Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Ce qu’a dit Jean-Michel Blanquer au Sénat


Commentant après une question du sénateur breton Ronan Dantec, le ministre de l’Education, le 21 mai, a levé un coin du voile sur la manière dont il considère les écoles d’enseignement des langues régionales, telles que Diwan ou Calandretas.



Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education (photo XDR)
Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education (photo XDR)
« Par la défense du bilinguisme on arrive à l’immersif. Par définition un unilinguisme, en maternelle l’enfant ne parlant que la langue régionale. On pourrait dire que, cognitivement, ce n’est pas si bien que ça ; et a fortiori si l’enfant est mis dans la situation d’ignorer la langue française. »
 
Pour le ministre de l’Education, l’Ecole de la République ne cherche pas à imposer le français, mais « à l’inverse, on parle le français en famille, pendant que l’école vient compenser la fin de l’existence de la langue en famille, par un certain volontarisme de l’Ecole de la République pour la langue régionale ».
 
« Puisque les expériences d’immersion sont un fait, acceptons-en l’augure ; évaluons-la. Si quelque chose de très positif sur le plan pédagogique est démontré, peut-être pourrons-nous aller plus loin. »
 
(On ne fera pas plus) « la jurisprudence est très claire ; bien sûr on doit favoriser les langues régionales…mais on ne doit pas passer de l’autre côté du cheval, c’est-à-dire les favoriser à tel point qu’a la fin on ne parle plus français à l’école. »


Jeudi 23 Mai 2019
Michel Neumuller





1.Posté par tautil gerard le 24/05/2019 09:16
Lo Blanquer es un gestionari, ancian rector en Guiana, crési...

Compren ren de ren ai questions linguisticas, es analfabet sus totei lei questions pedagogicas. Sa condecendéncia es a la mesura de son ignorància.

Li faudria prepausar un estagi de formacion en immersion...Grego!

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.