Aquò d'Aqui


L’occitan enseigné “dans le cadre de l’horaire normal”

Ne rêvons pas, loi Molac ou pas, l’emploi du temps continuera à proposer le choix à l’élève : occitan ou repas de midi ? Il convient de préparer la réaction dès maintenant, question d’égalité.

Bien qu’elle fut amputée par le Conseil Constitutionnel de dispositions majeures, la Loi Molac enfin promulguée autorise quelques avancées pour l’enseignement des langues régionales. Ainsi, théoriquement les “heures poivre” auront vécues et l’occitan devrait rejoindre les matières qui ont droit à des horaires “normaux”.

 

Mais théoriquement et pas plus… il est donc temps pour les défenseurs de se mobiliser. La rentrée scolaire doit être préparée.


















            partager partager

Testimòni : « ma filha calandrona mescla jamai les doas lengas »


GAP. Syril Buslig a été président de l’association de la Calandreta de Gap. Il voulait juste une école attentive pour sa fille, et peu à peu a pris conscience des avantages de l’école immersive.



Syril Buslig. La Calandreta proposait aussi des cours d'occitan le soir, il a ainsi pu commencer à parler la langue avec sa fille (photo MN)
Syril Buslig. La Calandreta proposait aussi des cours d'occitan le soir, il a ainsi pu commencer à parler la langue avec sa fille (photo MN)
« Coma sa maire, sio passat per l’escòla publica ont èro un numèro, e per nòstra filha, voliam pas d’aquò » sotalinha Syril Buslig, que foguèt de temps president de la Calandreta Andrieu Faure, a Gap.

Doncas, vaquí la cobla cerchant una escòla mai atentiva a l’enfant. Un còp passat per una escòla catolica ont chau paiar chasque mes e totes les servicis coma la garda dau vespre, arriban a la pichona escòla dau maset Sant Joan, una escòla imersiva en occitan ont venon pas mai que dètz-e-sèt enfants a l’epòca. « Lo mai important alora nos semblava que practicavan la pedagogia Freinet. »

« Esperaviam pas un aprendissatge de l’occitan, a ieu me rementava de paraulas dels ancians, au mieu a Sisteron, ren mai. Mas èra atrivant l’escòla a talha umana, ont nòstra Chloé seriá pas desconegüa. Sabiam pas totes les autres avantatges.»

Cinc ans après, la mainaa entra au CP e comença de legir, li agrada totjorn que mai, e non, lo francés foguèt jamai un problèma. « Per eles, a la Calandreta, es la lenga vitanta Un, qu’aprènon de segur, a partir dau CP, e, non, veo deguna dificultat, s’exprima sensa problèma en francés, amb una consciéncia clara de la diferéncia d’amb l’occitan. Jamai a mesclat les doas lengas ».

"Avèm de vertadièras conversacions en lenga nòstra"

Lèu Syril se marca au cors dau vèspre qu’organiza la Calandreta gapiana per les gents d’escolans. « E a cha pauc, ai començat de li parlar la lenga. Au començament, me respondèt ren qu’en francés, aüra avèm de vertadièras conversacions en lenga nòstra, e me fa plasir coma a ela ».

Segon son paire, la jova Chloé fa una separacion francha: l’occitan es la lenga de l’escòla, lo francés la lenga de fòra, que s’emplega dins totas circonstàncias. « Totes fan parier, e les conversacions entre pichons a l’escòla se debanan en occitan en generau ».

Una passarèla vèrs d’autras lengas ? « Segur, o penso, e sarè un avantatge per son avenir, de parlar facilament d’autras lengas. Mas èra pas la tòcha au depart. Una escòla ont seriá dins un quadre agradiu, èra aquò que voliam per ela ; d’aprendre una lenga patrimoniala nos semblava una bòna idèa, ren mai ; lo rèsta l’avèm carculat puèi. »
 
La classe élémentaire de la Calandreta Gapiana en 2017 (photo MN)
La classe élémentaire de la Calandreta Gapiana en 2017 (photo MN)

Adapté en occitan alpin par Laurenç Revest

Legir tanben : Ce qu’a dit Jean-Michel Blanquer au Sénat​ 

Jeudi 23 Mai 2019
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Chanjar la Constitucion ? Dins l'Aquò d'Aquí d'estiu ne'n parlam
Dison que...

Quid de Mayotte ?

A la rentrée notre mensuel vous proposera une enquête fouillée sur la société du plus récent des départements français, dont la reconnaissance de la langue formait part de la loi Molac.

Que saviez vous de la politique de promotion du créole à la Réunion ? Et question subsidiaire, que savez vous vraiment de l’Ile de Mayotte, des tensions historiques et culturelles qui travaillent ce département français, dont seuls de rares échos parviennent en Métropole ?

 

Une des grandes satisfactions de notre journal reste de pouvoir vous en dire plus sur des des situations et des enjeux qui échappent à beaucoup.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.