la lucha còntra la reforma dei licèu Blanquer, e arrancar de l’Estat de drechs per lei lengas dichas regionalas.

 


Aurillac, avec humour ! (photo XDR)
Aurillac, avec humour ! (photo XDR)

A Tolon, de monde se’s recampat davant l’Operà, onte podian comptar amé Pèire Costa, cap de tiera Oui la Provence ai Regionalas. A Gap amé de parents de la Calandreta Andrieu Faure un passa carriera se’s organisat. De notar la presencia de Pascale Boyer, una deputada LRM qu’a votat la Lèi Molac e que se’s dicha escandalisada per lei condicions de la sasina au Consèu Constitucionau.

 

A Orlhac, a Tolosa e di plen de ciutats tot parier de monde s’acampava.


Aix en Provence (photo MN)
Aix en Provence (photo MN)

E coma Guiu Revest a s’Ais, an demandat que, bòrd que sembla restancar tota iniciativa democratica, siegue reformada la Constitucion avans la fin de l’an … es a dire avans la presidenciala de 2022, l’article 2 de la Constitucion, aqueu que ditz que “lo francés es LA lenga de la Republica”.

 

Ansin èra lo sentiment generau a Pau onte se recampavan fòrça monde, e d’onte l’idèa gisclava de crear de comitats permanents “per mantenir la pression, qu’es evident que sensa aquò lei causas se faràn pas soletas” sotalinhava David Grosclaude, ancian elegit de la Region Aquitania.

 


A Nice conférence de presse de l'Aplr Felco (photo XDR)
A Nice conférence de presse de l'Aplr Felco (photo XDR)

A Niça L’APLR, associacion dei professors de lenga regionala, a tengut taula duberta per la pressa. De notar que li aviá tanben una deputada votanta de la Lèi Molac, Marine Brenier (LR). Presenta tanben, Ana Maria Sgaravizzi, que mena la tiera Oui la Provence dins Aups Maritimas.


Toulouse (photo XDR)
Toulouse (photo XDR)

A Gap, prise de parole d'une députée favorable à la Loi Molac (photo FDG DR)
A Gap, prise de parole d'une députée favorable à la Loi Molac (photo FDG DR)

Lodève (photo Magali Bizot DR)
Lodève (photo Magali Bizot DR)

Et à Nîmes (phot XDR)
Et à Nîmes (phot XDR)

Samedi 29 Mai 2021
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de juin
Dison que...

Le Conseil Constitutionnel contre Toute la Loi Molac ?

Le Conseil Constitutionnel n'examine que l'article visé par la saisine, officiellement. Mais en sommes nous vraiment certains ?

Michel Neumuller

Le 22 mai au plus tard les membres du Conseil Constitutionnel auront rendu un avis sur la constitutionnalité du texte de loi, voté à une très large majorité le 8 avril au Parlement, concernant les Langues Régionales.

 

Que peut-on attendre des soi-disant “sages”. Sans doute rien de bon. Mais…




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.